Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAIOS > Archives > SOGIP

Le film comme outil de reconnaissance : créativité et politiques des peuples autochtones - 8 janvier 2014

par Lydie Pavili - publié le

Séminaire du Laboratoire d’Anthropologie sociale, ouvert aux masters et auditeurs libres.
Animé par Irène Bellier (DR, CNRS), Jessica De Largy Healy (CR, musée du quai Branly) et Barbara Glowczewski (DR, CNRS)
10 h à 13 h (EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris)

2e séance : 8 janvier 2014 (salle 8) : Filmer la restitution des restes humains - exemples australiens et néo-zélandais.

Martin Thomas (historien, Australian National University) présentera le cadre général des politiques de restitution de restes humains en Australie. Il présentera un film qu’il a réalisé sur le rapatriement d’ossements humains dans la communauté aborigène de Gunbalanya, à l’ouest de la Terre d’Arnhem en Australie : « Film at the Interface : On the Politics of Human Remains Collection and Repatrhttp://www.ehess.fr/fr/enseignement...iation in a North Australian Aboriginal Community ».

Sebastien Minchin (directeur du Museum d’Histoire naturelle de Rouen), l’institution qui fut à l’origine de la restitution française des têtes maori à la Nouvelle-Zélande en 2012, George Nuku, artiste maori (sous réserve) et Jessica De Largy Healy présenteront le film La fabuleuse histoire de la tête maori (2011, dir P. Tourancheau, 52’) qui retrace la complexité et les enjeux de cette restitution. Ils commenteront le débat que la projection du film a suscité entre plusieurs conservateurs au dernier Festival de films du Pacifique de Rochefort (voir Journal de la Société des Océanistes, 136-137, 2013 et numéro spécial du JSO 134 (2012-1) sur la restitution des têtes tatouées momifiées maori).

Programme annuel sur la page du Centre : LAS - Laboratoire d’anthropologie sociale

Renseignements : par courriel : b.glowczewski chez college-de-france.fr