Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Activités scientifiques > Séminaires et enseignements de l’IIAC 2017-2018

Non-lieux de l’exil

par junior - publié le

Programme complet

Alexandra Galitzine-Loumpet, chargée de cours à l’INaLCO ( Hors EHESS )
Clara Lecadet, chargée de recherche au CNRS ( IIAC )

Chowra Makaremi, chargée de recherche au CNRS ( IRIS, IMM-LIER )
Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, professeur à l’INaLCO ( Hors EHESS )
Eugenia Vilela, professeure de philosophie à l’Université de Porto ( Hors EHESS )
Christiane Vollaire, professeure de philosophie ( Hors EHESS )

L’objectif est d’étudier les diverses formes et temporalités de l’expérience exilique – désignée comme « exilience » –, et, à terme, de contribuer à la fondation d’un champ disciplinaire nouveau en France, les études exiliques. Dans ses définitions les plus communes, l’exil est le résultat d’une sanction ou d’un bannissement, implicitement associé au deuil de la patrie, à la nostalgie ou au déracinement. Si cette figure romantique de l’exilé n’est plus d’actualité, celles du demandeur d’asile ou du migrant participent de ses recompositions contemporaines. Dans cette perspective, l’exil ne s’oppose pas à la migration, ni l’exilé au migrant ou au réfugié, mais les relie pour privilégier le vécu sur des catégorisations juridiques et politiques conjoncturelles, la subjectivité et la capacité d’action du sujet sur des statuts administratifs et politiques transitoires.