Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > Centre Edgar-Morin > Thèmes de recherche

Mémoire, appartenances, générations en contexte migratoire

par Chrystèle Guilloteau - publié le

Un premier ensemble de recherches porte sur les mémoires des migrations et leur éventuelle patrimonialisation. Depuis les années 1980 en France et selon un calendrier proche dans de nombreux pays du monde, les initiatives visant à "recueillir" les mémoires des migrations se multiplient, menées tant par les milieux associatifs, qu’institutionnels et scientifiques. Il s’agit d’analyser, pour les différentes migrations et selon les pays, les mécanismes qui visent à transformer les mémoires des migrations en une forme de patrimoine. On essaiera ainsi de comprendre comment et pourquoi des processus de "patrimonialisation" des mémoires des migrations émergent. Quels en sont les acteurs et les objets et comment se construisent ces mémoires collectives ? On s’interrogera notamment sur le rôle et la diffusion des idées et des modèles au niveau international. Si ces mémoires des migrations sont de plus en plus valorisées dans l’espace public, différentes études montrent que, dans les familles, l’expérience de la migration est peu transmise de manière explicite aux enfants. On s’interrogera dès lors sur les liens entre l’expression publique d’une mémoire des migrations et la transmission au sein des familles d’une mémoire de la migration. S’inscrit aussi dans cet ensemble la recherche menée par Sophie Bobbé et Evelyne Ribert sur la retraite des migrants, en collaboration avec Emmanuel Terray ainsi que celle de Claudine Attias-Donfut et Sophie Bobbé sur les rituels funéraires des populations migrantes en France.

Projets collectifs passés et en cours : séminaire « Mémoires et patrimonialisations des migrations » animé par Michèle Baussant (CRFJ), Irène dos Santos (Urmis), Marina Chauliac (DRAC et IIAC/CEM), Evelyne Ribert (IIAC/CEM), Nancy Venel (Triangle)
Numéro 100 de Communications à paraître en mai 2017 : « Des passés déplacés, Mémoires des migrations »
Participation à l’ANR Silpast : « Silenced pasts, mediations and social appropriations of the pasts in immigration and post-conflict societies », porté par Michèle Baussant (CRFJ), 07/2016- 01/2018 dans le cadre du programme : Construction de l’Espace Européen de la Recherche - vague 3 2016 de l’ANR, MRSEI
Sophie Bobbé et Evelyne Ribert, en collaboration avec Emmanuel Terray, « La retraite des migrants », convention de recherche avec la CGT.
Claudine Attias-Donfut et Sophie Bobbé, « Construire sa mort, Étude sur les anticipations des modes de funérailles auprès de communautés d’origines diverses habitant la région parisienne. » Contrat avec la Fondation des Services funéraires de la ville de Paris.

Un second ensemble de recherches porte sur l’internationalisation des mémoires et les dynamiques conflictuelles. Nicole Lapierre a ainsi analysé les convergences entre mémoire juive et mémoire noire. Cette recherche, qui porte à la fois sur la France, les États-Unis et l’Afrique du sud, analyse de nombreux cas de rapprochements, de croisements ou d’alliances entre des Juifs et des Noirs. Outre un savoir inédit sur cette question, elle débouche sur deux propositions théoriques : la notion de « perspective transmémorielle » et le projet d’une anthropologie de l’empathie. Elle s’inscrit dans une réflexion plus générale sur les mémoires victimaires, l’espace public et les politiques de reconnaissance. Elle montre notamment la place progressivement prise par la représentation et la commémoration du génocide juif dans l’espace public des pays occidentaux et analyse la façon dont cette mémoire victimaire devient à la fois un cadre référentiel et l’enjeu d’une compétition mémorielle.
Projet collectif en cours : « Diversité des expériences et causes communes » Cycle de conférences international organisé par New York University - Paris, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, et l’Institut du Tout-Monde (Printemps 2016 – Automne 2017) Organisateurs : Manthia Diawara & Nicole Lapierre
Une publication collective en anglais est prévue.

Un troisième ensemble de recherches porte 1) sur la conscience européenne, les identités et l’appartenance nationale en Europe, avec des travaux sur les jeunes et la conscience européenne qui s’inscrivent dans un réseau de recherches comparatives, réunissant différents pays européens et 2) sur les populations issues de l’immigration et l’appartenance nationale