Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Séminaires > Séminaires 2012 - 2013

Les après coups de l’histoire

Lynda Dematteo, chargée de recherche au CNRS, Marie Ladier-Fouladi, directrice de recherche au CNRS (TH), Sophie Wahnich, directrice de recherche au CNRS (TH)

par Maryse Cournollet - publié le

2e, 4e et 5e mardis du mois de 11 h à 13 h (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 13 novembre 2012 au 9 avril 2013.


Le séminaire « Les après coups de l’histoire » s’intéressera à la manière dont l’histoire des sociétés contemporaines les habite. Si le contemporain peut être caractérisé par une situation de carambolage des temporalités, trois notions permettent de penser plus particulièrement ce carambolage entre oubli, déni et ravaudage : 
l’après coup, la mélancolie et la résilience. Nous explorerons ces notions et toutes les formes de boucles du temps à partir de terrains empiriques anthropologiques et historiques et socio-démographiques.

Séance du 13 novembre 2012
Marion Froger, « Communauté imaginaire des tiers dans l’expérience cinématographique et sentiment de solidarité des acteurs sociaux »

Séance du 5 février
Marianne Amar, « Peut-on montrer l’invisibilité de l’immigration ? L’exposition permanente de la cité de l’immigration »


Les immigrés sont souvent invisibilisés dans les sociétés qui les accueillent. Comment prendre en compte cette caractéristique
d’un phénomène social dans une exposition qui doit par définition « donner à voir » ?
Si l’invisibilité n’est pas montrée ou exposable, que dit une exposition sur l’immigration dans l’après coup de cette invisibilisation ?

Séance du 19 février
Marie Ladier-Fouladi « La place des sciences sociales dans les processus de politisation et de dépolitisation : l’islamisation des sciences sociales en Iran »


Pour le pouvoir politique iranien les sciences sociales et humaines, nées en Occident, contribuent à promouvoir le scepticisme et le doute sur les fondements religieux et de la croyance. Il les désigne alors comme la nouvelle ennemie des fondements idéologiques et théoriques de la République islamique. Considérées, en particulier, d’être à l’origine du mouvement de contestation de juin 2009, le chef de l’exécutif a, depuis lors, cherché à éradiquer les sciences sociales et humaines des cursus scolaires et universitaires et à les remplacer par une « pseudo-science » sociale et humaine qui puiserait ses principes et concepts dans l’islam.
Il s’agit bel et bien d’une volonté politique d’endoctriner les étudiants en vue de former des cadres fidèles et loyaux à l’État islamique,
afin d’assurer la survie du régime dans un contexte intérieur et extérieur de plus en plus menaçant.

Séance du 26 février
Lynda Dematteo « Roumanie / Italie, années 1930-1940, année 2000 »


Aujourd’hui l’Est de l’Union européenne est perçu comme une aire d’expansion pour les entreprises allemandes et italiennes dans une optique néo-impérialiste.
La chute du mur de Berlin semble avoir réactivé des schémas qui nous renvoient aux années 1940 :
le retour des Italiens en Roumanie après qu’ils en aient été chassés par les communistes après 1945.
Cette boucle du temps sera examinée.

Séance du 12 mars
Marie Ladier-Fouladi « Invention d’un « homme nouveau » : populationnisme et subversion des générations émancipées en Iran »


La crise de la légitimité de la République islamique, suite au mouvement contestataire survenu depuis la présidentielle controversée de juin 2009, a conduit à l’adoption d’une politique populationniste par le chef du gouvernement, Mahmoud Ahmadinejad.
L’objet consiste à mobiliser les ressources financières encore considérables du pétrole iranien pour créer des plans d’épargne pour la totalité des nouveau-nés, et par-là même précipiter les familles dans une dépendance d’abord clientéliste, puis éventuellement plus forte encore, vis-à-vis de l’appareil d’État, par la réforme du système des subventions. À travers cette politique, M. Ahmadinejad cherche à accompagner l’Iranien dès sa naissance dans le but de fabriquer un « homme nouveau », fidèle à sa propre doctrine islamique, mais surtout suffisamment aliéné à l’appareil d’État pour servir ses desseins à l’intérieur comme à l’extérieur de l’Iran.

Séance du 2 avril
« Conclusions du séminaire : le temps retrouvé ?


Il s’agira de revenir sur les liens et apports des séances du séminaire et de proposer des ouvertures pour poursuivre et approfondir la réflexion collective engagée.

Mots-clés : Anthropologie, Éthique, Génocides (études des), Histoire, Politique, Sociologie,

Aires culturelles : Amérique du Sud, Arabe (monde), Europe, France, Iranien (monde), Juives (études),

Intitulés généraux :

Centre : IIAC-TRAM - Transformations radicales des mondes contemporains

Renseignements : contacter Marie Ladier-Fouladi ou Sophie Wahnich par courriel.

Direction de travaux d’étudiants  : sur rendez-vous.

Réception : sur rendez-vous.

Niveau requis : master.

Adresse(s) électronique(s) de contact : ladier(at)ehess.fr, sophiw(at)club-internet.fr