Accueil > LAHIC > Les Carnets du Lahic

Des arbres au coeur d’une émotion. La fabrique d’un consensus patrimonial : le parc du château de Versailles après la tempête

par voisenat - publié le

Véronique Dassié.
Les Carnets du Lahic 9, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2014.


En 1999, une tempête dévaste le territoire français. Rapidement, l’attention se cristallise sur le parc du château de Versailles où de nombreux arbres multi-centenaires ont été abattus par les vents. L’enquête ethnographique menée sur cette émotion patrimoniale révèle toutes les contradictions du rapport à la nature chez nos contemporains et analyse les rouages du consensus patrimonial auquel il a donné forme. Ce carnet analyse les conditions qui ont permis la mobilisation d’une communauté d’action aussi éphémère qu’atomisée autour d’une émotion aux multiples facettes. L’histoire du parc, elle-même constitutive de la notion de patrimoine collectif, révèle l’importance de la nature pour faire culture commune.

Cet ouvrage est le neuvième volume des Carnets du Lahic, une collection éditée électroniquement par le Lahic et le Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines (ministère de la Culture et de la Communication).

Véronique DASSIÉ est chargée de recherche à l’Institut d’ethnologie européenne et méditerranéenne (Cnrs- Mmsh - Université Aix-Marseille).
Après une recherche doctorale de l’Ehess réalisée dans le cadre du Lahic (Iiac) sur les conservations domestiques (Objets d’affection, Paris, Cths, 2010), elle s’est intéressée aux processus de patrimonialisation et de mise en mémoire qui se déploient dans le sillage des institutions patrimoniales. Elle étudie actuellement les mobilisations affectives en lien avec des mutations sociales et commence une recherche sur les engagements environnementaux.

Sa recherche sur le château de Versailles a été réalisée dans le cadre d’un programme de recherche sur « Les émotions patrimoniales » (Lahic-ministère de la Culture et de la Communication - Dprps) piloté par Daniel Fabre et a également bénéficié du soutien du Groupe d’histoire des forêts françaises, dans le cadre du programme « Grands vents et patrimoine arboré » (ministère de l’Agriculture).