Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAUM > À noter

17 septembre 2014 : soutenance de thèse de Maria Anita Palumbo

publié le

M

AVIS DE SOUTENANCE DE THESE DE DOCTORAT - EHESS
le 17 septembre 2014 à 14h - EHESS Paris, Salle 8 - 105 bd Raspail - 75006 Paris

Maria Anita PALUMBO

« Barbès, Château-Rouge, La Goutte d’Or. Ailleurs commence ici.
Anthropologie d’un espace d’altérité dans Paris »

JURY

Directeur de thèse : M. Michel AGIER, Directeur d’études, EHESS

Mme Alessia DE BIASE, Maître de conférences, Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris

Mme Emmanuelle LALLEMENT, Maître de conférences, Université Paris IV

M. Ali MADANIPOUR, Professeur, Université de Newcastle

M. Christian TOPALOV, Directeur d’études, EHESS

Résumé :
Le lieu parisien à la géographie variable qui prend les noms de Barbès-La Goutte d´Or-Château Rouge est historiquement un quartier populaire et d´immigration, où la vie de tous le jours combine aujourd’hui densité et diversité de population qui en font un des lieux « cosmopolites » de Paris. Des pratiques de la rue étranges et étrangères y prennent place dans l´espace public, en caractérisant l´atmosphère générale qui fait sentir, autant les habitants que les passants, dans un « ailleurs ». Ce quartier est, en effet, une centralité commerciale africaine en Europe. Si les média insistent à le portraire comme l´exception parisienne, en consolidant ainsi le stigmate d´un quartier dangereux, une « zone de non-droit » dans la capitale, la Politique de la Ville travaille ce quartier depuis les années 80.
Ma recherche prend comme objet d´étude ce quartier sous différents points de vue pour analyser comment, dans le passé et aujourd’hui, il se construit et fonctionne comme un espace d´altérité dans/de Paris. 
Suivant les exigences d´une monographie urbaine contemporaine, qui conserve l´unité de lieu comme unité d´objet et non pas comme périmètre d´investigation, mon enquête ethnographique dépasse largement les frontières spatiales et administrative du quartier. Des habitants au discours politique, de l´espace concret du quartier à son double médiatique, de l’observation de la transformation en cours aux projections véhiculée par les projets de rénovation, je propose une analyse des différentes scènes sociales, situées à diverses échelles, qui font exister ce lieu de la ville et qui le produisent en tant qu´espace entre Paris et son contraire, entre l´ici et là-bas, entre le connu et l´inconnu.
En empruntant un strabisme nécessaire à l´anthropologue urbain d´aujourd’hui, j´observe cet objet sous une double perspective : d’une part celle du quotidien de ce quartier : dans l’épaisseur de cet espace en marge du centre ville, quelle urbanité se développe-t-elle ? Quel est le faire-ville de Barbès ? De l’autre je questionne le rôle de ce quartier dans l´économie globale parisienne. Comment Barbès habite Paris ? Comment Paris habite Barbès ? Ce travail se veut une contribution à l’analyse de la relation entre ville (spatialité) et altérité en se questionnât sur le rôle, dans les villes contemporaines, d´« espaces de l´ailleurs » où se joue une urbanité différente, qui souvent déjoue les règles dominantes du vivre en société, ou, tout du moins, en montre le dégrée de conventionalité.