Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Séminaires > Séminaires 2012 - 2013

Le décentrement de l’anthropologie (3). Mobilités contemporaines

Michel Agier, directeur d’études à l’EHESS (TH)

par Maryse Cournollet - publié le


Jeudi de 11 h à 13 h (salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail, 75006 Paris), du 21 mars au 20 juin 2013. Les séances des 4 avril, 23 mai, 6 et 20 juin se dérouleront en salle 4 (105 bd Raspail, 75006 Paris). Les séances des 16 mai et 13 juin se tiendront sous forme de journée d’études, de 9 h à 19 h.


Dans la première partie du séminaire, on verra que l’étude et la description des processus sociaux et culturels « en train de se faire » dans un contexte mondialisé, suppose une science sociale dégagée de tout présupposé identitaire. C’est dans ce décentrement que l’on pourra commencer à penser, voire observer, le sujet en situation. Dans la seconde partie du séminaire, on engagera une réflexion nouvelle à partir d’enquêtes sur les conditions, les lieux et les cultures de l’exil contemporain. Il s’agira de construire un regard sur la mondialisation à partir des mobilités et des frontières.

Première partie - Le décentrement de l’anthropologie

21 mars 2013 : « Le décentrement anthropologique. Une révision nécessaire » (M. Agier)

28 mars 2013 : « Du décentrement à une histoire générale de l’universalisme et de la modernité » (Mamadou Diouf, University of Columbia, NY)

4 avril 2013 (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris) : « Le piège identitaire. Au-delà du clivage entre essentialisme et constructivisme » (M. Agier)

11 avril 2013 : « Le sujet décentré. Anthropologie, philosophie, ethnographie » (M. Agier)

18 avril 2013 : « Assujettissement, subjectivation : l’entre-deux du sujet » (Mathieu Potte-Bonneville, ENS Lyon)

25 avril 2013 : « Le corps du sujet qui fâche » (Jean-Pierre Warnier, CEAf/EHESS-IRD)

Seconde partie - Mobilités contemporaines


16 mai 2013 : « Décliner les frontières » (journée d’études de 9h à 19h, commune aux séminaires « Décentrement de l’anthropologie » et « Frontières et mouvements de la ville »)


23 mai 2013 : « Organisation sociale et politique des réfugiés à la frontière Thaïlande-Birmanie » (Alexander Horstman, Mahidol University, Thaïlande, directeur d’études invité)
La conférence sera donnée en anglais


30 mai 2013 : « Johannesburg / São Paulo : l’expérience migratoire comme analyseur de l’urbanité » (Dominique Vidal, Université Paris Diderot, URMIS)


6 juin 2013 (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris) : « Sur la condition cosmopolite. Frontières et murs » (M. Agier)


13 juin 2013 : « Passeurs, traducteurs, médiateurs. Enquêtes sur les frontières et le monde » (Journée d’études de 9h à 18h, commune au séminaire « Décentrement de l’anthropologie » et à L’Atelier d’Anthropologie Contemporaine)

Programme

9h-9h30 - Introduction

Martin Lamotte Présentation de l’atelier
Michel Agier (EHESS, IRD), Introduction. « La frontière comme décentrement ici et maintenant »

9h30-11h - Séance 1

Frédéric Keck (CNRS, LAS), « Frontières d’espèces et frontières politiques dans le monde de la biosécurité »
Discutants : Gulia Mensitieri & Martin lamotte

Pause - 11h-11h15

11h15-12h45 - Séance 2

Rada IvekoviÄ (Philosophe), « Quelques réflexions sur les frontières en Asie et sur la traduction »
Discutant : Mariano Thierry LAWSON

Pause déjeuner - 12h45-13h45

13h45- 15h15 - Séance 3

Thierry Goguel d’Allondans (IFCAAD, Université de Strasbourg), « Le travail social comme initiation »
Discutant : David Puaud

Pause - 15h15- 15h30

15h30-17h - Séance 4

Alain Bertho (Université Paris 8), « Frontière de la politique : l’émeute, un énoncé sans parole »
Discutant : Marie Beschon

17h15-18h30 - Débat général « Passeurs, traducteurs, médiateurs : figures de la frontière »
animé par : Stellio Rolland et Filippo Furri

Argumentaire :


La frontière a été étudiée, de départ et d’arrivée, des plages africaines d’embarquement de nuit, aux poussières de désert américain. Matière à penser, la frontière a été construite autant qu’écrite. Mais toujours en ligne qui sépare. Pour comprendre la place et l’engagement de chacun dans ce monde, on cherchera à penser la frontière comme lieu, observable, d’un potentiel en suspend, de l’avenir. Il s’agit de développer une pensée du monde à partir des entre-deux, des marges et de l’incertain, de décrire les personnes qui sont dans des situations de frontière, où se joue la reconnaissance des uns et des autres, d’un point de vue cosmopolitique et non global, qui se ferait au détriment des singularités et des particularités. On parlera alors de la condition cosmopolite observable dans les situations de frontière. Et nous accueillerons les langages autres (d’autres disciplines, d’autres lieux, etc.) qui ont la frontière comme socle ou enjeu.


Plusieurs thèmes sont abordés. En premier lieu, les frontières et politiques du vivant. La frontière entre les mondes vivants (humain, animal, végétal) est-elle la nouvelle et la dernière frontière de l’autre, ou réinterroge-t-elle les altérités construites entre les hommes ? Puis à partir de réflexions sur la traduction, on interrogera les médiations qui tout à la fois font et passent les frontières, considérant les traducteurs comme faiseurs et défaiseurs de frontière. Enfin, c’est l’épaisseur de la frontière qui s’offre aux yeux de l’anthropologue sur le terrain. Il s’agira d’appréhender la frontière sous ses aspects matériels et sociaux (urbaine, nationale, juridique, en situation, etc.). On l’appréhendera comme lieu ou situation où se décident et/ou se mettent en oeuvre des pratiques, des identités ou des normes de contrôle à la marge (les conflits entre police et intervenants sociaux), comme lieu enfin où se donne à voir des pratiques politiques à la limite...


20 juin 2013 (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris) : « Échanges sur le contemporain de l’anthropologie » (M. Agier)


Bibliographie (articles de référence pour la rédaction des notes de lecture pour la validation du séminaire) :

- Agier, Michel (2012). « Penser le sujet, observer la frontière. Le décentrement de l’anthropologie », L’Homme, n° 203-204, p.51-75.

- Bazin Jean (1996). « Interpréter ou décrire. Notes critiques sur la connaissance anthropologique », in J. Revel et N. Wachtel (eds.), Une école pour les sciences sociales, Paris, Cerf/EHESS, p. 401-420, réédité in J. Bazin, Des clous dans la Joconde, éditions Anarchasis, 2008.

- Brubaker Rogers et Cooper Frederick (2000). “Beyond ``identity’’ », Theory and Society n°29, p.1-47.

- Comaroff John (2010). “The End of Anthropology, Again : On the Future of an In/Discipline”, American Anthropologist, vol 112, n° 4, pp. 524–538.

- Geertz Clifford (1998). « La description dense. Vers une théorie interprétative de la culture », traduction et présentation d’André Mary, Enquête, n° 6, p. 57-105.

- Marcus, George (1995). « Ethnography in/of the World System : The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, 24, p. 95-117.

- Naepels, Michel, « L’épiement sans trêve et la curiosité de tout », L’Homme, n° 203 - 204, 2012, p. 77-102.

- Potte-Bonneville Mathieu, « « Au sujet du terrain - subjectivation et ethnologie », Rue Descartes, 2012/3 n° 75, p. 102-113.

- Vidal, Dominique, « Comparer le comparatisme ordinaire. À propos des migrants mozambicains à Johannesburg et boliviens à São Paulo », Terrains & travaux, n° 21, 2012, p. 55-73.

- Warnier, Jean-Pierre, « Technology as efficacious action on objects… and subjects », Journal of Material Culture, 2009, Vol. 14(4), p. 459-470.

Bibliographie complémentaire :

- Marc Abélès, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot, 2008.

- Michel Agier, La Condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, La Découverte, 2013.

- Marc Augé, Pour une anthropologie des mondes contemporains, Flammarion, 1994.

- Georges Balandier, Le désordre. Éloge du mouvement, Fayard, 1988.

- Etienne Balibar, Saeculum. Galilée, 2012.


- Olivier Leservoisier, et Laurent Vidal, L’anthropologie face à ses objets. Nouveaux contextes ethnographiques, Paris, Éditions des Archives Contemporaines, 2007.


- Achille Mbembe, Sortir de la grande nuit. Essai sur l’Afrique décolonisée, Paris, La Découverte, 2010.


Mots-clés : Anthropologie, Développement, Diaspora, Géographie, Migration(s), Sociologie, Spatialisation, territoires, Urbaines (études),

Aires culturelles  : Contemporain (anthropologie du, monde),

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire semestriel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

- Ethnologie et anthropologie sociale
(Séminaire de recherche M1S2 M2S4)

- Étude comparative du développement
(Séminaire de recherche M1S2 M2S4)

- Territoires, espaces, sociétés
(Séminaire de recherche M1S2 M2S4)

Domaine de l’affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :
Michel Agier- Anthropologie des déplacements et nouvelles logiques urbaines

Direction de travaux d’étudiants  : sur rendez-vous uniquement.

Réception  : contacter Élisabeth Dubois par courriel : Elisabeth.Dubois(at)ehess.fr

Niveau requis : ouvert aux étudiants en master, doctorat, post-doctorants, chercheurs et enseignants-chercheurs, auditeurs libres.

Adresse(s) électronique(s) de contact : Elisabeth.Dubois(at)ehess.fr