Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Séminaires > Séminaires 2012 - 2013

Étudier les cultures du numérique : approches théoriques et empiriques

Antonio Casilli, maître de conférences à Telecom ParisTech

par Maryse Cournollet - publié le

3e mardi du mois de 17 h à 19 h (salle 5, 105 bd Raspail, 75006 Paris), du 20 novembre 2012 au 18 juin 2013.


Les usages actuels des TIC influencent non seulement les transformations des pratiques communicationnelles et productives, mais également l’émergence de nouvelles définitions de soi, de sociabilité, de phénomènes politiques inédits. Comment les méthodes et les sujets de recherche traditionnels des sciences humaines et sociales se reconfigurent-ils pour prendre en compte les formes du vivre ensemble à l’heure du Web et de ses technologies sœurs ?


Ce séminaire propose un panorama des études contemporaines portant sur les expériences ayant mis les technologies de l’information et de la communication au centre du changement culturel et social. Afin d’aller à la rencontre d’une demande de formation de plus en plus sensible à ces problématiques, chaque séance du séminaire vise à donner un aperçu des processus de formation des objets de recherche et des méthodologies mobilisées pour les appréhender.


Les inscriptions pour le séminaire sont actuellement ouvertes. Le lien pour s’inscrire est le suivant  : http://bitly.com/duXHC5

Séance du 20 novembre 2012  :
Intervenant : Antonio Casilli, Lien social et vie privée à l’heure des médias sociaux


"Contre l’hypothèse de la ’fin de la vie privée’ sur les médias sociaux : négociabilité et cyclicité de la privacy"

RESUME :
"Au sein de la communauté internationale plusieurs voix se lèvent pour dénoncer l’érosion inexorable de la vie privée dans le contexte des usages actuels du Web social. En s’adonnant à une surveillance mutuelle et participative, les internautes renoncent-ils volontairement à la protection de leurs données personnelles ? Cette intervention adopte une approche ethno-computationnelle des controverses relatives aux politiques de négociation des paramètres de confidentialité en ligne pour montrer que la vie privée a encore de beaux jours devant elle. Sous certaines conditions, des « cycles de privacy » se mettent en place. Au travers du travail des associations d’usagers et des organismes préposés à la défense de leurs droits, ces conditions peuvent être remplies."


Lectures conseillées  :

- Susan B. Barnes (2006) A privacy paradox : Social networking in the United States, First Monday, 11 (9)

- Danah boyd (2008) Facebook’s Privacy Trainwreck : Exposure, Invasion, and Social Convergence, Convergence, 14 (1) : 13-20

- Danah boyd & Eszter Hargittai (2010) Facebook privacy settings : Who cares ?, First Monday, 15 (8)

- Anders Albrechtslund (2008) Online Social Networking as Participatory Surveillance, First Monday, 13 (3)

Blog de recherche :

/http://www.bodyspacesociety.eu/2012/11/09/seminaire-ehess-contre-hypothese-fin-de-la-privacy/

Slide


* 20 novembre 2012 : Antonio Casilli, Lien social et vie privée à
l’heure des médias sociaux http://www.bodyspacesociety.eu/?p=5491

Séance du 18 décembre 2012
Intervenant  : Bruno Vétel (Lab. Orange SENSE), Jeux vidéo en ligne et cybercriminalisation
Slides disponibles à l’adresse :

http://www.bodyspacesociety.eu/2012/12/07/seminaire-ehess-serveurs-dissidents-jeux-video-en-ligne-et-cybercriminalisation-18-dec-2012/

Slide


* 18 décembre 2012 : Bruno Vétel, Serveurs dissidents : jeux vidéo en
ligne et cybercriminalisation http://www.bodyspacesociety.eu/?p=5520

TITRE : « Serveurs dissidents » : Jeux vidéo en ligne et
cybercriminalisation


RESUME : Un serveur privé désigne la réplique dissidente du « serveur
central » d’un jeu vidéo en ligne. Cette copie est chargée de reproduire
ailleurs l’intégralité du jeu sous l’autorité d’un opérateur indépendant
du jeu original. Cette réplication est problématique pour l’entreprise
créatrice du jeu original, puisqu’elle copie un logiciel sans respecter le
droit d’auteur et qu’elle offre parfois la possibilité pour le joueur de
payer des bonus en euros pour faciliter sa partie sur ce serveur
parallèle. De fait, s’il parvient à attirer des publics en masse,
l’opérateur d’un tel serveur dissident engrange des profits qui peuvent en quelques mois s’élever à plusieurs dizaines de milliers d’euros. Dans
cette communication, nous tâcherons de comprendre pourquoi les serveurs privés les plus fréquentés d’un MMORPG donné se trouvent être à but lucratif, malgré la condamnation par la justice de certains d’entre eux. Nous mènerons pour cela l’étude des déterminants sociaux et techniques qui engagent chacun des acteurs dans une gestion stratégique de tels illégalismes.

Bibliographie indicative :

- Debeauvais, T. & Nardi, B., 2010. A qualitative study of Ragnarök Online private servers : in-game sociological issues. In Proceedings of the Fifth International Conference on the Foundations of Digital Games. p. 48–55
http://www.artifex.org/~bonnie/Debeauvais-Nardi-RO-private-servers.pdf

- Becker, H.S., 1997. Outsiders : Studies in the sociology of deviance, Simon and Schuster
http://books.google.fr/books/about/Outsiders.html?hl=fr&id=3Vjsn0BQUOoC

- Marx, G.T., 1980. Ironies of social control : Authorities as contributors
to deviance through escalation, nonenforcement and covert facilitation.
Social Problems, 28(3), p.221 http://web.mit.edu/gtmarx/www/ironies.html

Séance du 15 janvier 2013
Intervenant : Éric Dagiral ( maître de conférences à l’Université
Paris Descartes) et Sylvain Paraisie (maître de conférences à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée), journalisme de
données et à ses enjeux démocratiques.


TITRE : "Des machines à scandale : vers une sociologie morale des bases de
données"


RESUME : Depuis plusieurs années, un nombre croissant de militants (les "hackers civiques") et de journalistes (les "data journalistes")
mobilisent les bases de données pour intervenir dans le débat public. Par le biais d’un moteur de recherche ou d’un dispositif de visualisation, les internautes sont ainsi pris à témoin d’une injustice ou d’un scandale. Dans quelle mesure ces pratiques émergentes déplacent-elles les manières établies, dans nos démocraties, de construire des scandales ? Nous répondrons à cette question à partir d’une enquête de terrain réalisée entre 2010 et 2012 à Paris, Chicago et San Francisco.

Slide


* 15 janvier 2013 : Éric Dagiral et Sylvain Paraisie, Des machines à
scandale : vers une sociologie morale des bases de données
http://www.bodyspacesociety.eu/?p=5544


RÉFÉRENCES :
- Sylvain Parasie et Éric Dagiral (2012), « Data-driven journalism and the
public good. Computer-assisted reporters and programmers/journalists in
Chicago », New media and society, Published online before print November
18 (preprint disponible ici
http://sypar.files.wordpress.com/2011/05/parasie-dagiral-2012_data-driven-journalism_nms_preprint.pdf)

- Michael Schudson (2010) « Political observatories, databases and news
in the emerging ecology of public information », Daedalus 139 : 100–109
(preprint disponible ici :
http://fr.scribd.com/doc/77050824/Schudson-Michael-Political-Observatories-Databases-and-News-in-the-Emerging-Ecology-of-Public-Information)

- Dossier « Le journalisme numérique : formes, formats, frontières », Les
cahiers du journalisme, n°22-23 (accessible ici :
http://www.cahiersdujournalisme.net/cdj/22_23.htm).

Séance du 19 février 2013
Intervenante : Dana Diminescu (Télécom Paristech/FMSH) et Sabrina Marchandise (Univ. Paul-Valéry Montpellier III), l’impact des TIC sur les modes de vie et les sociabilités des migrants
internationaux.


TITRE : Internet : un monde migrant


– Les e-diasporas des migrants « équipés » (Dana Diminescu)
« E-diasporas est un projet ANR visant à analyser et à visualiser la
dynamique des systèmes migratoires et ses évolutions sur le terrain
qu’est le web. Un des changements majeurs intervenu depuis les années 1980 dans le domaine des diasporas tient à la multiplication des communautés en dispersion dans l’espace physique où la technologie induit une médiation des relations collectives de plus en plus outillées et dispersées. »


– Facebook et les étudiants marocains en mobilité internationale
(Sabrina Marchandise)
« Quelle réalité représente le web social pour les étudiants en
mobilité internationale ? L’usage des réseaux sociaux numériques
induit-il des pratiques inédites de l’espace, des sociabilités
élargies où une réalité physique se superposerait à une réalité propre
du web ? La démarche de cette étude, guidée par les usages des
migrants, interroge le sens des pratiques quotidiennes d’un groupe
d’étudiants marocains. Il permet alors de renforcer la réflexion sur
la coprésence des migrants en interrogeant ce que chaque composante du web leur apporte. Ainsi, par l’utilisation de graphes commentés de réseaux, nous pouvons avancer que l’usage des réseaux sociaux sur le web induit une transformation des rapports à l’espace, aux lieux et aux liens. »


Références :


* Site Web du projet E-Diasporas : http://www.e-diasporas.fr/
* Dana Diminescu (dir.) e-Diasporas Atlas. Exploration and Cartography
of Diasporas on Digital Networks, Paris, Editions de la Fondation de la
Maison des Sciences de l’Homme, 2012.

Slide


http://www.bodyspacesociety.eu/2013/02/08/internet-un-monde-migrant-seminaire-ehess-de-dana-diminescu-sabrina-marchandise-19-fevr-2013/


Séance du 19 mars 2013
Intervenant : André Gunthert (directeur du Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine (Lhivic EHESS) et fondateur du média scientifique)
TITRE : "Sous le radar. Bilan de la démocratisation de la création par les outils numériques"


RESUME : Il s’agit de tenter de faire le point sur les résultats d’une des
principales promesses des outils numériques : faire de chacun de nous un auteur, un créateur, un producteur culturel. Le numérique a à la fois
donné une extension sans précédent aux activités créatives, mais n’a pas bouleversé l’offre culturelle, sinon à la marge. Ce constat suppose de réinterroger nos catégories relatives aux productions culturelles. Le
numérique a peut-être moins changé la création que la manière de
comprendre ses significations sociales.

Références :


* "La révolution de la photographie vient de la conversation", Culture
Visuelle, 14 juillet 2012, http://culturevisuelle.org/icones/2456


* "L’œuvre d’art à l’ère de son appropriabilité numérique", Les Carnets du BAL (actes coll.), n° 2, octobre 2011, p. 136-149,
http://culturevisuelle.org/icones/2191

Slides


André Gunthert, Sous le radar. Un bilan de la ‘révolution des amateurs’ http://www.bodyspacesociety.eu/?p=5757


NB : La séance (initialement prévue le 16 avril) aura lieu le *mardi 23 avril 2013*, 17h-19h, en *salle 10*, EHESS, 105 bd. Raspail, Paris 6e

Séance du 23 avril 2013
Intervenant : Fred Pailler ingénieur d’études au CEM-IIAC et animateur du blog Sociographie (http://blog.sociographie.net/).
"Porno et/ou rencontre en ligne : considérations épistémologiques et méthodologiques"

RESUME :


Il existe une conception idéologique du web qui le scinde en deux régions imperméables l’une à l’autre, le web normal et le web pornographique. On retrouve cette distinction dans l’évidence qui voudrait que pratiques de la rencontre et usages de la pornographie en ligne ne soient pas de même nature et dans le fait qu’elles soient abordées, même par les chercheurs, comme des objets différents. De fait, les choses sont autrement plus enchevêtrées que cela, et, par exemple, nombre d’usages du dispositif technique dans l’optique d’une rencontre sexuelle ou sentimentale (donc implicitement et quasi-systématiquement sexuelle) sont aussi des usages sexuels du dispositif au même titre que peut l’être la pornographie. Tout dépend de la manière dont les documents, les images, les relations et les pratiques affectives seront présentées et interprétées par les sites comme par les internautes, les combinaisons étant pour le coup relativement nombreuses. Sexualités et technologies numériques de la documentation forment ainsi une série d’articulations qui ne suivent jamais une logique univoque qui faciliterait leur description objective. À la place, elles nécessitent pour ceux qui veulent les étudier une mobilité méthodologique et épistémologique dont j’essaierai de délimiter les contours.

Slides


* 23 avril 2013 : Fred Pailler, Porno et/ou rencontre en ligne
http://www.bodyspacesociety.eu/?p=5921

Séance du 21 mai 2013
Intervenante :Paola Tubaro, maître de conférences à
l’Université de Greenwich (Londres) et chercheure au CMH, CNRS, Paris
(http://paolatubaro.wordpress.com/).

Son séminaire présentera les résultats du projet de recherche
franco-britannique ANAMIA (http://www.anamia.fr/)

Slides

http://www.bodyspacesociety.eu/?p=6116

TITRE : “Pro-ana : réseaux sociaux et troubles alimentaires”

RESUME :


Le projet de recherche ANR ANAMIA propose une approche innovante du phénomène des communautés Web de personnes atteintes de troubles alimentaires. Par delà la panique morale autour du « pro-ana », ces sites ne se limitent pas à faire de l’apologie de l’anorexie, mais s’articulent avec les forums de santé, les communautés Web de patients, les plateformes de loisirs et de réseautage social. Y a-t-il une sorte de fuite vers l’Internet de ces anorexiques et boulimiques, ayant peut-être du mal à vivre leur vie sociale au quotidien ? D’une façon générale, les résultats de l’enquête forcent à la nuance, complexifient et livrent une image plus riche. En analysant les réseaux sociaux personnels d’individus atteint de TCA, l’idée reçue que les médias sociaux numériques constituent un refuge pour des personnes isolées est démontée. Une autre question explorée par l’étude est celle de savoir si ces comportements signifient un rejet du système de santé. Les personnes atteintes de TCA consultent les sites pour
chercher des informations, se soutenir réciproquement. Enfin, les
résultats concluent qu’il n’y pas de forme de rejet du système médical ;
au contraire, il y a une demande aussi forte envers les services de santé.

LECTURES :

- Paola Tubaro & Lise Mounier (2013) Sociability and Support in Online
Eating Disorder Communities : Evidence from Personal Networks, working
paper sur SSRN - Social Science Research Network, avril,
http://ssrn.com/abstract=2244098 or http://dx.doi.org/10.2139/ssrn.2244098

- Antonio A. Casilli (2013) Le Web des troubles alimentaires. Un nouvel
art de jeûner  ?, Communications, n° 92, pp. 111-123,
http://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00759825.

Séance du 28 mai 2013
Laurence Le Douarin (Univ. Lille III), L’infidélité en ligne

Séance du 18 juin 2013
Intervenant : RYBN.ORG (http://www.rybn.org/)

TITRE : « Cabinet de curiosité du trading algorithmique »


RESUMÉ : Tout au long de l’histoire des marchés financiers, de nombreuses stratégies ont été développées pour analyser, comprendre et prédire l’évolution des prix, afin d’en tirer des profits substantiels. Les connaissances des acteurs traditionnels des marchés - traders, cambistes, courtiers, agents de change, ... - ont donné naissance à des méthodes empiriques versant parfois dans l’ésotérisme le plus total, comme le Chartisme ou l’Astrotrading. En rupture avec ces méthodologies, Louis Bachelier introduit en 1900 le mouvement Brownien dans les calculs financiers, et opère un changement radical d’approche, qui va progressivement placer les marchés sous le règne de la cybernétique. En observant certains événements récents, symptomatiques de cette transformation - le Flashcrash, le Knightmare et le Hashcrash - et les mécanismes qui en sont à l’origine, il s’agira d’affirmer le caractère techno-chamanique de la finance, et la dimension mythologique des dogmes qui fondent son pouvoir.

Mots-clés  : Humanités numériques, Informatique et sciences sociales,

Aires culturelles : Contemporain (anthropologie du, monde),

Intitulés généraux :

Centre : IIAC-CEM - Centre Edgar Morin

Renseignements : Antonio Casilli, Centre Edgar Morin 22 rue d’Athènes 75009 Paris, par courriel ou tél : 01 40 82 75 25

Direction de travaux d’étudiants  : les travaux des étudiants prendront la forme d’un atelier collaboratif sur un média social généraliste, portant sur les sujets traités dans l’enseignement

Réception : sur rendez-vous uniquement

Niveau requis : niveau M1. Connaissance de la langue anglaise souhaitée. Connaissances informatiques non requises

Site web : http://bodyspacesociety.eu/

Site web  : http://webperso.enst.fr/casilli.html

Adresse(s) électronique(s) de contact : acasilli(at)ehess.fr