Accueil > Centre Edgar-Morin > Contrats de recherche

La sociabilité "Ana-mia" : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en ligne et hors ligne

par Jahan - publié le

« La sociabilité "Ana-mia" : une approche des troubles alimentaires par les réseaux sociaux en ligne et hors ligne » (ANAMIA), Convention de recherche en réponse à l’appel à projets 2009 du programme de recherche ALIA “Alimentation et Industries Alimentaires“ de l’ANR, 2010-2012.

Partenaires : Centre Edgar Morin/iiAC (EHESS-CNRS), Paris : Claude Fischler, responsable scientifique du projet ; Centre Maurice Halbwachs (CMH), ENS Paris : Lise Mounier ; Centre de Recherche en Psychologie, Cognition et Communication (CRPCC), UBO, Brest : Estelle Masson ; Institut Telecom - Telecom & Management Sud Paris (Ethique Technologies Organisations Société) IT/TM SP (ETOS), Paris : Pierre-Antoine Chardel ; Groupement de Recherche en Economie Quantitative d’Aix-Marseille (GREQAM) : Juliette Rouchier.

Résumé : Dans les pays du nord du monde, le taux de mortalité de l’anorexie et de la boulimie a été estimé entre 5% et 10% par décennie - l’un des plus élevés pour de tels troubles. C’est donc avec étonnement que l’opinion publique a assisté, au cours des dernières années, à la propagation d’un mouvement en réseau prônant les bienfaits de l’anorexie et de boulimie (« ana-mia », dans le jargon d’Internet). Le mouvement se présente aujourd’hui sous la forme d’une constellation de blogs, de services de networking clandestins et de forums. Si dans le passé la compréhension scientifique et le traitement clinique des troubles de l’alimentation ont déjà bénéficié de la connaissance de leurs déterminants sociales, aujourd’hui c’est à la sociabilité en ligne qu’il faut se tourner pour comprendre leurs évolutions possibles. Dans la mesure où Internet affecte profondément les modes de communication, l’amitié et le lien social chez les adolescents et les jeunes adultes, une compréhension globale du phénomène ana-mia serait un instrument indispensable pour les politiques d’intervention en matière de santé publique ainsi que pour la conception de campagnes d’information.

Ce projet porte sur le rôle que jouent les réseaux sociaux dans la prolifération des troubles des conduites alimentaires. L’objectif du projet est de procéder à une étude de sociologie comparative de sujets ana-mia résidant dans deux pays (France et États-Unis), à travers une restitution de leurs réseaux sociaux en ligne et hors-ligne. Bien que la prévalence des troubles des conduits alimentaires soit relativement homogène dans l’ensemble du monde occidental, la France et les Etats-Unis, pour les buts de notre recherche, diffèrent sous bien des égards (habitudes et culture alimentaire, IMC moyen, prévalence d’obésité et de surpoids/insuffisance pondérale, fréquence et intensité des activités en ligne).

L’intérêt croissant dans l’exploration de l’alimentation et de ses troubles par le biais de l’analyse de réseaux sociaux est bien illustré par un récent article sur les réseaux personnels et de la propagation de l’obésité en Amérique (Christakis & Fowler 2007).

Dans le même créneau théorique, notre projet vise à étudier la structure, la fonction et l’influence des réseaux sociaux de sujets anorexiques et boulimiques sur leurs comportements alimentaires et de santé. En particulier, il est essentiel d’avoir un aperçu de l’impact sur la santé des sujets anorexiques/boulimiques de la communication assistée par ordinateur dans les réseaux en ligne, surtout par comparaison aux interactions sociales en face-à-face.

En mettant l’accent à la fois sur les réseaux sociaux en ligne et hors-ligne, ainsi qu’en s’attaquant aux contextes culturels et sociaux de deux pays différents, ce projet représente une contribution importante à la compréhension de ces processus complexes.

Notre recherche intègre un large éventail d’outils méthodologiques, c’est-à-dire des entretiens semidirectifs, des questionnaires en ligne, de l’analyse de réseaux sociaux, et des simulations informatiques à base d’agents. L’utilisation conjointe des données quantitatives et qualitatives est déjà pratique courante dans les sciences sociales, ainsi que le recours à des données empiriques afin de valider les simulations multiagents. La nouveauté de ce projet est l’utilisation combinée de ces d’outils et, en particulier, l’utilisation des interviews en profondeur afin d’informer la simulation numérique.


"Ana-mia" Sociability : an Online/Offline Social Networks Approach to Eating Disorders

The mortality rate of anorexia and bulimia nervosa in Western countries has been estimated between 5% and 10% per decade - one of the highest for such conditions. Thus, in recent years, the rise of an Internet movement advocating anorexia nervosa and bulimia nervosa (“ana-mia”, in web jargon) has taken public opinion by storm. The movement has presently taken the form of a constellation of blogs, underground networking services and discussion forums. If in the past scientific knowledge and clinical treatment of eating disorders have benefited from a better understanding of their social determinants and implications, today it is online sociability that has to be addressed to appreciate the potential progression of such disorders. As far as Internet affects the modes of communication, friendship, and sociability of teenagers and young adults, a comprehensive understanding of the ana-mia phenomenon would be a useful instrument for public health policy intervention and information campaign design.

Our project addresses the role played by social networks in proliferating eating disorders. The goal of the project is to conduct a sociological comparative study of ana-mia subjects located in two countries (France and the USA) by mapping their social networks both online and offline. Although the prevalence of eating disorders is relatively homogeneous throughout the Western world, France and the USA differ under many respects that are of interest for this research (food habits and food culture, average BMI, prevalence of obesity and over/underweight, frequency and intensity of online activities).

The growing interest in exploring eating behavior and eating disturbances with the methodological tools of social network analysis is better epitomized by a recent article on personal networks and the spreading of obesity in America (Christakis & Fowler 2007).

Along similar lines, our project purports to study the structure, function, and relevance of social networks of anorexic and bulimic subjects in relation to their nutritional and health behaviors. In particular, it is essential to gain insight into the impact and importance of computer-mediated communication in online networks on the health of persons with anorexia and/or bulimia nervosa, relative to their face-to-face social interactions.
With its focus on both online and offline social networks, as well as with its attention to cultural and social contexts in two different countries, this project is uniquely positioned to gain insight into these complex processes.

Our research integrates a wide array of methodological tools, namely survey methodology and in-depth interviews, web-based questionnaires, empirical social network analysis, and agent-based computer simulation. Joint use of quantitative and qualitative data is already common practice, as is use of empirical data to validate computer simulations ; the novelty of this project is the combined use of those tools and in particular, the use of in-depth interviews to inform the computer-based simulation.