Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Activités scientifiques > Séminaires et enseignements de l’IIAC 2015-2016

L’art de se gouverner II. L’anthropologie politique des alternatives et interstices (séminaire du LAIOS)

par Marion Dupuis - publié le

Sarah Carton de Grammont, ATER à l’EHESS ( IIAC )
Riccardo Ciavolella, chargé de recherche au CNRS ( IIAC-LAIOS )
Sabrina Melenotte, docteure en anthropologie EHESS ( IIAC-LAIOS )
Birgit Müller, directrice de recherche au CNRS ( IIAC-LAIOS )
Hadrien Saiag, chargé de recherche au CNRS ( IIAC-LAIOS )

3e jeudi du mois de 15 h à 17 h (salle 3, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 17 décembre 2015 au 19 mai 2016.

Ce séminaire prolonge la réflexion entamée l’année dernière au sujet des alternatives et de leur gouvernement. Dans un contexte de globalisation technologique et capitaliste émergent des discours et expériences politiques proposant ou construisant des formes de vie collective alternatives. Formes fondées, dans l’organisation des relations sociales, sur l’égalité plutôt que sur la hiérarchie ; dans l’organisation économique, sur la coopération plutôt que l’exploitation ; et dans l’organisation politique – sur des espaces organisés composés de sujets politiquement conscients et critiques par rapport aux structures de domination, capables de mettre en cause le fonctionnement des structures étatiques et leur appropriation. Une partie de ces projets politiques est d’ailleurs portée par – ou s’inspire de – certains anthropologues critiques ou pose plus généralement la question de la fonction politique de la discipline. Se pose ainsi la question de la politique, au sens propre ou premier, de nos politiques d’enquête : quels effets sur le monde auront nos recherches, que cherchons-nous à faire à travers ce que nous cherchons, qu’espérons-nous de nos recherches ?

Le séminaire du LAIOS interrogera les formes de vie et d’organisation qui se veulent des alternatives radicales au système de pouvoir dominant, ou qui émergent en son sein – de l’intérieur – dans les interstices de contestation, de contre-conduite et de contournement. Nous analyserons aussi bien des formes d’organisation antiautoritaires et libertaires basées sur la participation directe plutôt que sur la délégation de pouvoir, que des structures politiques créées consciemment pour institutionnaliser un espace propre permettant l’intervention stratégique dans le jeu de pouvoir dominant. Nous explorerons également les formes d’organisation économique alternatives et coopératives, les monnaies alternatives et les réseaux de consommateurs. Nous porterons une attention particulière au rapport de ces tentatives de transformation alternative et interstitielle à l’État et aux nouvelles structures d’autorité privée globalisées.

Mots-clés : Anthropologie, Capitalisme, Politique,

Voir en ligne : http://www.ehess.fr/fr/enseignement...