Accueil > L’ Iiac > Productions scientifiques > Ouvrages/Parutions 2017

La Révolution française n’est pas un mythe

par Nadine Boillon - publié le

Sophie Wahnich, éditeur Klincksieck, collection "Critique de la Politique", Paris, 2017

Comment en est-on venu à considérer en France qu’il était possible de consolider la liberté politique et publique, non seulement en se passant de la référence à la Révolution française, mais en récusant violemment toute référence positive à ce moment historique ? Vouée aux gémonies comme supposée « matrice des totalitarismes » par certains, comme objet ethnocentrique par les post-colonial studies, laissant indifférents ceux qui la considèrent comme désactivée, le crédit de la Révolution française est bien entamé.

Or, l’appréciation politique et intellectuelle de la Révolution française doit moins, depuis 1945, aux historiens qu’aux philosophes, moins à l’évolution de l’historiographie comme telle qu’à la manière dont des penseurs de première importance se sont mêlés de penser la Révolution française. Les querelles philosophiques des années 1960, sur les fonctions respectives de l’histoire, de l’anthropologie, des sciences dites humaines, et de la philosophie ont installé la Révolution française au cœur des débats.

Le plus fameux d’entre eux a opposé Jean-Paul Sartre et Claude Lévi-Strauss, et, dans son sillage, Michel Foucault a promu contre Sartre, une certaine conception scientifique du savoir sur l’homme où la Révolution française n’a plus eu aucun intérêt. Mais personne n’en est resté là. Avec la question d’une Révolution française à la fois enthousiasmante et cruelle se joue et se rejoue la question d’une éthique de l’histoire de la Révolution française.

Ces explorations successives permettent de s’éloigner d’un mythe identitaire et de retrouver une révolution bien réelle, capable de nous donner ses Lumières, pourvu qu’on accepte de continuer à en faire l’histoire pour notre aujourd’hui.