Accueil > L’ Iiac > Vie doctorale > Activités > Les journées doctorales de l’IIAC

JD 2012 - Actes

par Jade Legrand - publié le


“Mes pensées vont vers vous qui vivez une période intellectuelle et existentielle éprouvante et exaltante, lassante et stimulante. De l’immense joie que suscite et encourage la compréhension, à l’inconfort du doute en permanence renouvelé, vous vivez intensément. La crise, vous en faites l’expérience. Les idées viennent à vous car vous labourez vos terrains mais aussi parce que l’effort que vous fournissez pendant ces années vous transforment forcément profondément. Croyez très sincèrement au regret que j’éprouve à ne pas échanger avec vous aujourd’hui sur un thème cher, capital, fondamental, par quelque sujet que vous vous en saisissiez. Je ne vous livrerai qu’une quasi injonction, dans l’écriture : ‘nulla dies sine linea’ (pas un jour sans une ligne) !”
Edgar Morin, décembre 2012



EXTRAITS DE L’AVANT-PROPOS


CRISES CRITIQUES.


Un sujet, une posture, une écriture en dialogue.


Pour la troisième année consécutive, les doctorants de l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain (iiAC, CNRS-EHESS) ont organisé des journées doctorales dans l’objectif de partager entre jeunes chercheurs des questions soulevées par la réalité sociale et scientifique contemporaine. […] En héritant des travaux nombreux et variés de chaque équipe de l’institut, nous avons eu l’ambition cette année de souligner les crises critiques à travers deux thématiques et un angle épistémologique. […] L’appel que nous avons diffusé a invité des doctorants à s’exprimer sur la crise comme sujet, en l’interrogeant selon un angle économique, social et culturel, notamment à travers les dynamiques qu’elle induit et les nouveaux terrains qu’elle produit. En un sens méthodologique, il s’agissait de produire un échange sur les crises de terrains vécues et travaillées par les jeunes chercheurs. Enfin, pour mettre en avant le processus d’écriture et l’interdisciplinarité, nous avons invité des contributions montrant l’effort, parfois problématique, de faire dialoguer diverses disciplines. […]


Les journées doctorales ont été organisées autour de quatre sessions qui regroupaient les douze communications en programme. Pour les Actes, nous avons rassemblé les working papers des intervenants en reprenant la structure des journées autour de ces quatre thématiques majeures :

1/ Dynamiques et stratégies anti-crise :
  • Le papier d’Annalisa Iorio explore des projets d’ « habitat participatif » en France et en Italie. […] Mikael Chambru questionne les ruptures et les continuités dans les modalités d’action publique de l’engagement anti-nucléaire en France après Fukushima. Les papiers de Abdelmajid Badaoui et de Soraya El Kahlaoui portent sur des formes de contestation sociale dans le Maroc contemporain. […] Enfin, Erika Pereira de Almeida explore l’immigration brésilienne au Québec. […]

2/ Investir un terrain critique :

  • […] Le texte de Jade Legrand présente d’une part, la crise comme cadre d’action de l’humanitaire en se focalisant sur son terrain en Ethiopie et d’autre part, la crise humanitaire d’un point de vue anthropologique. […] Marion Slitine nous présente sa recherche en cours sur les artistes plasticiens palestiniens contemporains. Elle discute la nature du terrain en crise, les difficultés rencontrées sur le terrain par le chercheur ainsi que les impacts de la crise sur l’art contemporain palestinien.

3/ L’expérience de terrain comme phase critique :

  • […] À partir de son expérience de terrain dans une maison de retraite en France, Laura Guerin se questionne sur la « place » du chercheur. […] Monica Labonia nous livre ses expériences de terrain dans le village de Youtou au Sénégal. Plusieurs aspects de la condition de l’ethnographe sont discutés dans ce papier. […] Sylvie Berbaum revient sur le terrain mené chez des communautés amérindiennes Ojibwa du Nord de l’Ontario au Canada lors de sa thèse en ethnomusicologie. […] Ses réflexions permettent […] d’élaborer des considérations épistémologiques concernant la manière dans laquelle l’expérience personnelle, irrationnelle, émotive, onirique et multidimensionnelle de l’ethnographe participent à la compréhension de la réalité étudiée et la nécessite d’intégrer ces expériences dans la recherche anthropologique. L’activité onirique revient dans le texte d’Emanuela Canghiari qui relève la valeur divinatoire attribuée aux songes chez les pilleurs de tombes préhispaniques dans la Sierre de Ancash au Pérou. […]

4/ Arrêt sur l’interdisciplinarité. […]

  • Jérôme Gueneau se questionne d’une part sur la figure de l’architecte et du bricoleur et d’autre part, sur sa double casquette d’architecte et d’anthropologue.


Ces sessions ont été enrichies lors des journées par deux communications de deux chercheurs invités. Ces deux interventions ne sont pas inclues dans les Actes. Nikolas Kosmatopoulos, Postdoc au Columbia Global Center de la Columbia University, est intervenu sur la manière dont la crise et la violence sont gouvernées dans le Liban contemporain. Pour faire cela, il a exploré l’ « industrie de la paix » au Liban, à niveau transnational et les différents effets de la crise. […] Thierry Wendling, chercheur au CNRS et membre du LAHIC (iiAC-EHESS), s’est exprimé sur les enjeux de l’interdisciplinarité dans la recherche anthropologique en illustrant le dialogue entamé avec d’autres disciplines dans les différentes étapes du parcours académique : la formation, la thèse, la publication et les concours.
Bonne Lecture !

Giada Danesi et Noémie Merleau-­Ponty


Actes_JD_IIAC_2012