Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAIOS > Membres > Les doctorants

Martin Nathalie

publié le

Word

30 quater avenue Emile Zola

78300 Poissy

06.40.22.92.56

nathalimartin chez yahoo.fr

Direction de thèse  : Marc Abélès

Année d’inscription en doctorat : 2010

Activités de recherche : le philantro-capitalisme en France, l’interactivité dans les médias, les expériences de démocratie participative

Thèmes de recherche du doctorat

Depuis une dizaine d’années, les capitalistes fortunés, souhaitant faire preuve de générosité, jouent plus facilement le jeu de l’investissement, pour peu que ce dernier ait l’efficacité pour critère principal. Ils suivent de près les résultats de leurs investissements et fixent des objectifs de rendement afin d’évaluer si les actions engagées contribuent véritablement à améliorer le « bien collectif ». Ainsi, ces investisseurs entretiennent avec les organisations qu’ils financent le même genre de relations que les « capital risqueurs » envers les start-up qu’ils soutiennent. D’où le nom de cette pratique : le capital-risque philanthropique, autrement appelé la venture philanthropy.
En France, ces dix dernières années, l’évolution de la législation contribue à brouiller les frontières des secteurs marchand et non lucratif : des organismes du tiers secteur adoptent des méthodes d’entreprises (management, gestion financière…) et sont soumis aux règles de concurrence, alors que des entreprises recherchent une certaine légitimité « citoyenne », une crédibilité morale aux yeux de l’opinion publique.
Cependant, même si la philanthropie bénéficie, « en puissance », en France, d’un cadre législatif très favorable, elle demeure « en actes » assez confidentielle, et ce, surtout en regard des exemples anglo-saxons. Est-ce notre conception de l’état qui limite le recours au cercle privé ? L’importance donnée à l’impôt viendrait-elle masquer les autres formes de participation ? D’autres facteurs culturels rentrent-ils en compte dans le faible développement de la philanthropie, en France. Sommes-nous témoins de l’importation progressive de la Venture Philantropy ? Ou, a-t-on affaire à une situation singulière et à un modèle totalement inédit ? Peut-on parler d’un phénomène philanthro-capitaliste en France ?

Mots clés : philantro-capitalisme, entrepreneuriat social, modèle associatif

CURSUS

- A partir de 2010 Doctorat d’anthropologie sociale sur le thème « Le philanthro-capitalisme en France » sous la direction de Marc Abélès (EHESS, Paris, 75)

- 2004-2005 Master sociologie de l’action : organisation, marché, régulation politique (Sciences-Po Paris, 75)

- 2003-2004 Maîtrise de sciences politiques (Paris 10, Nanterre, 92)

- 2002-20003 Licence d’administration publique (IPAG, Nanterre, 92)
Licence de sciences politiques (Paris 10, Nanterre, 92)
Licence de cinéma (Paris 3, La Sorbonne, 75)

- 2000-2002 DEUG de philosophie (Paris 10, Nanterre, 92)

- 2000 Baccalauréat Littéraire, mention bien (Elie Cartan, La Tour du Pin, 38)