Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Séminaires > Séminaires 2012 - 2013

Les aspects concrets de la thèse

Morgane Govoreanu, doctorante, Moritz Hunsmann, doctorant, Sébastien Kapp, doctorant, Jade Legrand, doctorante, Tristan Loloum, doctorant

par Maryse Cournollet - publié le


1er et 3e lundis du mois de 13 h à 15 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 5 novembre 2012 au 3 juin 2013. La séance du 5 novembre se déroulera de 14 h à 17 h (amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris). La séance du 19 novembre se déroulera en salle M. & D. Lombard (96 bd Raspail 75006 Paris). La séance du 3 décembre est annulée. Séance supplémentaire le 29 novembre, de 15 h à 17 h, salle 1 (105 bd Raspail).


Le séminaire des « aspects concrets de la thèse » reprend cette année encore son exploration du doctorat en sciences humaines et sociales. S’interroger sur ses différentes dimensions (sociale, pédagogique, historique, pratique, épistémologique, etc.) est au fondement de cette rencontre bimensuelle qui se veut plus qu’un simple guichet d’information. Lieu d’apprentissages et d’échanges autour du métier de chercheur, le séminaire questionne ces « allant-de-soi » de la thèse en leur donnant une hauteur réflexive. On y traite, entre autres sujets, de formation à la recherche, de l’institution universitaire, d’écriture des sciences sociales, de diffusion scientifique et de valorisation des travaux, de socialisation du chercheur, de processus de professionnalisation, de financements - autant d’éléments essentiels au bon déroulement d’un doctorat réussi. Ou pour reprendre notre leitmotiv : « ça va sans dire mais ça va mieux en le disant » !


Animé par une équipe de doctorants, il fait appel au savoir-faire de chercheurs confirmés et d’intervenants extérieurs, invités à réfléchir sur un thème particulier par séance. Chacun apporte sa lecture, sa vision, ses conseils et astuces. Les comptes rendus sont ensuite partagés sur le carnet de recherche du séminaire, vademecum collaboratif du jeune chercheur.


Séance du 5 novembre
Intervenant : Howard S. Becker (sociologue américain) "La fabrication des savoirs pendant la thèse"

Séance du 4 février
Intervenante : Fanny Rinck, maîtresse de conférences à l’université de Grenoble" Pratiques d’écriture de l’article de recherche en sciences humaines :une approche en corpus "


Nous proposons dans cet exposé de présenter les travaux que nous avons menés sur le genre de l’article de recherche français en sciences humaines, à partir d’un corpus d’articles publiés dans des revues de sciences de langage et de lettres. Nous présentons d’abord le cadre général de ces travaux qui se situent à la fois dans une perspective de description des pratiques de l’écriture scientifique et de développement de ressources pour la didactique de l’écrit dans
l’enseignement supérieur, notamment à destination des apprentis-chercheurs.


La caractérisation du genre de l’article de recherche à l’aide de méthodes quantitatives et qualitatives en linguistique de corpus permet de rendre compte des normes en usage et des variations entre les textes. Nous nous intéresserons plus spécifiquement aux variations suivant les disciplines et suivant le degré d’expertise du scripteur. Nous montrerons d’une part que des identités disciplinaires fortes se manifestent, et des images plurielles de l’activité de recherche, sur un continuum entre un modèle épistémologique
« scientifique » et un modèle « savant ». D’autre part, les articles de doctorants se conforment davantage à des attentes canoniques du
genre et interrogent ainsi l’acculturation à l’écrit de recherche et sa didactisation.


Pour plus d’informations sur le séminaire, n’hésitez pas à consulter notre carnet de recherche : http://act.hypotheses.org

Séance du 18 février
Intervenante : Monique de Saint-Martin, sociologue, directrice d’études à l’EHESS et chercheure à l’IRIS
« Que faire des conseils (ou en l’absence de conseils) de son directeur de thèse ? »


Cette séance sera l’occasion d’explorer une dimension essentielle du doctorat : la relation avec le directeur ou la directrice de thèse. Les transformations récentes du milieu académique (français et européen), et les dynamiques nouvelles de formation, n’en ont pas altéré l’importance. A peine en ont-elle effleuré la forme et les perspectives. Or, de l’accord préalable sur lequel cette relation se base aux multiples enjeux qui alimentent les échanges tout au long du doctorat, la question que pose Monique de Saint-Martin nous interroge à plusieurs niveaux : celui de ce qu’il est possible, ou pas, de demander ; de ce que le doctorant recevra de toute façon ; des rapports de force qui peuvent s’instaurer ; de la façon dont un conseil peut nourrir, orienter et parfois bouleverser l’approche de l’étudiant-chercheur ; du bénéfice à tirer d’un tel éclairage ; ou encore, par exemple, de la réciprocité - parfois inégale - de ces échanges. L’objectif est bien de replacer cette relation dans une réflexion sur le "métier" de chercheur, qui suppose de remettre chaque fois à l’ouvrage son sens critique et sa capacité à se positionner au sein d’une communauté scientifique.

Séance du 4 mars
Intervenants : Antonio Casilli, sociologue (Associate Professor Telecom ParisTech, chercheur CEM-IIAC) & Karim Hammou, sociologue (Centre Norbert Elias)


" Les médias sociaux pendant et après la thèse : entre nouvelles opportunités et risques de prolétarisation "


Depuis quelques années, le monde de la recherche est parcouru d’un frisson numérique. Réaction involontaire par perméabilité aux nouvelles mœurs, ou message d’alerte d’un changement de paradigme dont il faut prendre conscience ? Cette (r)évolution se caractérise notamment par l’apparition et l’usage de ce que l’on appelle les médias sociaux. Formidables outils de visibilité et de communication, ils constituent de nouvelles opportunités pour le (jeune) chercheur dans la construction de son parcours de recherche… pour celui qui les maîtrise, en saisit les enjeux et les risques. Antonio Casilli et Karim Hammou viendront partager avec nous leur expérience et leurs analyses de ce que l’on peut faire avec le web, les blogs scientifiques et autres wiki, et de ce que ces médias sociaux font à la recherche et aux chercheurs. En abordant les thèmes du recrutement, des transformations du marché universitaire, du rapport à l’écriture et aux pairs, ils aborderont ces questions à la fois par des exemples très concrets, et dans une réflexion plus large sur la thèse, la sociologie, et le milieu académique.

Conseils de lecture pour préparer la séance
·http://www.bodyspacesociety.eu/2012/01/02/whats-holding-back-digital-sociology/· http://blogs.lse.ac.uk/impactofsocialsciences/2012/01/25/leveraging-social-media-impact/http:/· Numérique et précaires de l’euhèssaire : http://surunsonrap.hypotheses.org/1141· Comment mieux faire connaître ses recherches ? par Marin Dacos http://blog.homo-numericus.net/article10288.html

Séance du 18 mars
Intervenante : Barbara Sémel, enseignante chargée d’études (service TICE – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
« Enseigner pendant la thèse : formation et socialisation au métier
d’enseignant dans le supérieur »


Présentée comme un pendant évident de la carrière d’enseignant-chercheur, paradoxalement l’activité d’enseignement fait peu
l’objet de réflexions approfondies et collectives, comme si la transmission du savoir à l’université relevait d’une mécanique bien huilée. Dès le doctorat, il est admis que l’enseignement pendant la thèse (monitorat, ATER, vacations) est une expérience nécessaire à l’accès au métier. Pourtant, rares sont les formations proposées pour apprendre à enseigner. Le peu d’importance accordé à la pédagogie dans l’université n’est-il pas le signe d’un rapport élitiste à la connaissance, semble-t-il encore prégnant en France, comme l’illustrait Charles Péguy (cité par Passeron dans *Le raisonnement sociologique*) en son temps : « *L’enseignement supérieur ne reçoit aucun commandement ; il se commande à lui-même ; ou plutôt il n’est commandé que par le réel dont il cherche la connaissance vraie, il ne tend qu’à la recherche de la vérité dans la philosophie et dans les sciences ; à la limite, et rigoureusement, il n’a pas à se préoccuper des élèves. (…). Il ne court pas après les élèves. Ils viennent à lui comme au dieu d’Aristote… Parlant rigoureusement, on peut dire qu’ils sont faits pour le cours, et que le cours n’est pas fait pour eux, puisqu’il est fait pour l’objet du cours* ». Quel chemin parcouru depuis lors ? Pour cette séance, Barbara Sémel viendra partager son expérience de
formatrice auprès d’enseignants du supérieur en insistant sur les enjeux de la pédagogie universitaire pour les doctorants en SHS.

Séance du 4 avril - !! Attention, changement de date et de salle !! - de 13h à 15h, salle 07, EHESS, 105 bd Raspail, Paris 6e
Intervenant : Stéphane Beaud, professeur de sociologie à l’Ecole Normale Supérieure
" S’engager dans une thèse de sciences sociales :enjeux pratiques et professionnels"


Pour préparer la séance, nous vous suggérons la lecture de l’article de S. Beaud, La sociologie française au milieu du gué, accessible à l’adresse suivante : http://sociologies.revues.org/3880


Pour plus d’informations sur le séminaire, n’hésitez pas à consulter notre carnet de recherche : http://act.hypotheses.org
L’équipe d’organisation (M. Govoreanu, M. Hunsmann, S. Kapp, J. Legrand et T. Loloum)

Séance du 15 avril


Intervenantes : Fanny Chabrol, docteure en sociologie, co-fondatrice du Réseau des jeunes chercheurs en sciences sociales et VIH/sida et ex-coordinatrice du Réseau Santé et Société & Giada Danesi, doctorante à l’EHESS, co-organisatrice des JD de l’IIAC 2012


Plusieurs activités jalonnent le parcours d’un doctorant, à des degrés très divers d’incitation : participation à des colloques, organisation d’événements scientifiques, animation de séminaires de recherche, voire de réseau de (jeunes) chercheurs. Partie intégrante du dispositif de formation, ces activités représentent pour le doctorant des opportunités de valorisation scientifique, de socialisation universitaire et d’insertion professionnelle. Pour autant, elles peuvent aussi se révéler chronophages et invitent à réfléchir à la place à leur donner dans une trajectoire individuelle. L’enjeu est alors de circonscrire les contours d’un apprentissage que constitue encore le doctorat, sans perdre de vue son objectif premier : la production aboutie d’un travail de recherche. Nos invitées viendront partager leur expérience, en interrogeant ces moments de fabrication et d’acquisition de savoirs et de savoir-faire, leur portée, et leur inscription au cour du doctorat en SHS.

Conseils de lecture :

- « Le réseau des Jeunes Chercheurs Santé et Société » : http://socio-logos.revues.org/2671

- Le bilan d’activités du réseau : http://www.reseau-sante-societe.org/wp-content/uploads/2011/05/RA-2010.pdf

- Sur la prise d’initiative au cours du doctorat : http://act.hypotheses.org/628

Séance du 21 mai
Intervenant  : Jérôme Valluy, enseignant-chercheur Paris 1 / Costech-UTC


" Se former aux multiples dimensions numériques :du métier d’enseignant-chercheur "


Pour préparer la séance, l’intervenant vous suggère la lecture des textes suivants : - "Vers une pédagogie numérique à l’université ? Compte-rendu et discussion de l’ouvrage « TIC et métiers de l’enseignement supérieur et de la recherche – Emergences, transformations » (nov. 2011)", Recueil Alexandries, Coll. Recensions, avril 2012 : http://www.reseau-terra.eu/article1234.html- "Le(s) numérique(s) universitaire(s) : contre les nouveaux dogmatismes internationaux... pour des recherches sur les multiples dimensions du numérique universitaire." Colloque international "L’université à l’ère numérique, e-formation, e-recherche, e-gouvernance", 28 février / 1er mars 2013, IURS, Rabat, pré-publication du 14.04.2013 : http://www.reseau-terra.eu/IMG/doc /Contrib_VALLUY_colloque_IURS_Rabat_mars2013.doc- "Projet de formation doctoral : Recherche et formation sur le numérique universitaire", Document de travail et bibliographie (15.04.2013) :http://lite.framapad.org/p/r.T7qzuhYzGsuJU2eK


Mots-clés : Écriture, Épistémologie, Histoire des sciences et des techniques, Humanités numériques, Méthodes et techniques des sciences sociales, Savoirs,

Intitulés généraux  :

Niveau requis : le séminaire est ouvert à toute personne intéressée et sans inscription préalable.

Site web : http://act.hypotheses.org/

Adresse(s) électronique(s) de contact : acthese(at)gmail.com