Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Séminaires > Séminaires 2011 - 2012 > 2010 - 2011

Sens et matérialité du lieu

Aline Brochot (Ladyss), Martin de la Soudière (Centre Edgar Morin)

par Maryse Cournollet - publié le


Un vendredi par mois de 17 h à 19 h (LADYSS - 2 rue Valette - Paris 5e), du 22 octobre 2010 à juin 2011.


Séminaire pluridisciplinaire de recherche animé par Aline Brochot (LADYSS, CNRS-Paris 1) et Martin de la Soudière (Centre Edgar Morin).


Séance du 9 décembre, L’espace et le temps des « hauts-lieux »

Serge Briffaud, (Historien, directeur du Centre de recherche sur l’histoire et la culture du PAysaGE - Ecole nationale supérieure d’architecture et du paysage de Bordeaux)

Martin de la Soudière, (Ethnologue, Centre Edgard Morin)

Résumé
A certains lieux forts, pourtant reconnus, parcourus et racontés, il manque les qualités qui feraient d’eux, stricto sensu, de plein droit pourrait-on dire, des "hauts-lieux" (type Mont Saint-Michel). Tel est, au sud de Grenoble, le cas du Mont Aiguille, découvert, célébré, puis délaissé, avant que d’être récemment, patrimonialisation aidant, reconquis par l’imaginaire. Tel est aussi celui du Mont Mouchet, entre Cantal, Haute-Loire et Lozère, tragiquement chargé d’Histoire, mais paradoxalement relativement méconnu. Des hauts-lieux en quelque sorte inachevés, qui donnent la main à d’autres types de hauts-lieux, plus ordinaires, de proximité, qui ne font sens que localement, pour les habitants de la région où ils s’inscrivent.

ATTENTION, HORAIRE EXCEPTIONNELLEMENT AVANCE de 15h00 à 17h00

Séance du 26 mai, Ouvrir l’horizon du lieu
Intervenant : Michel Collot, Professeur de littérature, Université Paris III Sorbonne nouvelle / CNRS-EA 4400 « Ecritures de la modernité »


Résumé : Il s’agirait de montrer qu’une des façons de rendre le lieu urbain plus habitable consiste à y ouvrir un horizon, à le mettre en relation avec le paysage ou à le rendre perceptible comme paysage. Cette conviction est issue de mon expérience personnelle des lieux et des banlieues, telle que j’ai pu l’exprimer dans quelques poèmes, et de certaines tendances de l’urbanisme et de l’architecture contemporains.