Accueil > L’ Iiac > Vie doctorale > Institutions

Découvrir l’IIAC

par Jonathan Chibois - publié le

En tant que doctorants, nous sommes amenés à circuler entre plusieurs échelles institutionnelles. Il est d’autant plus important de les connaître qu’elles correspondent à autant d’interlocuteurs différents. Cette page est donc un petit lexique pratique à destination des doctorants qui ne s’y retrouveraient pas totalement...

L’EHESS


L’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales est l’échelle la plus facilement appréhensible parce qu’elle est la plus visible. L’inscription administrative se fait dans ses bureaux de la scolarité et c’est en son sein, et dans ses différentes implantations géographiques, que se déroule l’ensemble des séminaires de recherche proposés comme le cadre général des enseignements accessibles aux doctorants.

Son mot d’ordre : La formation à la recherche par la recherche.

L’École doctorale


Il n’y a qu’une seule École doctorale de l’EHESS (l’ED 286). C’est cette ED qui est habilitée à délivrer le diplôme de doctorat à l’issue de la soutenance de votre thèse. Elle regroupe un ensemble de 13 formations doctorales réunies dans un seul et même champ disciplinaire, celui des Sciences sociales.


L’EHESS s’inscrit également dans d’autres Écoles doctorales co-habilitées (avec l’université de Paris I, de Paris VI, de Toulouse...).

La formation doctorale


Elles sont 13 à l’EHESS et viennent préciser l’inscription du travail de recherche dans des champs thématiques et méthodologiques des sciences sociales. Chaque formation doctorale a sa propre équipe pédagogique et son secrétariat. L’inscription en thèse se fait via l’acceptation de sa candidature par la formation doctorale. Les doctorants en relèvent donc très directement.

L’UMR (Unité Mixte de Recherche)


Une fois inscrit-e, le/la doctorant-e est rattaché-e par son/sa directeur/trice de thèse à une unité de recherche. Il s’agit d’un échelon plus spécifiquement reconnu par le CNRS, co-tutelle avec l’EHESS de la plupart des unités. L’IIAC a précisément le statut d’unité mixte de recherche (UMR 8177), sous cette co-tutelle de l’EHESS et du CNRS. En tant que tel, l’Institut possède alors une direction et des services centraux qui lui sont propres. L’UMR peut par ailleurs regrouper plusieurs équipes, ou centres de recherche, et c’est le cas de l’IIAC.


Depuis sa création, en 2006, un effort constant a été réalisé en direction d’un fonctionnement de plus en plus intégré de et pour ses membres. Aujourd’hui, un projet scientifique commun réunit l’ensemble des chercheurs, doctorants, et membres de l’UMR autour de trois axes de recherche. Un pôle Médias existe également, dont les activités sont ouvertes aux doctorants de l’IIAC.

Le centre de recherche


Toujours par affiliation de son directeur/trice de thèse, le/la doctorant-e va enfin faire partie d’une équipe plus restreinte, dernier échelon de cet enchâssement d’échelles institutionnelles, il s’agit de ce que l’on appelle le centre ou laboratoire, ou encore équipe de recherche. L’iiAC réunit à l’heure actuelle cinq de ces équipes qui sont le Centre Edgar Morin, le LAHIC, le LAIOS, le LAU et le TRAM. Au-delà d’un certain éclatement géographique entre ces équipes, il faut savoir qu’elles possèdent respectivement une direction et un secrétariat particulier.



Nombreux sont les doctorants de l’EHESS qui sont inscrits en co-tutelle. Il faut alors ajouter à cette liste les instances de référence se déclinant à partir de l’autre institution de rattachement (l’équivalent de l’EHESS, et souvent à l’étranger)...



Pour plus d’informations :
- le portail étudiant de l’EHESS