Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAIOS > Membres > Les doctorants

Govoreanu Morgane

publié le

65 rue Marcel David
94600 Choisy-le-Roi
Tél : 06 32 41 06 06

morganegovoreanu chez hotmail.com
Morgane.Govoreanu chez ehess.fr

Direction de thèse : Marc Abélès

Année d’inscription en doctorat : 2007

Allocataire de recherche

Thèmes de recherche :

Chroniques journalières dans des plantones de Mexico. Pratiques, représentations et imaginaires autour du militantisme mexicain et de ses avatars contemporains (titre provisoire).

La thèse de doctorat porte sur des campements politiques (plantones) dans la ville de Mexico (autant dans le District Fédéral que dans l’État de Mexico). Armés de bâches plastiques, des associations civiles, des groupes politiques, des syndicats ou des groupes d’individus sans statut juridique, s’installent parfois pour un mois, parfois pour des années, dans des lieux-clés de la ville, tels la place du Sénat ou de l’Assemblée nationale ou fédérale, de la Sécurité sociale, le siège d’un parti politique majoritaire ou d’une grande entreprise ou encore dans des lieux de circulation majeurs comme l’Avenue Reforma, baptisée les « Champs-Élysées mexicains ». Ils redessinent ainsi le modèle krugmanien de centre/périphérie, en plaçant au cœur des centres de pouvoir, des populations dominées socio-économiquement ou perçues comme marginales.
Revendiquant des avantages ou des droits, dénonçant des vagues de répression ou des abus, réclamant des terres ou des allocations de fonds (pour le logement, la culture, la survie, etc.), ils visent à attirer l’attention sur leur cause. À la fois moyen d’expression spontanée de groupes et source de conflits, les plantones fomentent les discussions quotidiennes des habitants de la capitale. Au-delà de la dimension anecdotique et hautement péjorative relatée par les média (difficultés de circulation notamment routière, de voisinage, d’insécurité), l’étude vise à les considérer de l’intérieur : comment naît, se maintient et se termine un plantón et quels en sont les acteurs ? Comment dans des logiques d’urgence –face à une question sociale ou politique – et de court terme, se recréent des régularités sociospatiales et des réseaux de parenté –parfois sanguins souvent symboliques ? Que signifie l’antagonisme explicite à Mexico entre liberté d’expression et liberté de circulation ? Dans quelle mesure ce moyen d’expression constitue-t-il également un moyen de contrôle de la part des autorités politiques ? Quelles sont les négociations quotidiennes qui y ont lieu, en particulier quant à la privatisation d’espaces publics et les alliances ou rapports de force aux autorités politiques ? Quelles sont les ressources, les stratégies et les compétences que nécessitent et favorisent les plantones ? Parmi les thèmes abordés : pouvoir, réseaux sociaux et mises en relation éphémères, violence, corporéité du politique.
Les plantones posent également de nombreuses questions autant théoriques qu’empiriques, à l’anthropologie : comment se forge une identité collective ? Quelles sont les figures de l’altérité, en particulier de l’Autre politique, qui se construisent à travers l’expérience d’un plantón ? Quels sont les types de relation au pouvoir et aux pouvoirs qui s’y expriment ? D’un point de vue empirique, les questions tournent principalement autour des liens entre recherche et engagement : comment mener une recherche, en particulier une ethnographie, dans un milieu militant ? Comment naviguer entre rejets de la part des groupes militants d’un non-activiste et accusations de partialité ou de manque de scientificité de la part d’autres chercheurs ? Le militantisme, dans un tel cas, peut-il –en termes de capacité et de légitimité- servir la recherche, et dans quelles conditions ?

Mots-clés : militantisme, (re)configurations identitaires, pragmatisme, situationnisme

Formation :

- 2007 : Doctorat d’anthropologie, EHESS, Paris (en cours)

- 2007 : Master 2 anthropologie, Mention Bien, EHESS, Paris. Mémoire : Le politique dans un bidonville mexicain : les réseaux sociaux dans la politisation, l’organisation politique et la formation d’imaginaires politiques. Étude comparée de trois cuidades perdidas de Mexico.

- 2006 : Diplôme de Sciences Po (équiv. Master 1), Sciences Po, Toulouse, mention Bien

- 2003 : Equivalences DEUG Histoire géographie, Maison d’Éducation de la Légion d’Honneur (Hypokhâgne, khâgne), Saint-Denis

- 2001 : Baccalauréat ES, mention Assez Bien, MELH, Saint-Denis

Publications :

- « Des réfugiés aux campements : représentations et idéologies à l’œuvre au HCR » (titre provisoire), Réfugiés, UNHCR, publication prévue pour décembre 2008

- « Los plantones y el activismo mexicano : ¿un resurgimiento ? », Calle89 (revue en ligne), 11 octobre 2008, article consultable en ligne à l’URL : http://www.rue89.com/2008/10/11/los-plantones-y-el-activismo-mexicano-un-resurgimiento

- « Génétique », communication pour l’exposition Génération 2.0, Association scientifique française Les Petits Débrouillards, septembre 2008

- « Le sens du sacrifice, exemple de syncrétisme mexicain », Revue Fora !, n°3, juin-sept 2008

- « The Green Buildings », Compte-rendu de colloque, Presses Universitaires de Jyväskylä (Finlande), 2004

Prix et bourses :

- 2004 : Bourse Cetelem « Eduquer pour entreprendre »
- 2005 : Bourse de voyage du Conseil Général de Haute-Garonne
- 2006 : Aide au voyage de l’EHESS
- 2007 : Allocation de recherche EHESS