Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Productions scientifiques > Ouvrages/Parutions 2017

Les procès Colonna, Chaïb, Bissonnet. Anthropologie de trois affaires judiciaires.

par Nadine Boillon - publié le

Ariane MONNIER, éditions le bord de l’eau, Paris, 2017

Postface de Marc Abélès.

Dans les fictions judiciaires ici recomposées, les témoins ne se souviennent plus qu’en partie de la scène ou manquent à l’appel, les policiers ont de la peine à parler, les expertises ne collent pas, les accusés ne parlent pas assez ou en disent trop. Les avocats doutent. À partir d’un travail d’enquête anthropologique autour de trois affaires judiciaires récentes dont la célèbre affaire Colonna, ce texte, à mi-chemin entre le journal de terrain, le dialogue de théâtre et le récit littéraire, propose d’entrer dans le procès d’assises comme à l’intérieur d’une mise en scène manquant sans cesse son sujet. Recadré de manière singulière, rythmé par des arrêts obsédants dans les lieux traversés par le procès, le cours de l’action – depuis le constat du crime jusqu’au verdict – est donné à voir et à entendre au plus près des absences, des incertitudes, des éventuels débordements. La voix de la narratrice, confondue tour à tour avec celle d’un témoin, d’un avocat, d’un journaliste, d’un accusé, d’un juge, permet de faire vivre chaque scène comme si elle était en train d’avoir lieu tout en faisant surgir, dans la tentative de reconstituer faits et gestes, le décalage grandissant entre les mots et les situations.

Déjouant les frontières établies entre les différentes affaires, un cri, un interrogatoire coupé, le silence d’une couverture, l’inquiétude de l’avocat le plus connu de France, parmi autres éléments à peine émergés, sont revisités comme des éléments de premier plan tandis que les mots, page après page, font parler les silences. Le lecteur, suivant les contours changeants d’un manque de visibilité et d’explication, est amené à questionner les évidences, les détails, les malentendus supportés par le procès et à ressentir, en deçà des scènes d’enquête et d’audience rapportées, l’étrangeté de lieux redevenus en apparence ordinaires. Où le drame a-t-il commencé ? Où s’arrête-t-il ?