Accueil > LAUM > Séminaires du LAUM > Culture matérielle et pratiques dévotionnelles dans les sociétés chiites

séminaire 2015-2016

par Chrystèle Guilloteau - publié le

Culture matérielle et pratiques dévotionnelles dans les sociétés chiites

Zahir Bhaloo, chercheur associé (CEIAS )

Michel Boivin, directeur de recherche au CNRS ( CEIAS )

Sepideh Parsapajouh, chargée de recherche au CNRS ( IIAC-LAUM )

1er jeudi du mois de 9 h à 12 h (salle 662, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 5 novembre 2015 au 2 juin 2016

L’islam est souvent présenté comme une religion refusant tout intermédiaire entre Dieu et les hommes, laissant peu de place aux objets dans ses rituels. Or dans de nombreuses cultures locales le recours aux objets pour activer le lien de l’humain au divin apparaît nettement. En se basant davantage sur la dimension dynamique et performative du religieux, sur « l’acte même du croire, c’est-à-dire ce que le locuteur (individuel ou collectif) fait de l’énoncé qu’il affirme croire » (M. de Certeau, 1983) que sur son contenu ou « objet de croyance » (E. Aubin, N. Lucas, 2014), ce séminaire se concentre spécifiquement sur les sociétés chiites, les moins connues, tout en essayant de rompre avec les représentations médiatiques et géopolitiques du chiisme et des chiites, présentés tour à tour comme les antidotes de l’extrémisme sunnite ou, au contraire, comme les fers de lance de la violence islamiste. Après la publication en 2011 de Pedram Khosronejad, sur le chiisme iranien et l’iconographie, de James W. Allan sur l’architecture chiite (2012), de Jabbar Rahmani sur les changements des rituels de deuil de Muharram à travers une analyse de symboles, chants et objets, en Iran (2014) et de Fahmida Suleman sur les expressions rituelles et artistiques du chiisme (2015), le séminaire entend ouvrir l’horizon chiite en termes géographiques ainsi que thématiques. En premier lieu, il s’agira de prendre en compte les sociétés et les cultures chiites dans leur diversité au sein de l’espace musulman dans son ensemble. En second lieu, un élargissement du fait chiite se trouve au centre de nos questionnements, ce qui signifie que notre propos inclut le chiisme duodécimain, mais également ismaélien et autre. Enfin en troisième lieu, nous entendons par l’expression de culture matérielle les processus de fabrications, les savoirs et les savoirs faire, artistiques ou non, qui produisent du plus petit objet apparemment insignifiant au plus grand, le monument. À ce propos, notre intérêt porte plus particulièrement à voir comment la matérialité de l’objet — le passage de sa représentation idéelle à une existence concrète en tant qu’objet — conditionne sa conception, sa réalisation, sa fabrication et ses usages.

Pedram Khosronejad, 2011, The Art and Material Culture of Iranian Shi’ism : Iconography and Religious Devotion in Shi’i Islam, I.B. Tauris Publishers, Royaume- Uni.

James W. Allan, 2012, The Art and Architecture of Twelver Shi’ism : Iraq, Iran and the Indian Sub-Continent, Azimuth Editions. London.

Jabbar Rahmani, 2014, Taqi’irât-e manâsek-e ‘azârâdi-ye muharram, Téhéran, Tissâ (en persan).

Fahmida Suleman, 2015, People of the Prophet’s House : Artistic and Ritual Expressions of Shi’i Islam, Azimuth Editions. London.

M. de Certeau, 1983, “L’institution du croire : note de travail”, Recherché des Science Religieuses, 71, 1983, p. 61-80.

Aubin-Boltanski, E., A.-S. Lamine, N. Lucas, 2014, Croire en actes. Distances, intensité ou excès ?, Paris, L’Harmattan.

PROGRAMME

5 novembre :

• Michel Boivin (CNRS-CEIAS) et Sepideh Parsapajouh (CNRS-IIAC-LAU)
« Introduction au séminaire, présentation du programme 2015-2016, projets personnels, évènements à venir, nouvelles publications »

• Sara Kalantari (doctorante en ethnomusicologie, LESC, Université Paris Ouest Nanterre la Défense) « Achoura, une passion chantée : la musique du rituel d’Achoura en Iran »

3 décembre :

• Jean-Charles Coulon (IRHT-CNRS), « L’art des carrés magiques dans les sciences occultes islamiques »

• Laetitia Fronval (CEIAS-EHESS), « Réponses et remèdes. Une approche anthropologique de quelques pratiques divinatoires et magiques des chiites d’Iran et du Tadjikistan »

7 janvier :

• Zahir Bhalloo (CEIAS), « La pratique de marsiya dans la communauté chiite marchande Lûtiyah/Ḥaydarâbâdî du Sultanat d’Oman »

• Sepideh Parsapajouh (IIAC-LAUM), « Du marsiyeh au nowheh : la place de la poésie funèbre dans les rituels de Moharram en Iran contemporain »

4 février :

• Iqbal Surani (EPHE, postdoctoral associate, Florida International University, FIU), « From Satpanthī Khoja-s to Shi‛a Imāmī Ismāʻīlī Ṭarīqa : The construction of religious identity of the Khoja-s Imāmī Ismāʻīlī of South Asia through the study of selected farmān-s »

• Michel Boivin (CEIAS-CNRS), « Le chiisme ismaélien comme NMR (nouveau mouvement religieux) : réflexions sur la bureaucratisation de l’imâmat et ses conséquences »

7 avril :

• Waed Bouhassoun (doctorante en ethnomusicologie, LESC-CREM, Université Paris Ouest Nanterre La Défense et chanteuse musicienne), « Le rituel funéraire d’un martyr chez les Druzes du sud de la Syrie »

• Isabelle Rivoal (CNRS-LESC), « Les objets comme supports relationnels. Présence des Joumblatt et présence des shaykhs dans l’espace quotidien des druzes du Chouf (Liban) »

26 mai :

• Mohammad Ali Amir-Moezzi (EPHE-LEM) « La spiritualité des icônes dans le soufisme shiite »

• Mathieu Terrier (EPHE-LEM) « Mîr Dâmâd (m. 1040/1631), un philosophe shi’ite face aux pratiques dévotionnelles »

Contacts : mboivin chez ehess.fr ; sepideh.parsapajouh chez gmail.com