Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Séminaires > Séminaires 2012 - 2013

Frontières et mouvements de la ville (2). Comparaisons internationales en anthropologie urbaine

Michel Agier, directeur d’études à l’EHESS (TH), Alessia de Biase, maître de conférences à l’ENSAPB (TH), Anne Raulin, professeur à l’Université Paris-Ouest Nanterre-La-Défense (Paris-X) (TH)

par Maryse Cournollet - publié le


3e et 5e jeudis du mois de 15 h à 19 h (salle M. et D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 17 janvier au 16 mai 2013. La séance du 16 mai se tiendra sous forme de journée d’études, de 9 h à 19 h.


S’interroger sur l’apport des ethnologues et anthropologues à la connaissance des villes ne vise pas à fonder une anthropologie spécialisée. Au contraire il s’agit de partir de l’enquête urbaine des anthropologues pour dire tout ce qui fait la ville (le faire ville de chaque lieu, région, situation ou contexte) et dire ce que la ville fait aux sociétés qui l’inventent. Ainsi la présence de l’anthropologue en ville et son enquête dans et avec la ville, seront interrogées en regardant de près la nécessaire construction d’outils méthodologiques qui lui permettent d’appréhender les processus matériels et immatériels de construction, continuellement négociée, de l’espace. Les processus et les mouvements des citadins, individuels ou collectifs, sont indissociables des limites, et des frontières parfois durcies, dont chaque ville dépend pour se définir comme un tout et définir les parties qui la composent. Les topographies sont variables et changeantes : mosaïque, ghetto, gated communities, campements, sont les mots que semblent croiser ou contredire ceux de réseaux, fluides, monde. Les frontières limitent ou entravent les déplacements ; mais elles sont elles-mêmes touchées, franchies ou déplacées par les mouvements. Toute réflexion qui vise à déconstruire les topographies, matérielles, imaginaires, communautaires, de la ville engage ainsi une autre réflexion sur ce qui reconstruit d’autres frontières, lignes de front ou de rencontres. Il s’agit d’introduire le mouvement dans l’étude des limites de la ville.

Séance du Jeudi 17 janvier 2013
Introduction

Anne Raulin, Avancées du séminaire (synthèse de l’année 2011-2012)

Michel Agier, « Frontières et murs, altérité et identité »

Alessia de Biase, « S’impliquer entre recherche et action »

Les séances suivantes seront consacrées aux thèmes  :

Séance du 31 janvier  : avec Claudia Girola, Maitre de Conférence de Sociologie et Anthropologie à l’Université Paris Diderot et Heitor Frugoli, Professeur d’anthropologie à l’Université de São Paulo (USP), directeur d’études invité
Discutante : Alessia de Biase


Claudia Girola  : « Subjectivation, espace public et territorialisation de soi : le cas des personnes sans abri en France. » On se représente communément les personnes sans abri comme déracinées, exclues du monde social, sans identité saisissable, en errance physique et psychique hors de tout lieu et de toute durée. Cette image limite repose sur une assimilation simpliste entre précarité socio-économique et précarité existentielle. A partir de mes propres enquêtes de terrain, je montre qu’une situation de détresse matérielle n’entraine pas nécessairement la perte des repérés fondateurs de l’existence. Au contrarie, cette expérience extrême de vie peut conduire à un travail identitaire d’affirmation de soi, rendu possible par une réelle maitrise de l’espace urbain et du temps de la ville - une topographie de la mémoire qui permet de « rester soi-même, malgré tout ».


Heitor Frugoli  : « Regards anthropologiques sur la ville de São Paulo : les errants, commerçants, travailleurs de la rue etc., et leur occupation de la ville. » Having in mind the specificities of urban anthropology produced in São Paulo (Brazil), this talk will be about the people who work in the streets, like street vendors, their long-standing existence in the city and the different ways they occupy urban space. As most of them usually establish regular routes or have some regular spots where they create relationships with their clients, we could emphasize the idea of “sedentary” circulations more than “erratic” ones.

Séance du 21 février : « Altérités en ville : entre partition et coopération » avec avec Yoann Morvan (Institut Français d’Études Anatoliennes – IFEA/CNRS-MAE) : « Juifs d’Istanbul : une frontière en mouvement »
et Dorothée Dussy (IRIS/EHESS-CNRS) : « Des parpaings et des tôles : le long chemin d’une entente citoyenne à Nouméa (Nouvelle-Calédonie)"
Discutant : Michel Agier

Séance du 21 mars  : « La nature dans la ville : rapport symbolique et politique » avec Roberta Bartoletti (Université de Urbino Carlo Bo, Département de Sciences de la communication et des disciplines humanistes) : « Les jardins partagés en Italie » et Emeline Eudes (LADYS - Laboratoire Dynamiques sociales et recomposition des espaces - et réseau francilien de recherche sur le développement soutenable) : « Les guérillas jardinières : formes de jardinage et formes de recherche »

Discutante : Alessia de Biase

Séance du 18 avril : « Cosmopolitismes urbains » avec
- Sophie Chevalier, (Université de Franche-Comté, IIAC-LAU)
- Sophie Corbillé, (Université Paris-Sorbonne CELSA, Gripic, associée IIAC-LAU)
- Emmanuelle Lallement, (Université Paris-Sorbonne CELSA, Gripic, associée IIAC-LAU) : « La ville comme résidence secondaire. Paradoxes de l’attractivité parisienne dans le contexte de la mondialisation »
- Franck Mermier, (CNRS, IIAC-LAU) : « Métamorphoses des cosmopolitismes urbains dans l’Orient arabe »
- Michel Peraldi (CNRS, CADIS) : « Marrakech cosmopolite, le rôle des migrants transnationaux dans le décollement économique de la ville »
Discutante : Anne Raulin

Séance du 16 mai (9h-19h, avec le IIAC-LAU et Sophiapol-UPO) : Journée d’études « Décliner les frontières »

Mots-clés : Anthropologie, Développement, Géographie, Mouvements sociaux, Spatialisation, territoires, Urbaines (études), Ville,

Aires culturelles : Afrique, Amériques, Arabe (monde), Contemporain (anthropologie du, monde), Europe, France,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités  :

- Ethnologie et anthropologie sociale
(Séminaire de recherche M1S1 M1S2 M2S3 M2S4)

- Étude comparative du développement
(Séminaire de recherche M1S1 M1S2 M2S3 M2S4)

- Territoires, espaces, sociétés
(Séminaire de recherche M1S1 M1S2 M2S3 M2S4)

Domaine de l’affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :
Michel Agier- Anthropologie des déplacements et nouvelles logiques urbaines

Direction de travaux d’étudiants : sur rendez-vous.

Réception : par courriel.

Niveau requis : ouvert aux étudiants en master, doctorants, postdoctorants, et auditeurs libres.

Adresse(s) électronique(s) de contact  : agier(at)ehess.fr, adebiase(at)paris-lavillette.archi.fr, raulin(at)ivry.cnrs.fr