Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > TRAM > À noter

Le TRAM publie

publié le

Nous avons le plaisir de vous annoncer la parution, aux éditions Karthala, fin décembre 2014 de l’ouvrage collectif : Citoyennetés ordinaires. Pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes ; sous la direction de Marion Carrel et Catherine Neveu.

Dossier « Iran, reportage intellectuel 1978-2014 », www.vacarme.org, 2014, dossier coordonné par Marie Ladier-Fouladi & Sophie Wahnich.

Pour avoir donné naissance à la République islamique, la Révolution iranienne de 1979 a été très vite stigmatisée. Ici, nous affirmons que contrairement aux idées reçues, la Révolution iranienne n’était dans sa genèse ni islamique, ni religieuse et encore moins khomeiniste. Celle-ci, comme toutes les révolutions, fut l’œuvre d’un ensemble complexe, composé d’acteurs, d’aspirations et d’idées antagoniques. Issue d’un processus lent qui a gagné en épaisseur au gré des vagues de protestation qui montaient et se regroupaient, ce sont des fractions toujours plus importantes du corps social qui lui ont donné sa puissance. Certes le clergé chiite, sous l’égide de Khomeiny, a su mieux capter l’élan du mouvement protestataire que les groupes sociaux et les formations politiques concurrents, qu’ils soient laïcs, musulmans, démocrates ou d’extrême gauche. Mais est-ce une raison pour oublier un autre présent de l’histoire des années 1978-1979 ? Le ressaisir à la manière de Foucault, permet d’éclairer le présent iranien de 2009 à aujourd’hui. Et ainsi ce qui fait aussi notre présent.

« Demandes d’ethos démocratique radicales, racines historiques et résistances à la globalisation », raison-publique.fr, le 30 avril 2014 par Sophie Wahnich.

Réfléchissant à ce que l’éthos démocratique radical peut, à travers ses diverses manifestations contemporaines, avoir en propre, notre ambition est de saisir à la fois, dans sa nouveauté, ce qui apparaît comme un déplacement structurel du fonctionnement du politique, et ce qui, de racines historiques, subsiste ou fait retour, soit pour résister à ce déplacement, soit pour affirmer qu’un monde tout autre est possible.