Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > L’ Iiac > Activités scientifiques > Séminaires et enseignements de l’IIAC 2017-2018

Les hommes au miroir des choses : objets techniques et identités dans la mondialisation. Arts et sciences sociales en dialogue

par junior - publié le

Programme complet

Giulia Battaglia, docteure en anthropologie et arts visuels ( IIAC-LAIOS )
Jean-Bernard Ouédraogo, directeur d’études de l’EHESS (en cours de nomination), directeur de recherche au CNRS (TH) ( IIAC-LAIOS )

L’attention portée aujourd’hui à la mondialisation éclaire une expansion planétaire inédite des échanges d’objets techniques, objets à finalité utilitaire. Des ustensiles de cuisine aux armes, les téléphones mobiles, les voitures et les lunettes sont ces « choses » qui, à la faveur de la multiplication des échanges, se répandent à travers le monde. Or, si les études s’intéressent à cette dynamique, elles privilégient presque exclusivement l’intensification des transactions économiques sans voir, dans le sillage de cette mobilité des objets techniques, l’expression potentielle d’une confrontation et d’un dépassement des cadres symboliques, de la technicité et de la politique au double niveau individuel et collectif. L’usage ordinaire des objets techniques est loin de la banalité qu’on lui prête volontiers. Ces objets techniques sont pris dans le tourbillon silencieux de la compétition des valeurs sociales induite par les connexions globales. La relation d’usage que portent ces objets recèle une complexité historique et sociale qui la dépasse. En effet, dans cette circulation prosaïque des objets, on trouve un déplacement de signes, de marqueurs sociaux, des condensations de pouvoir et une reformulation généralisée de l’architecture des représentations et des pratiques sociales à toutes les étapes du processus d’englobement. À l’occasion de l’usage des objets techniques, s’actualise en effet un rapport au monde, contradictoire à l’aune des différences qui caractérisent les sociétés humaines.

Le séminaire examinera les enjeux théoriques et empiriques de ces rencontres dans le but de mieux comprendre les nouvelles conventions sociales qui s’établissent à cette occasion, et ceci, bien au-delà l’immédiate expression des individus et des objets techniques. Parce que ces objets techniques, concrétisent de la capacité sociale, ils extériorisent des modèles culturels et des pratiques sociales réglées et leurs intentions affirmées comme leurs matérialités sont souvent localement reformulées, détournées et appropriées par des logiques contraires.

Le séminaire suivra deux perspectives complémentaires : a) une première approche multidisciplinaire classique en sciences sociales, b) une perspective artistique (incluant toutes les expressions artistiques) qui interprète le monde à partir des deux berges de la faille mobile et sinueuse qui traverse le monde globalisé. Ce séminaire est une activité du programme L’invention des formes de représentation à l’ère de la mondialisation soutenu par la Fondation Nina et Daniel Carasso, et, à ce titre, accordera une importance particulière à la mise en dialogue des artistes avec les sciences sociales.