Accueil > LAIOS > Membres > Anciens doctorants

Jean-Baptiste Etienne

publié le

Contact : ejeanbaptiste chez wanadoo.fr

Direction de thèse : Denis Laborde

Année d’inscription en doctorat : 2007

Thèmes de recherche

Le Bèlè, abstraction culturelle, quelles incidences sur la création et l’éducation artistique dans l’espace créolophone ?

La région de Sainte-Marie symbolise la persistance dans toute la Martinique d’une culture composée de musiques, de danses et de contes. Là, les paysans, descendants des noirs marrons, pratiquent des musiques de travail telles que la Fouy té, ou des danses dont les Kalenda ou le Bèlè. Bèlè désigne une façon d’être ensemble, des valeurs qui fondent l’identité martiniquaise actuelle. Les départements d’outremer français (D.O.M) parallèlement à la Martinique, possèdent leur équivalent Bèlè : le GwoKa en Guadeloupe et le KaséKô en Guyane. Les Bèlè ou équivalents Bèlè de l’aire créolophone des Amériques constituent une « matrice » qui relie les D.O.M et certains états indépendants de la Caraïbe : Haïti, Sainte Lucie, Dominique et Trinidad&Tobago. Au cœur de deux modes de relation au Bèlè, un ensemble d’éléments façonnent une culture caraïbe aujourd’hui.

Mots Clés : Musique, Antilles Guyane, Aimé Césaire

Cursus :

- Master Arts de la Scène et du Spectacle, Option Musique, Spécialité Ethnomusicologie, novembre 2006, Université Paris VIII.

- Certificat d’aptitude de professeur de musique, Discipline musiques traditionnelles, mars 2001, Paris.

- Admissibilité C.A de Direction d’école de musique et de danse, Certificat d’Aptitude de professeur chargé de la direction d’école territoriale de musique et de danse agréée ou non agréée, décembre 1996, Choisy-le-Roy.

- DUCAV Diplôme Universitaire de Communication Audio-visuelle
Mémoire et film sur la valorisation du patrimoine et du Bèlè (musiques et danses traditionnelles de la Martinique), mars 1992 Université Antilles Guyane