Accueil > LAIOS > Membres > Anciens doctorants

Chamone de Freitas Emilia Maria

publié le

Contact : emiliachamone chez gmail.com

www.myspace.com/emiliachamone

Direction de thèse  : D. Laborde

Année d’inscription : 2010

Boursière de l’Agence CAPES Brésil

Thèmes de recherche :

Cette recherche entend étudier les groupes de percussions brésiliennes installés à Paris, dont la plupart s’inspirent des trois pratiques musicales brésiliennes carnavalesques, l’école de samba, la samba-reggae et le maracatu. Plutôt que de me concentrer sur la tension récurrente entre la « fidélité à la tradition » et la « création musicale originale », je propose de centrer l’analyse sur l’activité musicienne : comment fait-on de la musique brésilienne à Paris ? De cette façon, je m’intéresse surtout à la façon dont les individus fabriquent une musique dite brésilienne au sein de leur groupe et comment celui-ci s’inscrit dans un réseau de batucadas parisiennes, constitué de multiples personnages, instruments, influences et particularités.
Dans un second moment, je prétends également travailler sur les coopérations établies entre des groupes de percussions français et brésiliens, dans le cadre d’ateliers animés par des chefs d’orchestre brésiliens à Paris et de stages réalisés par des musiciens français au sein d’un groupe au Brésil. Cela me permettra aussi de poser la question de l’appropriation à partir du point de vue de musiciens brésiliens et de comprendre l’action et les répercussions de la présence des musiciens français à l’intérieur des groupes brésiliens. Troisièmement, je propose une réflexion sur les deux mots qui composent le syntagme « musique brésilienne », objet d’étude privilégié de ma recherche. Dans une expression comme celle-ci le substantif « musique » est particularisé par l’adjectif « brésilien », qui l’identifie et l’associe à une gamme de caractéristiques singulières. Comment est construite l’identité d’une musique brésilienne par les batucadas parisiennes ? Quels critères partagés et construits collectivement identifient les éléments brésiliens à l’intérieur de ces pratiques ?

Mots-clés : batucadas, tradition, percussion brésilienne

Cursus :

- 2007-2009 : Master II à l’EHESS, sous la direction de D. Laborde – mention Musique.

- 2004-2006 : Master II à l’Université Fédérale de Minas Gerais (UFMG), Belo Horizonte, Brésil – mention Education musicale.

- 2000-2004 : Diplômée en Percussion à l’UFMG, Belo Horizonte, Brésil.

• Participation au groupe de recherche franco-allemand « Analyse comparée de festivals de musiques du monde » dirigé par D. Laborde (Centre Marc Bloch/EHESS) et R. Vogels (Hochschule für Theater und Musik, Hanovre).

• Organisation avec Lucia Campos et Laura Jouve-Villard de l’atelier de lecture « Les mardis de la recherche-action » à l’EHESS.

• Percussionniste ayant joué dans des plusieurs villes brésiliennes et à l’étranger. Participation en enregistrements de CD et DVD avec des musiciens brésiliens et français renommés

Publications :

2010

- « Une ethnographie du spectacle AfroBrasil », site internet du Centre sur les arts et le langage (CRAL-EHESS), juillet.

- « Uma etnografia do espetáculo AfroBrasil », Actes du IXème Colloque de l’IASPM-AL, juin.

- “Arranjando a tradição” : Résumé publié dans le site de l’ANPOCS Brésil, mai.

2009

- « La création musicale dans les batucadas brésiliennes à Paris », Actes de la journée d’étude Quand la musique entre dans nos recherches, portail Musique/EHESS, juillet.