Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Articles

Le double drame de la création selon le Mystère Picasso (1956) d’Henri-Georges Clouzot.

par Nadine Boillon - publié le

Le Mystère Picasso (1956) de Henri-Georges Clouzot, qui fut souvent présenté comme un documentaire consacré à Picasso au travail, est également la matérialisation cinématographique de la rencontre entre deux créateurs en pleine maîtrise de leur art. Dans ce film ambigu et contradictoire, fruit d’un délicat compromis entre cinéma et peinture, l’exécution de ses tableaux par le peintre est en réalité mise en scène et enchâssée dans un récit de fiction sur la création élaboré par le cinéaste. A cette fin, Clouzot recourt aux ressorts narratifs du film à suspense : progression de la tension dramatique maintenant le spectateur dans l’incertitude de ce qui va suivre, dénouement. Il dresse de Picasso un portrait complexe où se mêlent différentes représentations stéréotypées de la figure de l’artiste, à la fois illusionniste et génie, pour lui adjoindre celle du héros créateur aux prises avec son œuvre et engagé dans un combat dont l’issue peut toujours être fatale. Mais la matière principale du film demeure la réalisation par Picasso sous l’œil de la caméra, d’une vingtaine d’images (dessins à l’encre et peintures à l’huile), et l’introduction dans la fiction de Clouzot de l’accident ou de la catastrophe, en tant que réalités événementielles constitutives de tout procès de production d’une œuvre.