Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > Centre Edgar-Morin > Cellule audio/vidéo > Films de la recherche et des chercheurs en sciences sociales

044-Chronique marrane, Éthiopie 2007

par Jahan - publié le



Durée  : 54’

Date de production : octobre 2009

Réalisation  : Daniel Friedmann, Centre Edgar Morin/iiAC
Montage : Marc-François Deligne (VF + VA)



Visionner la vidéo en ligne




La quasi totalité des Juifs d’Éthiopie qui se désignaient comme Beta Israel (Maison d’Israël en amharique) mais connus surtout sous le nom de Falachas (exilés, étrangers), ont immigré massivement en Israël à partir du début des années 1980.

Au fur et à mesure de cet exode, de nombreuses familles issues des Beta Israel mais converties au christianisme depuis des générations, voire des siècles demandèrent à immigrer en Israël où elles avaient déjà des parents.

Leur conversion avait eu pour but d’échapper à la stigmatisation religieuse et sociale liée tout d’abord à leur refus d’accepter la messianité de Jésus.

Au 16e siècle, un édit de l’empereur Yeshaq priva du droit d’avoir de la terre celui qui refusait le christianisme, considéré dès lors comme Falasi (étranger).

Les Beta Israel se spécialisèrent alors dans l’artisanat et devinrent forgerons, potiers pour compléter leurs revenus de paysans sans terre.

Or, ceux qui exerçaient ces métiers étaient suspectés de détenir des pouvoirs surnaturels puisqu’ils maîtrisaient le feu et qu’ils pouvaient transformer la matière. On les accusait d’avoir le « mauvais œil », de se transformer en hyène la nuit et de dévorer les gens. En cas de malheur, on se vengeait sur eux, quitte à les tuer.

Pour échapper à ce destin, nombre de Beta Israel aujourd’hui désignés sous le nom de Falach Muras ou sous d’autres dénominations tels les Beta Avraham (séparés plus anciennement encore des Beta Israel) se convertirent au christianisme tout en gardant le souvenir de leur identité première.

Encouragés par l’immigration massive en Israël de ceux qui étaient restés des Beta Israel, ils commencèrent à proclamer, à partir des années 1990 à la fois leur judéité refoulée et le droit d’immigrer en Israël.