Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Archives > Archives de Séminaires > Séminaires 2013

Les ethnologues et le fait colonial

Daniel Fabre, directeur d’études à l’EHESS (TH), Christine Laurière, chargée de recherche au CNRS, André Mary, directeur de recherche au CNRS (*) (TH)

par Maryse Cournollet - publié le


2e et 4e jeudis du mois de 15 h à 17 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2013 au 12 juin 2014. Séance supplémentaire le 15 mai, salle 8 (même heure, même adresse).


Ce séminaire entend revenir de façon dépassionnée sur les rapports entre anthropologie et colonisation. Longtemps accusée d’être la fille du colonialisme, née « d’une ère de violence » (Lévi-Strauss), l’anthropologie des années 1960-1970 a vigoureusement battu sa coulpe et douloureusement pris conscience des relations complexes entre la constitution du savoir ethnographique et le pouvoir impérial. L’historiographie récente invite à étudier à nouveau frais cette question, en ne partant non pas des concepts, des théories, mais de situations particulières qui unissent un individu précis (l’ethnologue) à une situation contextualisée et des pratiques savantes. En somme, c’est à une anthropologie des savoirs ethnographiques en situation coloniale que ce séminaire souhaite apporter sa contribution.

Au cours de cette troisième année, nous continuerons d’interroger les modalités concrètes de la constitution de ces savoirs ethnographiques, en privilégiant le comparatisme (géographique et historique), la diversité des expériences coloniales, et une approche analytique, empirique, qui affronte ces questions par l’entrée biographique. Seront ainsi évoqués à la fois des moments (la Révolution française au prisme de ses colonies intérieures et d’Outre-mer, le mouvement religieux nord-amérindien du Ghost Dance dans les années 1890, l’ethnographie française de l’Indochine dans l’entre-deux-guerres, l’Angola des années 1930, l’Océanie française des années 1950, la révolte Mau-Mau), des figures et pratiques d’ethnologues sur des terrains coloniaux (Paul Rivet, James Mooney, Aristide Letourneux, Jacques Berque, Georges Condominas, Jacques Soustelle, Jean Guiart, les ethnographes maussiens en Afrique, etc.), mais aussi l’utilisation de l’ethnologie par les romanciers des élites indigènes noires francophones comme Paul Hazoumé ou Fily Dabo Sissoko.

PROGRAMME :


14 novembre 2013 :

Nélia Dias (ISCTE, Lisbonne) :

Paul Rivet en Indochine (1931-1932) et la tentative de création d’un musée d’ethnographie

Jeudi 28 novembre :

Frederico Rosa (Université nouvelle de Lisbonne) :

Labyrinthe colonial : James Mooney et le messianisme amérindien de 1890


Jeudi 12 décembre :

Pierre Serna, Frédéric Régent et Jean-Luc Chappey (Université Paris I Sorbonne) :

Guerres d’indépendance, guerres révolutionnaires, guerres coloniales à la fin du XVIIIe siècle

Jeudi 9 janvier 2014 :

Alain Mahé (EHESS) :

Réflexions sur la place — et ses paradoxes — de La Kabylie et les coutumes kabyles de Hanoteau et Letourneux (1873) dans l’Ecole sociologique française


Jeudi 23 janvier :

François Pouillon (EHESS) :

Jacques Berque (1910-1995) et le fait colonial

Jeudi 13 février (séminaire commun avec la FRAO) :

Benoît Trépied (CNRS) et Eric Wittersheim (EHESS),

Anthropologie et réforme coloniale après 1945 : Jean Guiart dans le Pacifique français

(Nouvelle-Calédonie, Nouvelles Hébrides)


Jeudi 27 février :

Christine Laurière (CNRS) :

Jacques Soustelle, de Mexique, Terre indienne au combat pour l’Algérie, terre française


Jeudi 13 mars :

Catarina Madeira Santos (EHESS) :

De l’« école de la brousse » à l’Ecole coloniale : les administrateurs coloniaux de l’Angola

face à l’enquête ethnographique de 1936


Jeudi 27 mars :

Anne-Marie Peatrik (CNRS) :

Doubles et fantômes de Facing Mount Kenya : les Kikuyu dans le miroir de l’ethnologie (coloniale)


Jeudi 10 avril :

Yves Goudineau (EFEO) :

Du métisse à l’indigène, ethnographie et décolonisation intérieure chez Georges Condominas

Jeudi 15 mai :

Alice Conklin (Ohio State University),

Le Maître Mauss et la génération perdue : terrain, colonialisme

et recomposition de l’anthropologie française


Jeudi 22 mai :

Vincent Debaene (Columbia University),

Le point de vue de l’indigène : littérature indigène et ethnologie dans l’Empire français

Jeudi 12 juin :

Daniel Fabre, Christine Laurière, André Mary :

Ethnologues en situation coloniale

Mots-clés : Anthropologie, Coloniales (études), Empire, Épistémologie,


Aires culturelles : Afrique, Amérique du Nord, Arabe (monde), Asie sud-orientale, Contemporain (anthropologie du, monde), Maghreb, Océanie,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

- Ethnologie et anthropologie sociale
(Séminaire de recherche M1S1 M1S2 M2S3 M2S4)

Domaine de l’affiche : Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Intitulés généraux :
Daniel Fabre- Anthropologie de l’Europe

Renseignements : par courriel à daniel.fabre(at)libero.it et christine.lauriere(at)ehess.fr.

Direction de travaux d’étudiants : les étudiants sont reçus sur rendez-vous.

Réception : sur rendez-vous.

Niveau requis : séminaire ouvert aux étudiants de master et doctorat.

Adresse(s) électronique(s) de contact : daniel.fabre(at)libero.it, christine.lauriere(at)ehess.fr, amary(at)ehess.fr