Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > Présentation

Formation à la recherche

par JCM1 - publié le

Formation à la recherche

Présentation générale

L’unité accueille actuellement 147 doctorants, dont 69 étudiants étrangers. 11 doctorats sont préparés dans le cadre d’une co-tutelle. 35 préparations de thèse bénéficient d’un soutien financier.

Les doctorants EHESS de l’unité relèvent tous de la formation « Ethnologie et anthropologie sociale ». Le périmètre scientifique du IIAC, nous l’avons dit, est dédiée au développement interdisciplinaire d’une anthropologie du contemporain, lequel associe étroitement ethnologie, sociologie et histoire dans l’appréhension des situations et phénomènes observés. L’unité travaille ainsi à l’élargissement des outils et approches propres à établir les conditions anthropologiques de saisie du contemporain.

Périmètre thématique et pédagogique de l’unité

Les séminaires et enseignements EHESS animés par les membres du laboratoire — ouverts aux masters — relèvent de quatre grands périmètres : 1/ Le premier traite des questions épistémologiques, des approches anthropologiques des sociétés et des faits sociaux, et du dialogue entre les sciences ; 2/ Le second est consacré à l’exploration des champs thématiques développés par l’unité ; 3/ le troisième relève de l’histoire de l’anthropologie ; 4/ Le quatrième est dédié aux questions de méthodes, aux matériaux, outils, sources et écritures de l’anthropologie.

Le premier périmètre interroge l’anthropologie et le dialogue entre les sciences, dans le contexte des grandes caractéristiques de la période contemporaine : les technologies, usages et cultures du numérique, l’internet comme lieu d’observation, la globalisation des échanges et des situations de communication, la circulation des valeurs dans le contexte de la mondialisation, les formes de la gouvernance, les villes et leur évolution. Autant de faits et situations qui interrogent les objets et approches de l’anthropologie, dans un dialogue constant avec la sociologie et l’histoire. Objets et approches qui témoignent parallèlement de points de jonction et de collaboration avec les sciences dures.

Sept grands champs thématiques sont explorés par les équipes de l’unité : 1/ Anthropologie du corps et de la santé ; 2/ Anthropologie de la parenté ; 3/ Anthropologie du pouvoir et des espaces politiques ; 4/ Anthropologie de la culture et des processus de patrimonialisation ; 5/ Anthropologie de la création et de la performance ; 6/ Anthropologie des configurations historiques du fait révolutionnaire ; 7/ Histoire des engagements intellectuels.

Plusieurs séminaires portent plus particulièrement sur l’histoire des disciplines et des champs disciplinaires. L’histoire ancienne et récente de l’anthropologie — les paradigmes qui ont structuré son approche et son champ scientifique —, fait l’objet d’un séminaire dédié.

En parallèle des ateliers méthodologiques de formation animés au sein des équipes (ci-après), 3 séminaires ont été dédiés aux supports et matériaux de collecte et de restitution en ethnologie.

La démarche de professionnalisation de l’unité

La démarche pédagogique engagée au sein de l’unité et de ses équipes consiste à encadrer l’acquisition des savoir faire académiques : la définition d’un objet, le recueil et l’analyse des données, la présentation orale et la communication des résultats. A ces apprentissages clés, s’ajoutent l’insertion dans le milieu scientifique, la recherche de financement et l’enseignement. Certaines équipes intègrent le programme de recherche de quelques doctorants dans le cadre de leurs projets ANR. Cependant, cette association concerne dans la plupart des cas les jeunes docteurs.

En fonction des équipes, deux modèles d’apprentissage sont à l’œuvre : soit les chercheurs et enseignants chercheurs titulaires sont à l’initiative d’ateliers et de séminaires pratiques, soit les doctorants prennent en charge l’organisation et l’animation de stages, lesquels portent sur l’acquisition des méthodes de recherche, la sensibilisation aux normes de l’écriture scientifique, la préparation de l’exposé et la prise de confiance à l’oral, la communication scientifique enfin. La participation à ces modules présente une autre vertu : permettre à l’étudiant de maintenir une discipline de travail, un rythme dans la progression de sa thèse, et de se familiariser avec les pratiques d’échange scientifique en mettant en discussion ses propres travaux et résultats.

Lorsque les doctorants sont très avancés, ils sont invités à communiquer sur leurs travaux et à publier. L’accent est mis sur la rédaction d’articles et de chapitres d’ouvrages pour la production écrite, et la présentation orale. L’unité soutient de ce point de vue la participation à des manifestations internationales, et encourage parallèlement l’initiation à l’enseignement.

Les Journées Doctorales du IIAC

A l’initiative des doctorants, sont organisées, depuis 2010, les Journées Doctorales du IIAC. Celles-ci ont lieu une fois par an, sur le modèle d’un colloque dont les modalités peuvent évoluer d’une année sur l’autre (constitution ou non de tables rondes thématiques, présence de modérateurs et/ou de discutants individuels, ouverture à la participation de doctorants ne faisant pas partie du IIAC, etc.). L’objectif affiché par les organisateurs est double : d’une part, se former à l’organisation de journées d’étude (préparation et diffusion d’un appel à communication, sélection des participants, organisation logistique et administrative, recherche de financements, communication, etc.) ; et d’autre part, réunir des doctorants relevant de disciplines diverses autour d’un même thème. Ces journées peuvent s’accompagner d’initiatives grand public, comme ce fut le cas en 2011 avec l’exposition Terra(in)cognita, issue du concours de photographies de terrain organisé par des doctorants de l’UMR et montée dans l’Atrium du France. Ces journées sont enfin l’occasion de présenter des travaux en cours, contribuant à rendre familier aux doctorants de l’UMR l’exercice de la discussion académique, indispensable dans un parcours de recherche.

Le séminaire doctoral du IIAC

Mis en place à la rentrée 2012 et inscrit au titre des séminaires de l’EHESS, le séminaire doctoral du IIAC est animé par quatre doctorants et deux chercheures de l’UMR. Il est mensuel. L’objectif du séminaire est de favoriser un encadrement collectif des travaux de thèse et d’encourager les échanges entre les doctorants de l’IIAC. Dans un esprit d’entraide mais aussi de critique constructive, le séminaire permet aux participants de présenter leurs recherches et de commenter celles de leurs collègues. Aucune obligation de présence n’est imposée, en revanche, il est entendu que le dynamisme du séminaire repose sur l’engagement de chacun à rendre les conseils dont il aura pu profiter lors de son passage. Organisé sur un mode convivial, l’atelier est l’occasion pour les doctorants de se connaître, d’échanger et d’avancer dans leur recherche.

Ce séminaire permet donc aux jeunes chercheurs de l’unité de créer des synergies de travail au sein du groupe, en particulier lorsqu’ils partagent des objets de recherche se prêtant à des regards croisés. Pour tous, c’est enfin l’occasion de réfléchir à leur propre inscription dans une matrice commune à l’unité : celle de l’anthropologie du contemporain, et de ce que celle-ci implique dans la genèse et la conduite de leurs recherches respectives.