Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Activités scientifiques > Séminaires et enseignements de l’IIAC 2017-2018

Anthropologie des mondes de la mode (AMM)

par junior - publié le

Programme complet

Kristell Blache-Comte, doctorante à l’EHESS ( IIAC, IIAC-LAHIC )
Anne Monjaret, directrice de recherche au CNRS (TH) ( IIAC, IIAC-LAHIC )

Le séminaire de recherche « Anthropologie des mondes de la mode » (AMM), initié en octobre 2015 dans le cadre des activités de l’IIAC – équipe LAHIC et en partenariat avec la Société d’ethnologie française (SEF), se veut un lieu de rencontre et d’échange, qui vise à réunir chercheurs, étudiants et professionnels, s’intéressant à la mode, entendu ici comme un espace économique, créatif, technologique, professionnel, social, patrimonial et politique, mais aussi comme un espace de mise en scène et de communication des apparences. Phénomène sociologique, la mode est à la fois plurielle, intemporelle et sans localisation, opérant des allers-retours entre les époques et les cultures, tout en restant attachée à des territoires et des traditions.

Partant du constat qu’aujourd’hui, et particulièrement en France, la mode est le plus souvent interrogée à travers l’œil de l’historien, il nous semble important de revenir sur les travaux en cours consacrés à ce sujet dans d’autres disciplines, et notamment, l’anthropologie, l’ethnologie, la sociologie, la sémiologie. Il s’agit donc de questionner les mondes de la mode (et du luxe), reflet de la société contemporaine et de ses transformations, sous les angles, technologique (matières innovantes, nouvelles fonctions, capacités données au vêtement), économique (mutation des filières, nouveau positionnement de l’industrie, de l’artisanat, nouvelles consommations), professionnel (corporation et ses rites, réseaux, évolutions des métiers, de la formation, de l’emploi, processus de création, productions), genré (pratiques masculines, féminines, transgenres, unisexes), communicationnel (effet d’Internet, place donnée à la représentation de soi et à l’image de mode), patrimonial et muséal (conservation des savoirs, expositions, productions symboliques)…

Au cours de l’année 2015-2016, nous avons traité le thème de mode sous l’angle de la migration, de l’art et de la création, de la précarité, de la globalisation et du patrimoine. Deux journées d’étude ont également été consacrées aux « mises en scènes de la mode ». Le succès de cette première année nous a encouragé à poursuivre notre exploration de la thématique et à adosser ce séminaire au programme des enseignements de l’EHESS.

En 2016-2017, la question de l’objet a été un axe central, plaçant la culture matérielle au cœur de la réflexion. « Penser l’objet de mode aujourd’hui » nécessite une double approche : celle de sa matérialité et celle de son immatérialité. En effet, l’objet est matière et technicité. Cela nous a amené à penser un questionnement autour du travail de la main au regard des adaptations, innovations, mutations, évolutions de la mode et du paysage contemporain dans lequel elle s’inscrit. Nous avons aussi interrogé la relation entre l’Art et la Mode pour approcher de manière originale cette question récurrente, en privilégiant une réflexion sur les acteurs créatifs (curateurs, photographes, créateurs) et leurs processus créatifs plutôt qu’une approche institutionnelle et normative de l’Art. Puis nous nous sommes penchés sur la mode durable et les formes de ses réseaux, en mettant l’accent sur la diversité et le caractère organique de ces formes en perpétuel recherche, expérimentation pour mieux transformer ou détourner le système existant. Une séance a également été consacrée à la notion de luxe, à partir d’une approche compréhensive des pratiques et symboliques actuelles dans la mode contemporaine. Les journées d’étude ont permis de cerner le dialogue entre les cultures et la mode, à partir de quatre orientations (Objets, Medias, Interactions, Société). Ce dialogue apparaît comme moteur d’un monde globalisé au sein duquel des mondes pluriels vivent et se côtoient.

Le séminaire fera, cette année, de la question de la transmission son nouvel axe de réflexion. Les mondes de la mode sont chargés d’histoires, de mémoires, d’imaginaires, de symboles. L’histoire de la mode est là pour nous le rappeler. Cependant, nous souhaitons dépasser une approche traditionnellement historique de la mode, et nous inscrire dans une approche anthropologique de celle-ci, la considérant en tant que témoin privilégié des pratiques contemporaines et des changements sociaux et culturels. Nous proposons cette année d’étudier les formes de transmission de la mode à partir de notions-clés comme apprentissage, héritage, mémoires, conservation. Nous tenterons d’approcher cette réalité a priori intangible qu’est la transmission en nous intéressant à des contextes, milieux, paysages divers, au sein desquels prennent place acteurs et objets, en somme ce que nous nommons les mondes de la mode…

Les formes de transmission de la mode (volet 2017-2018)

Séance 1 - Apprentissage (16 novembre 2017)
Séance 2 - Héritage (14 décembre 2017 )
Séance 3 - Mémoires (11 janvier 2018)
Journées d’étude (en partenariat avec la Parsons, New School) (12 et 13 avril 2018)
Séance 4 - Conservation (17 mai 2018)