Accueil > Laci > Les membres du Laci > Membres titulaires

Dalla Bernardina, Sergio

par Guilloteau - publié le


Blog :

http://lanimalcommepretexte.blogspot.fr/

Sergio Dalla Bernardina

Professeur d’ethnologie à l’Université de Bretagne occidentale.

Membre titulaire du IIAC, Directeur de l’équipe LACI du IIAC

Membre du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques,

Membre du comité scientifique de la revue La ricerca folklorica

Membre du comité scientifique de la revue LARES

Membre associé du Centre de Recherche Bretonne et Celtique

Parcours de recherche

Les recherches de Sergio Dalla Bernardina portent à la fois sur l’anthropologie de la nature, les conditions de production du discours anthropologique et l’influence de la subjectivité du chercheur dans le processus heuristique. Après avoir longuement exploré l’univers de la chasse et plus largement, le rapport à la nature dans la tradition occidentale, il a étendu son champ d’investigation aux sociétés non occidentales. Son intérêt pour les relations avec la faune sauvage l’a amené à questionner, plus généralement, le rapport homme/animal et la frontière précaire qui sépare, tout en les reliant, les humains des non humains. Il s’est penché aussi sur la question environnementale, tout particulièrement sur les invasions biologiques et sur le statut incertain des milieux faiblement domestiqués (« incertitude » délibérément entretenue par les acteurs sociaux). Ses travaux principaux portent sur la nature sauvage en tant que construction mythique (espace théâtralisé autorisant des conduites et des expériences fantasmatiques autrement irréalisables) : Cf. L’utopie de la nature. Chasseurs, écologistes, touristes, Paris, Imago, 1996) et sur l’animal comme prétexte (« objet transitionnel » permettant au locuteur de se mettre en scène - cf. L’ éloquence des bêtes. Quand l’homme parle des animaux, Paris, Métailié, 2006).
Les études consacrées à cette problématique ont abordé les thèmes de l’amitié homme/animal, l’imaginaire zoophile, l’anthropomorphisation de la proie dans les témoignages cynégétiques, la mise en spectacle de la souffrance animale, la fascination postmoderne pour les animaux taxidermisés, la criminalisation des bouchers et le lien potentiel entre le refus de l’alimentation carnée et le refus de l’acte reproductif... Les recherches actuelles interrogent les pratiques contemporaines dans leur continuité avec les institutions du passé (le pari étant de tester l’efficacité du paradigme mythico-rituel dans l’étude de la complexité). L’accent est posé sur l’ambivalence des réactions humaines, différemment modulées d’une culture à l’autre, face à la suppression d’une vie animale ou végétale (c’est le contenu du séminaire « L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi »). Le développement de ces questions nourrit la réflexion sur le statut du témoignage ethnologique et sur la légitimité du recours à la notion d’« inconscient » dans l’interprétation des comportements sociaux.

PUBLICATIONS

2018

(Sous presse) « Le show animalitaire, mises en scène de la souffrance animale », in (sous la direction d’Emmanuel Pedler) La forme spectacle, Paris, Editions de l’EHESS, coll. Enquête

2017

« Obsolescence d’une star. Le braconnage n’est plus ce qu’il était », in RSDA Revue semestrielle de droit animalier (Jean-Pierre Marguénaud, Florence Burgat, Jacques Leroy, Claire Vial éds.) n. 2/2017 p. 349-364

"Jouissances dans les bois", Terrain n. 67

"L’appel des ontologies", à propos de Bêtes à Pensées. visions des mondes animaux. Ethnologie française XLVII, 2017, 2, p. 359-380 .

"Quando due miti s’incontrano. Il cacciatore ecologo e il ritorno del buon selvaggio, in Lares, 2016 - vol. 3, p. 309-319.

"La Mort du chasseur", in (Anthony Goreau-Ponceaud et Nicolas Lemoigne éd.) Chasse, chasseurs et normes, Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2017, pp. 31-40.

"Perceptions sauvages. Arte Sella, les charmes de la nature et la domestication de l’art contemporain", Cahier du GHFF Forêt, environnement et société, n° 27, "Forêt, arts et culture" (sous presse)

2016

Manger moral manger sauvage ?"(direction de l’ouvrage). Paris, CTHS, 2016

"Le mangeur et le bon sauvage", in Manger moral manger sauvage ?". Paris, CTHS, 2016

2015

"L’art de faire parler les restes", introduction à la séance "La muséographie intime ou le chasseur muséographe", in Exposer la chasse, publication on line des actes du colloque international organisé le 19-20 mars au Musée de la chasse et de la nature.

"Amours sans frontières. Nouveaux horizons de la zoophilie à l’époque de la libération animale", in (sous la direction de Frédéric Laugrand, Michèle Cros et Julien Bondaz) Liaisons animales. Questions d’affects, Anthropologie et sociétés, n. 39 1-2, p. 103-120

"La frontière homme/animal et l’alimentation carnée", in Le Saint-Hubert, Avril-juin, p. 40-43

2014

« Les confessions d’un traître. » De l’indécence du regard ethnologique et de la manière de s’en sortir ». In (P. Alphandery, S. Bobbé dir.), Postures et cheminements du chercheur, Communications n. 94, p. 91-107

Terres incertaines. Pour une anthropologie des espaces oubliés. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014

« Introduction. De l’opportunité d’ignorer », in (S.Dalla Bernardina dir.) Terres incertaines. Pour une anthropologie des espaces oubliés. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014

Epilogue. Un témoignage parmi tant d’autres : « La prochaine fois je vous lâcherai les chiens », in (S.Dalla Bernardina dir.) Terres incertaines. Pour une anthropologie des espaces oubliés. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014

2013

« L’abolition des espèces » introduction à l’ouvrage de Catherine-Marie Dubreuil Libération animale et végétarisation du monde, Paris, CTHS, 2013

« Hymnes à la vie ? Sur l’engouement récent pour les bêtes naturalisées » ; Terrain, n° 60/mars 2013 L’imaginaire écologique (Vanessa Manceron et Marie Roué éd).

"Phénoménologie d’un Piège végétal : le roccolo", In Cahiers d’anthropologie sociale n. 9 Leurrer la nature (Hélène Artaud éd.).

2012

Analyse culturelle du paysage : le paysage comme enjeu (édition électronique sous la direction de Sergio Dalla Bernardina) ) ¨Paris, CTHS, coll. Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques

« Entretien avec F. Kohler », in (F. Kohler éd.) Sociabilités animales, Études Rurales n° 189, janvier-juin 2012, p. 33-46.

L’appel du sauvage. Refaire le monde dans les bois (sous la direction de). Rennes, PUR, 2012. (216 p.)

« Introduction : figures de la prédation » in L’appel du sauvage. Refaire le monde dans les bois (sous la direction de Sergio Dalla Bernardina). Rennes, PUR, 2012, p. 9-30.

« De l’intérêt d’être sauvage », in L’appel du sauvage. Refaire le monde dans les bois (sous la direction de Sergio Dalla Bernardina). Rennes, PUR, 2012, p. 169-188

« Postface : éloge du braconnage », in L’appel du sauvage. Refaire le monde dans les bois (sous la direction de Sergio Dalla Bernardina). Rennes, PUR, 2012, p. 209-212

« De la compréhension à la médiation. Les sciences humaines face aux espèces proliférantes », in Espèces Envahissantes : questions d’écologie et de gestion. Paris, Natureparif, 2012, p. 7-9.

« Prologue Digestions », in (sous la direction de Michèle Cros, Julien Bondaz, Maxime Michaud), L’animal cannibalisé, Festins d’Afrique, Paris, Editions des Archives Contemporaines, p. 149-160

« Comment une mouche peut-elle être baptisée Beyoncé » ?
Le Nouvel observateur Le plus, 12 mars

2011

Le retour du prédateur. Mises en scène du sauvage dans la société post-rurale. Rennes, PUR, février 2011, (135p.)

« Modernité de la chasse », in Le Saint-Hubert. Ruralité, chasse, biodiversité, Septembre-Octobre 2011, p. 42-51

2010

« Les invasions biologiques sous le regard des sciences de l’homme », in ( R. Barbault, M. Atramentowicz coord. ) Les invasions biologiques, une question de natures et de sociétés. Paris Quae/MEDD, p . 65-108 (2010)

"Aux frontières de l’interprétation : Land Art et anthropologie," in (O. Sirost éd.), La vie au grand air. Aventures du corps et évasions versa la nature, Presses universitaires de Nancy. , p. 81 - 98
Exotisme de la chasse (Exotik der Jagd), in Anne Golaz, Chasses, En Crausaz, Infolio éd., 2010, p. 77-80, 93-97

2009

« Le gibier de l’Apocalypse. Chasse et théorie du complot », in Ethnologie française tome XXXIX, janvier/1, p. 89-99

"Le poids de l’imaginaire" in Pour la science, dossier n. 65, La conquête des espèces, oct-déc. p. 116-119 (2009)

« Je interdit ». Le regard presbyte de l’ethnologue, in (Georges Ravis-Giordani éd.), Ethnologie(s). Paris, CTHS, p. 18-40
2008

« Voglia di immortalare. Polisemia del trofeo », in Lares LXXIV, t.1/2008
p. 63-84

« Ici et là-haut. L’écriture missionnaire entre terrain et transcendance », in Ethnographes et voyageurs. Le défi de l’écriture, Paris éd. Du CTHS, 2008 p. 56-81

2007

« Donner la mort, saisir la vie » ? in L’Alpe N.38 (Glénat/Musée Dauphinois), p. 6-17

« Les fantasmes du château », in Made in Chambord, Paris, Editions du Patrimoine, p. 231-249

« Eux, c’est toujours nous », in Télérama Bêtes et hommes (hors série) p. 20-25

Entrée « Chasse et cueillette » dans le Dictionnaire encyclopédique des Alpes, Paris, Glénat,

2006

L’éloquence des bêtes : quand l’homme parle des animaux, Paris, Métailié, février 2006, (200p.)

2005

« La Chasse : de la guerre aux nuisibles au loisir sportif, XIXe –XX siècle, in (sous la direction de Georges Ravis-Giordani), Atlas historique de la Corse, Editions du Comité des travaux historiques et scientifiques.

2004

"Boiteux, borgnes et autres médiateurs avec le monde sauvage", in Communications n.76, oct. 2004, p.59-82

"Ceci n’est pas un mythe. L’obsolescence médiatique de Caulerpa taxifolia", in Communications n.76, oct. 2004, p. 181-202

La Ricerca folklorica n.48, Retoriche dell’animalità/Rhétoriques de l’animalité (Responsable du numéro)

« Retoriche dell’animalità. In Introduzione/Introduction », (S.Dalla Bernardina éd.) La Ricerca Folklorica n. 48, Retoriche dell’animalità/Rhétoriques de l’animalité.

« Dai piaceri del cacciatore alle sofferenze dell’animalista. Violenza e iconografia » (S.Dalla Bernardina éd.) La Ricerca Folklorica n. 48, Retoriche dell’animalità/Rhétoriques de l’animalité.

("Bandit ? Anthropology, hunting and traces of the defeated", in The Nature of the Alps, Forum Alpinum, Alpbach, September 23-27 p. 97-107, Innsbruck, International Scientific Commitee for Alpine Research, 2004

2003

« Chasseurs Alpins », in L’Alpe n. 22, Cueillir la montagne, Grenoble, Glénat/Musée Dauphinois.

« Mauvais indigènes et touristes éclairés. Sur la propriété morale de la nature dans les Alpes », in Revue de géographie alpine , Juin 2003 – Tome 91 n.2

“I doni del cacciatore. La morte dell’animale tra simulazione sacrificale e pragmatismo », in (C.Tugnoli éd.), Zooantropologia, Storia, etica e pedagogia dell’interazione uomo/animale , Milano, Angeli

« Danger, bandits ! L’anthropologie, la chasse et les traces des vaincus », in, actes du symposium international « La nature des Alpes », Alpbach (Autriche », septembre 2002).

“Algues tueuses et autres fléaux. Pour une anthropologie de l’imaginaire écologique en milieu marin : le cas de Caulerpa taxifolia”. in Côtes et estuaires, actes du 124e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nantes, 1999, Paris, CTHS

« Contraddizioni e artificiosità in ecologia. Natura e protezione « snaturata ». La caccia : da « neutralità a « mercato » (avec Vittorio Lanternari in : Vittorio Lanternari, p. 271-302 Ecoantropologia. Dall’ingerenza ecologica alla svolta etico-culturale. Bari, Dedalo, 2003.

2002

« Pourquoi danser avec les loups ? », in Le monde alpin et rhodanien, Le fait du loup De la peur à la passion. Le renversement d’une image . 1er-3e trimestres 2002

« Plus vrai que nature », in L’alpe n. 16 Glénat/Musée Dauphinois, Eté 2002-08-26

« Il buonismo della natura », in L’alpe n. 6 (éd italienne) , De Natura, Priuli &Verlucca, été 2002

2001

“Je” interdits. Le regard presbyte de l’ethnologue, in (Ph. Forest et C. Gaugain éd.) Les romans du Je, Nantes, éd. Pleins Feux

“La nature sauvage et ses consommateurs : le Game Fair” in Ethnologie française, Octobre-décembre 2001-4, Tome XXXI

"Ethnos et nature. Frontières à la carte en milieu méditerranéen", in (Ch. Bromberger et Alain Morel éd.) Limites floues frontières vives. Paris, MSH

2000

“Homo pragmaticus : per un’etnografia venatoria alpina”, in L’Alpe, Bestiario alpino. n.2, Turin, Priuli e Verlucca.

“Des chasseurs sachant chasser ? In L’Alpe n. 8 Bestiaire. Grenoble, Glénant/Musée Dauphinois

“Algues tueuses et autres fléaux. Pour une anthropologie de l’imaginaire écologique en milieu marin : le cas de Caulerpa taxifolia”. in, La ricerca Folklorica n. 42. Saperi tecnici e naturalistici

“Des plaisirs du chasseur aux souffrances de l’écologiste. Violence et iconographie”. in Violence et société, Kreitz 13, Université de Bretagne Occidentale, Brest

1999

"Du zoophile à l’ethnophile. L’amitié homme/animal comme modèle de subordination", in G. Ravis Giordani éd. Amitiés. Anthropologie et histoire, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence

"L’appel de la banquise. Stéréotypes et "terrains" dans le Grand Nord", Autrement, Banquises, mars 1999

1998

"L’écologiste ? Un chasseur comme les autres", in Gibier faune sauvage, actes du XXIII congrès de l’Union internationale des biologistes du gibier. Lyon, sept. 1997 Paris, ONC, t.3

Textes sans corpus : La rhétorique du terrain comme objet ethnologique, La Ricerca Folklorica n. 38, oct.

"Les voluptés du plein-air. Passions ordinaires et passions distinguées, In (C.Bromberger éd.) Les passions ordinaires, Paris, Bayard.

"L’effetto delega. Leggenda, ideologia, morale" in La Ricerca folklorica n.36, oct.

- “De la nature au texte, Environnement, idéologie, stratégies symboliques en Europe méditerranéenne”, Mémoire de synthèse en vue de l’habilitation à diriger des recherches

entrée "Caccia, falconeria e uccellagione", in Manuale enciclopedico della bibliofilia italiana, Milano, ed. Bonnard, 1997 : 127-31.

"Pourquoi les informateurs se contredisent-ils sans arrêt ? Les Corses, les Alpins et le déclin du substantialisme dans les sciences de l’homme, in Jean-François Staszak ed. Les discours du géographe, Paris, L’Harmattan

1996

"Disquiet in nature", in Citizen K ; Zoozapping/Animals, n. 10 sept .

Il ritorno alla natura. L’utopia verde tra caccia ed ecologia . Milano, Ed. Mondadori, 295 p.

L’utopie de la nature ; Chasseurs, écologistes, touristes. Paris, Imago, 305 p.

“Pas légal mais presque. Autochtonie et droit de chasse dans le discours sur le braconnage en Haute-Corse“, in La chasse en Corse, Ajaccio, P.N.R.C.

“De l’emblème au porte-manteau. Fastes et déboires du trophée de chasse”, in
Des Bêtes et de Hommes, éd. du CTHS, Pau, Paris 1995.

“Pour qui est le don ? La comédie de l’innocence dans l’imaginaire
cynégétique contemporain“, Ethnologie française, IV, 1995.

1995

“"Anthropologically correct". Crisi delle ideologie e longevità
dell’Homo academicus" , in Ossimori n. 6 p. 74-77

1994

(sous la direction de Sergio Dalla Bernardina et Danièle Dossetto), Gens du Val Germanasca, Documents d’Ethnologie Régionale, C.A.R.E, 13

(“La part des hommes ou les rebuts de la famille ? Les emplois du gibier dans le Val Germanasca”, Gens du Val Germanasca, Documents d’Ethnologie Régionale, C.A.R.E, 13 : 319-46.

”Pour une ethnologie des frontières en milieu alpin”, Géographie et Culture, 9 : 57-76.

"Antropologia della complessità e del noi" (intervento), in Ossimori, n. 5 p. 42-45

"Xoana, gli eclettici e la purezza disciplinare", in Ossimori n. 5 p. 121-123

1993

“Una campagna vicina. L’ermeneutica implicita delle ‘Dames de Minot’”, La Ricerca folklorica, 28 : 113-20.

1992

“De la chasse aux grands fauves au safari-photo. La nature sauvage : amateurs et mode d’emploi”, Écologie humaine, vol. IX, 2 : 55-68.

(“Non legale ma quasi. Sull’assenza di bracconaggio nel nord della Corsica“, La Ricerca folklorica, juillet, 25 : 111-124.

1991

“Une personne pas comme les autres. L’animal et son statut”, L’Homme, oct.-déc., XXXI (4) : 33-50.

1990

"‘Équation personnelle’ et statut de l’observateur dans la tradition ethnologique”, Sociologie du Sud-Est, Aix-en-Provence, 59/62 : 7-26.

3ème édition, Il miraggio animale. Per un’antropologia della caccia nella società contemporanea, Roma, Bulzoni, 210 p.

1989

"La disparition du gibier comme métaphore de l’apocalypse. Un exemple corse”, L’île-miroir, (Actes du Colloque d’Aix-en-Provence), Ajaccio, La Marge.

“L’invention du chasseur écologiste : un exemple italien”, Terrain, 13 : 130-9.

“Sport e scienze sociali : il convegno di Marsiglia”, SDS Rivista di cultura sportiva, CONI, Roma, Giugno.

‘L’innocente piacer’. La caccia e le sue rappresentazioni nellePrealpi del Veneto orientale, Feltre, Centro per la documentazione della cultura popolare, 174 p.

1988

"Tra oggettivismo ed ermeneutica ; Lo statuto dell’osservazione in Antropologia”, Annali della Facolta di Lettere e Filosofia dell’Università degli Sudi di Siena, Firenze, Olschki, 209-36.

(OS livre) 2° édition élargie, Il miraggio animale. Per un’antropologia della caccia nella società contemporanea, Roma, Bulzoni, 210 p.

"Hédonistes et ascètes ; méditerranéens et nordiques à la chasse au chamois dans les Alpes du Piémont”, Le monde alpin et rhodanien. La haute montagne, visions et représentations, 165-85.

“Braconniers piémontais : tricksters ou héros culturels ?”, L’imaginaire de la chasse hier et aujourd’hui, Chalon-sur-Saône, Atelier CRC France : 147-68.

1987

“Antropologia e sport”, Didattica del movimento, Comitato Olimpico Nazional Italiano, Roma, mars-avril : 31-3.

Il miraggio animale. Per un’antropologia della caccia nella società contemporanea, Roma, Bulzoni, 202 p.

1985

“Il simbolismo venatorio. Analisi di tre testi poetici dell ’800 bellunese’”, Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università degli Studi di Siena, Firenze, Olschki : 249- 76.

TRADUCTIONS

- Article de Deborah Nadal, "Le retour de la vache dans les assiettes indiennes", in (sous la directions Sergio Dalla Bernardina). Manger moral, manger sauvage ? Paris, CTHS, 2016

- article de Nicole Belmont « L’animalità nella fiaba » in (S.Dalla Bernardina éd.) La Ricerca Folklorica n. 48, Retoriche dell’animalità/Rhétoriques de l’animalité.

- article de Sophie Bobbé « La dialettica dell’orso e del lupo », in (S.Dalla Bernardina éd.) La Ricerca Folklorica n. 48, Retoriche dell’animalità/Rhétoriques de l’animalité.

- article de Pietro Clemente “L’anthropologie italienne et l’Italie“ (avec C. Bromberger), paru dans Terrain, 12, 1988.

- article d’Alberto M. Cirese : “Dal gioco di Ozieri al numerus clausus dei beati danteschi. Tentativo di tipologia ideologica“ (avec C. Bromberger) in L’Homme, n.136, oct.-déc. 1995

Evaluations d’articles

Pour Etudes rurales, Ethnologie Française, Nature, Sciences et Sociétés, Ecoru, La Ricerca Folklorica, Lectures anthropologiques.

COMMUNICATIONS

2017

"Arrangements rituels. Autour du recyclage de quelques vieux paradigmes dans l’étude des rapports entre humains et non-humains"
Séminaire interne de l’IIAC, 27 novembre.

« La caulerpe et les autres. Gloire et déclin d’une espèces invasive » Séminaire « Maritimités » - année universitaire 2016-2017 Espèces marines : catégorisation, socialisation, conservation Muséum National d’Histoire Naturelle ( 10 janvier ).

2016

- "L’animal comme prétexte. Quand l’animal surgit", Conférence au Musée de la chasse et de la nature avec l’artiste Gloria Friedmann (24 février).

- "Intuitions sauvages. Arte Sella, les charmes de la nature et la domestication de l’art contemporain" Journée d’études « Forêt, arts et culture : l’épreuve des sens »
Maison de la recherche Paris Sorbonne (Samedi 30 janvier).
"Tuer un presqu’humain L’anthropomorphisation de la proie dans la tradition occidentale", intervention dans le cadre du séminaire "L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi : la prédation comme spectacle (14 novembre Paris EHESS)

"Tuer un presqu’humain, deuxième épisode", intervention dans le cadre du séminaire "L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi : la prédation comme spectacle (28 Novembre, Paris EHES

2015

"Les innovations techniques et la place du mythe" (présenté" lors du Colloque International "CO-SCIENCES, Construire ensemble l’innovation de demain" (Brest, septembre 2015)

"Per un’antropologia della caccia. Lineamenti di un dibattito francese" . Intervention au colloque international : La caccia e l’ambiente. Profili giuridici, antropologici etici e di sostenibilità, Università Ca’ Foscari di Venezia , 5 juin 2015

"Digression sur le sauvage", communication au séminaire "Ordre naturel et bricolages humains XVII- Manger sauvage, se connoter, se démarquer". Brest, 27 février.

"L’art de faire parler les restes", introduction à la demi-journée "La muséographie intime ou le chasseur muséographe" du Colloque Exposer la Chasse ? Paris, Musée de la chasse et de la nature, 19-20 avril

4 communications au séminaire "L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi".

2014

Paris, 13 novembre 2014, Du chasseur-cueilleur à l’écologiste contemporain : propositions pour une anthropologie « transversale ». Journées de formation proposées par la Société d’Ethnologie Française (SEF) Ministère de la Culture.

Paris, 3 Novembre, « Formes de l’ambiguïté ». Introduction du séminaire « L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi » EHESS

Montpellier 5 juin : « De l’éphémère au durable : l’expérience d’Arte Sella », Séminaire Interparcs nationaux sur la culture, Organisé par Les parcs nationaux de France.

17 septembre, « La figure du loup dans l’imaginaire contemporaine, débat avec José Bové et Anne Vallaeys, dans le cadre de la manifestation Bibliothèques idéales organisées par la Ville de Strasbourg

21 mars , « Mon informateur m’a dit. De l’indécence du regard ethnologique », Brest, Intervention au séminaire du département d ‘ethnologie « Ordre naturel et bricolages humains ».

Conférence : « La riabilitazione del predatore nell’immaginario contemporaneo. Il rapporto uomo-animale dal punto di vista antropologico ». Trente, Dipartimento di Lettere e Filosofia. 27 février 2014 (matin)

Conférence : « La teoria del complotto : Chi ha distrutto la selvaggina insulare ? ».
Trente, Scuola di dottorato di Studi Umanistici dell’Università di Trento, 27 février 2014 (après-midi).

17 février 2014, Conférence “L’abolizione delle specie. Zoofilia e liberazione animale”. Università Ca’ Foscari di Venezia, Dipartimento di Studi umanistici

2013

“Amours sans frontières. L’imaginaire zoophile à l’époque de la libération animale”. Intervention au colloque Visions du monde animal. Médiations ordinaires. Cosmologies autochtones. Brouillages ontologiques, Université Laval, Québec, 13 nov.

« Éloge du braconnage », Conférence au Bistrot des ethnologues, A.R.C.E., Montpellier

2012

« Retour à la nature ? La réhabilitation du sauvage dans la société contemporaine ».
Conférence dans le cadre du colloque Après l’Age de glace. L’homme et son milieu naturel dans les Alpes depuis 15000 ans
Sion (CH) vendredi 9 novembre

« Phénoménologie d’un piège végétal : le roccolo » Intervention au Colloque Leurrer la nature, Collège de France, janvier 2012

2011

« Les charmes de la prédation » Intervention à la journée d’études organisée par le LAHM – Université Rennes 2 L’homme et l’animal dans l’antiquité
Rennes, 14 décembre

« De la compréhension à la médiation : les sciences humaines face aux espèces proliférantes » Paris, Les Rencontres de Natureparif : Espèces envahissantes en Ile de France : questions d’écologie et de gestion (28-29 juin).

2010

- « Polisemia del trofeo » Participation au colloque : "Umani e non umani. Confini incerti e slittamenti ontologici" à l’ Université Milano-Bicocca (invitation colloque international)

2009

« Les rapports de l’homme à l’animal au XXIe siècle », Conférence au 5me Festival francophone de philosophie, Saint-Maurice, 24-27 sept. (invitation Colloque international)

« Le invasioni biologiche : un nuovo campo di ricerca per le scienze umane » ? Cycle de conférences à l’Université Ca’ Foscari de Venise 19-22 oct.

Présentation et conclusion de la partie "Digérer le sauvage" au colloque international Festins d’Afrique : l’ animal cannibalisé (Lyon, Musée des Confluences/Département d’Anthropologie de Lyon 2, octobre (Invitation Colloque international)

2008

« Les joies du taxinomiste : classer, reclasser, déclasser », Intervention au Forum de recherche : La frontière humain/animal : un enjeu de société, Université de Genève, Département de sociologie/département de géographie, 4 décembre. (Invitation)

« Modernité de la chasse », communication à la « Table ronde sur la chasse » organisée par l’MEEDDAT (Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du Territoire , Paris, 22 mai. (Invitation colloque international)

« Les sciences humaines face aux invasions biologiques. Prolifération des espèces, foisonnement des regards ». Communication au colloque Imaginaire contemporain du végétal, Conservatoire ethnobotanique de Salagon, Jeudi, 9 octobre.

« Faut-il plaire aux acteurs sociaux ? L’interprète et le courtisan » Communication au Colloque
Interprétations, Brest, 14-16 février

Conférence « Le silence des trophées » Art et ethnologie. Conférence avec l’artiste Marion Laval-jantet. Paris, Musée de la chasse et de la Nature (Invitation)

2007

« Du bon usage de la sauvagerie » », intervention au colloque Marges, limites, frontières du sauvage dans l’Antiquité, Université de Besançon, 25-36 octobre

« Entre domestique et sauvage. Les rôles de la chasse dans la construction symbolique de l’espace alpin », intervention au colloque La chasse et la montagne , Chambéry. (Invitation)

« L’esthétique est dans le pré », intervention au colloque Environnement, engagement esthétique et espace public, Paris (Ladyss, Medd).

« Faut-il croire les actrices sociales ? Du sens de la fourrure chez Naomi Campbell (et quelques autres) », intervention au colloque Le sens du poil. Anthropologie/mythologies de la chevelure et de la pilosité, Brest Université de Bretagne Occidentale

2006

« Taxinomies sentimentales : de l’animal/machine à la machine/animal ». Intervention au séminaire Systèmes classificatoires et taxinomies. Etat de la question, organisé par le département d’ethnologie de l’Université March Bloch de Strasbourg. (Invitation)

Colloque de Restitution du Programme INVAsions BIOlogiques, Moliets (Landes), du 17 au 19 Octobre 2006, (Introduction à la Session 3 : représentations et pratiques sociales relatives aux invasions biologiques. Evaluation économique.

2005

« Entre science et croyance : le regard de l’ethnologue ». Intervention au séminaire du SAE (Université de la Méditerranée) Prolifération du vivant coordonné par Cécilia Claeys-Mekdade (3 février). (Invitation)

« Ici et là-haut, L’écriture missionnaire entre terrain et transcendance », in 130 Congrès des sociétés historiques et scientifiques, Voyages et voyageurs, La Rochelle, avril 2005

Responsable et animateur de la journée au Ministère de l’Environnement consacrée aux rapports entre sciences sociales et sciences de la vie en matière d’invasions biologiques. Intervention intitulée : « La fonction mythique - nature folklorique des représentations sociales » (mardi 10 mai) (invitation)

Intervention dans la cadre du cycle de conférences La chasse et la société d’hier à aujourd’hui".organisé par le CRESAL-CNRS (Dir. André MIcoud)" et Le Musée d’Art et d’Industrie de la Ville de Saint-Etienne (invitation)

2004

« Des Alpes au Finistère. Autobiographie romanesque ». Intervention au Séminaire dirigé par Pascal Dibie à Paris VII (invitation)

2003

« Archaïsme et insularité. Les racines rurales de la chasse en Corse ». Bastia, Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Relations, échanges et coopérations méditerranéennes, 15 Avril 2003

« Le chercheur errant. Sur les traces du bon ethnologue », intervention au séminaire Posture et cheminement du chercheur, IRA-MONA, paris, 5 déc. 2003 (invitation)

« L’animalité » intervention au séminaire du CETSAH « Ruralités contemporaines », Paris, 18 déc. 2003 (invitation)

Animation de l’Atélier n.1 de la journée d’études sur les Algues vertes (« Conférences de l’eau ») organisée à Quimper par le Conseil régional du Finistère (invitation)

2002

« Médiateurs avec le monde sauvage » Intervention au séminaire de l’EHESS dirigé par Philippe Descola. (invitation)

« Questions de distance » - Participation au symposium européen organisé par le Conseil International de la Chasse et de la conservation du Gibier : Droit de propriété, Chasse et Environnement Rambouillet, septembre 2002 (invitation)

« Sur les traces des vaincus ». Participation au symposium international « La nature des Alpes », Alpbach (Autriche », septembre 2002) (invitation colloque international)

« Il n’y a pas mort d’homme. Accidents de chasse et autres spectacles édifiants », communication au colloque Des vivants et des morts. Des constructions de « la bonne mort », Brest, 21-23 novembre 2OO2

“Le corps du missionnaire”, communication au colloque “Le corps extrême dans les sociétés occidentales”, Marseille organisé par le GDR 2322 et la Société d’ethnologie française

2001 “Les Alpins ? Des Celtes qui s’ignorent (mais pas tant que ça)”, communication au 126e congrès des sociétés historiques et scientifiques, Toulouse - 9-16 avril.

Cycle de conférences à Venise, à l’Université Ca`Foscari, dans le cadre des échanges Erasmus

2000 “Conversions et diversions. L’épopée missionnaire comme récit de voyage”, communication au colloque Seuils & traverses, Brest UBO, 6-8 Juillet

14 juin, (Des chemins qui se croisent ? Anthropologie et didactique de l’environnement ”. Paris, Institut Océanographique, Intervention au 22ème Atelier du Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres. (invitation)

“ I piaceri dell’antropologo : viaggio sciamanico, occultismo e altre iniziazioni ” Conférence tenue le 14 avril à Trento dans le cadre du cycle : Voli magici, incontri con lo sciamanismo. (invitation ).

“ Pour une anthropologie de la nature ”, intervention au séminaire : Saperi naturalistici popolari, Venise, Université Ca`Foscari, 18 avril 2000

“ Les lieux communs du discours sur la plante et l’animal ”, dans le cadre du séminaire Les relations entre la nature, la société et la science, Paris, INRA, 20 et 21 mars 2000

1999

"L’avenir d’une illusion : Art, nature et new-age", Communication aux journées d’étude La vie au grand-air. Aventures du corps et évasions vers la nature organisées par la Société d’Ethnologie française à Paris, le 11 et 12 mars.

“Algues tueuses et autres fléaux. Pour une anthropologie de l’imaginaire écologique en milieu marin”, communication au 124e Congrès des sociétés historiques et scientifiques, Nantes, 19-26 avril.

“ Des plaisirs du chasseur aux souffrances de l’écologiste. Violence et iconographie ”, colloque : Violence et société en Bretagne et dans les pays celtiques, Brest, 18-20 mars 1999

1998

"Hommes de gauche et Chiens de droite. Génétique et société chez les cynophiles contemporains", intervention au Colloque Éleveurs et animaux domestiques (fin XVIIIe - XXe siècle)

"Aux limites de l’interprétation : Land Art et anthropologie". Colloque international La fabrication du paysage, U.B.O, Brest 12-16 mars.

1997 "L’écologiste ? Un chasseur comme les autres", intervention au Colloque international Gibier et biodiversité, Lyon, sept. 1997

1996 - "Les Paysans alpins face à la nature sauvage : des méditerranéens comme les autres ?, Mission du Patrimoine Ethnologique, Journée d’étude : Frontières culturelles, Aix-en-Provence4-5 juillet 1996

- "Les Paysans alpins face à la nature sauvage : des méditerranéens comme les autres ?, Mission du Patrimoine Ethnologique, Journée d’étude : Frontières culturelles, Aix-en-Provence4-5 juillet 1996

1993 - “De l’emblème au porte-manteau. Fastes et déboires du trophée de chasse”, Modèles anciens et formes nouvelles de la relation à l’animal dans la société contemporaine, CTHS, Pau, Octobre.

- “‘Chasseurs-cueilleurs’ des campagnes méditerranéennes : histoires parallèles”, Les chasseurs et cueilleurs d’hier et d’aujourd’hui, Société d’Écologie Humaine, Mai.

1992 - “De res nullius marchandise. Changement du statut du gibier dans l’imaginaire cynégétique italien”, Les avatars de la notion de protection de la nature, Apsonat, Paris, Décembre.

1991 - “ De la chasse aux grands fauves au safari-photo : un siècle de rêverie occidentale sur la faune sauvage”, Perceptions et représentations de l’environnement, Société d’Écologie Humaine, Novembre.

1988 - "Le cynégétique sous un angle comparatif”, Tradition et Modernité, INALCO/ATP, Chantilly, Janvier.

1987 - “Hédonistes et ascètes ; méditerranéens et nordiques à la chasse au chamois dans les Alpes du Piémont”, La haute montagne. Visions et représentations, Musée Dauphinois, Grenoble, Février.

- “La disparition du gibier comme métaphore de l’apocalypse. Un exemple corse”, L’île-miroir, Centre d’Études corses, Aix-en-Provence, Novembre.

1986 “Braconniers piémontais : tricksters ou héros culturels ?”, L’imaginaire de la chasse, Chalon-sur-Saône, Janvier.


ACTIVITÉS D’ENSEIGNEMENT

Responsable depuis vingt ans des échanges Erasmus avec Les Universités « Ca’ Foscari » de Venise (« La Sapienza » de Rome jusqu’à 2009). Responsable depuis 2014 des échanges Erasmus avec l’Université de Trento.

Créateur et responsable depuis vingt ans du séminaire permanent d’anthropologie de la nature « Ordre naturel et bricolages humains ».

Responsable du séminaire bimensuel à L’ EHESS « L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi ».

Deuxième semestre année universitaire 2013-2014, Visiting Professor à l’université Ca’ Foscari de Venise.

Depuis 1997

Professeur d’ethnologie à l’UBO assurant les cours d’Histoire et théorie de l’ethnologie, Anthropologie de la nature, Approches critiques de la description ethnographique, Anthropologie symbolique, Anthropologie comparative, Rhétoriques de l’animalité, La construction des sciences sociales, Ethnologie des processus identitaires I et II », « Approches de l’altérité » (cours de Licence, Master 1 et Master 2 (plus Unités libres L1 et L2). Anthropologie du fait religieux. Unité libre L1 et L3 : « De l’humain animalisé à l’animal humanisé ». « De l’anthropologie physique à l’anthropologie interprétative ». « La construction de la personne ».

1996/97 - Maître de conférences associé à l’Université de Provence ; (Histoire et théorie de l’Ethnologie. Préparation et encadrement des étudiants lors du stage de terrain en Corse)

1995/96 - Maître de conférences associé à l’université de Provence (Histoire et théories de l’ethnologie- Préparation et encadrement des étudiants lors du stage de terrain en Corse).

Organisation de colloques, séminaires

Membre du Comité scientifique et co-auteur, en 2015, de l’appel à communication du congrès national des sociétés historiques et scientifiques "L’animal et l’homme", université de Rouen, 11‐16 avril 2016

Membre du Conseil scientifique et responsable de la partie "La muséographie intime ou le chasseur muséographe" du colloque international "Exposer la chasse", Paris, Musée de la chasse et de la nature, 19-20 mars 2015

Co-auteur, en 2013, de l’appel à communication du Congrès international du CTHS Se Nourrir. Pratiques et stratégies alimentaires.

Co-auteur, en 2009, de l’appel à communication du Congrès international du CTHS Paysages, Neuchâtel, 6-11 avril 2010

Organisation du Colloque international Terrae Incognitae. Conflits et controverses autour des derniers espaces dits sauvages. (Brest, UBO, 17-18 mars 2006)

Organisation et direction du séminaire permanent du département d’ethnologie “ Ordre naturel et bricolages humains ” (programme joint en annexe).

Organisation et direction uu séminaire "L’appropriation de la nature entre remords et mauvaise foi (EHESS)

Projets de publication.

Actes du colloque du CTHS "L’animal et l’homme", université de Rouen, 11‐16 avril 2016


Direction de thèses
(8 thèses soutenues, 3 en cours)

(Thèse soutenue en décembre 2006)
-  BEDRI Hervé
-  Sujet : Mirages identitaires. La mise en scène de la nature dans les jardins publics et privés de Brest du XVIIe siècle à nos jours.

- EMERY Céline , « Immigration italienne en Finistère : parcours d’intégration ». (Thèse soutenue en 2013)

-  FRIEDMAN Sylvie (thèse soutenue en décembre 2008)
-  Date d’inscription : novembre 2003
-  Sujet : Judaïsme et environnement. Place et rôle de la nature à travers les fêtes juives.

-  KERYELL Gaela (thèse soutenue en décembre 2009)
-  Sujet : Locuteurs citoyens et locuteurs parents : étude contrastive de l’appartenance nationale en France et en Finlande.
- 
- 
-  CANN Typhaine
-  Sujet "Les épaves de la Mer d’Iroise : une approche ethnologique" (thèse soutenue en 2014)
- 
-  KERVELLA (MANSARÉ) Yassine
-  Sujet : La condition peule. Autour de la vache : nomades ou sédentaires. Etude comparative des Peuls de Guinée et du Tchad. (Thèse soutenue en 2015)
- 
-  PINEAU Christelle
-  Anthropologie des vins "nature", la réhabilitation du sensible (thèse soutenue en 2017)
- 
-  En co-direction avec Glauco Sanga, Università degli Studi Ca’Foscari, Venise
-  VIANELLO Rita
-  Sujet : Le savoir des mytiliculteurs de la lagune de Venise et du littoral breton. Etude d’anthropologie comparative.
-  (Thèse soutenue en 2013)
- 

En co-direction avec Françoise Burel, (Rennes 1) (Thèse soutenue le 29 novembre 2007)
- AURELIE JAVELLE
- Sujet : Perceptions de la biodiversité par des agriculteurs sur une zone atelier du nord-est de la Bretagne et évaluation de leur rencontre avec des chercheurs en environnement : la main et le stylo »

Depuis 1998 suivi des mémoires de maîtrise (M1 et M2, 3 en moyenne par an)

Participation à des jurys de thèse :

1997 – Alain Tanguy Anatole Le Braz (1859-1926) et la tradition populaire en Bretagne. Analyse de quatre carnets inédits (1890-1895), Brest, UBO,
2001 - Catherine-Marie Dubreuil Ethnologie de l’antispécisme, mouvement de libération des animaux et lutte globale contre toutes les formes de domination” Paris VII
2002 - Isabelle Mauz, Gens cornes, crocs. Relations hommes-animaux et conception du monde, en Vanoise, au moment de l’arrivée des loups, Engref-Sciences de l’environnement.

Aurélie Favé, - Le conte merveilleux entre culture et soins, Brest, UBO, Faculté de Medecine
2003 - Carole Barthelemy, Des rapports sociaux à la frontière des savoirs. Les pratiques populaires de pêche amateur au défi de la gestion environnementale du Rhône, Doctorat de 20
2006 Emmanuel Gouabault « La résurgence contemporaine du symbole du Dauphin. Approche socio-anthropologique ». Université Paul-Valéry-Montpellier III. (Rapoorteur de thèse)
2006 - Ludovic Boussin, « Société et animal : contrôler la grande faune sauvage », Thèse de Géographie, Université de Limoges, 11 sept. 2006

2007 - Diana Gueorguieva-Faye, Enjeux autour de l’énergie électrique éolienne en Ardèche. La construction sociale du plateau de Saint-Agrève 5 juin Muséum national d’histoire naturelle

2007 – Frédéric Roux, Des pêcheurs sans panier. Contribution à une sociologie des usages culturels de la nature Université de Nantes

2011 - Karen Julien, « La peau sur les eaux. Transmission des savoir-faire, mémoires familiales et dynamiques territoriales en Grande Brenne », Université de Poitiers 20 oct. (rapporteur)

2011 - Maxime Michaud : « Chasseurs d’Afrique. Safari de chasse et quête du sauvage ». Université de Lumière Lyon2, 31 oct. 2011 (Rapporteur)

2011 - Catherine Herrgott « Patrimonialisation d’une pratique vocale : l’exemple du chant polyphonique en Corse », Université de Corse Pascal Paoli 12 décembre 2011 (président du jury).

2014 – Alix Levain 20 mai, « Vivre avec l’algue verte : médiations, épreuves, signes ». Muséum National d’histoire naturelle, Ecole doctorale Sciences de la nature et de l’Homme.

2014 Deborah Nadal, "Randagi in India. Animali di strada, spazi pubblici, rabbia : etnografia multispecifica a New Delhi, Jaipur e Jodhpur"
Dottorato di ricerca in Scienze storiche e antropologiche (Università degli Studi di Verona)

2014 Elena Gritti "Dal testo al territorio : il Norico Tardoantico Eugippii Vita Sancti Seuerini (BHL 7656)", Università degli studi di Verona, Dottorato di ricerca in scienze Storiche e antropologiche XXVI ciclo

2014 Cristina Bassi, "La conoscenza della scrittura e della lettura in epoca romana in area alpina", Università di Verona, scuola di dottorato di Studo Storici, Geografici e Antropologici.

2016 Claire Galloni d’Istria, "Qui a peur du "grand méchant loup" ? A propos des représentations du loup dans les Alpes franco-suisses, Genève, Institut de hautes Etudes internationales et du Développement, Graduate Institute Geneva, 18 mai

2017
Alain Gigounoux :
"Le sanglier - Chasses, maîtrise des populations et politiques publiques. Approche comparative depuis les confins du Périgord-Noir, du Quercy et du Haut-Agenais" (prévue le 26 juin)

Cécilia Claeys, "Fluctuantes natures, Hésitantes cultures", Habilitation à diriger des recherches (HDR), Rouen, 7 juin. Membre du jury

8) Valorisation de la recherche
Participation à des programmes de télévision et radiophoniques :

2016
Entretien filmé sur le thème de la perception du sauvage dans le cadre d’une étude sur les représentations du sauvage en France lancée par la Fondation François Sommer

2013

13 décembre, Entretien avec la philosophe Elisabeth de Fontenay dans le cadre de l’émission de France Inter « Vivre avec les bêtes ».

2011

Entretien radiophonique avec la journaliste Sylvie Berthier dans le cadre des activités de la mission Agrobiosciences (avril 2011).

2008 – Participation à l’émission Recherches en cours (Radio Aligre, Paris)

2007 – Participation à l’émission « Rue des entrepreneurs » de Didier Adès et Dominique Dambert, France Inter (Tourisme : l’heure des remises en question).

2006
Participation à l’émission « Science-culture » dirigée par Julie Clarini (France Culture)

Participation à l’émission « Le meilleur des mondes », d’Anik Schuin (Radio Suisse Romande)

Entretien avec les journalistes de Libération Sonia Faure et Karen Bastien paru dans l’ouvrage Le Bilan : 12 mois d’action gouvernementale, Paris, Ed. Danger Public, 2006

« Ours et Passion », entretien pour la revue Science et Avenir, Juillet 2006

2005
Entretien avec la journaliste Rachel Fléaux pou la revue Science et Avenir (avril 2005)

2000
Juin ; participation à l’émission Fréquence-Terre (Radio France Internationale) (A. Jouves)

1998
Seasons (Tele +)
1996 "Mises au point" d’ Eliane Contini (France Culture)
"Appunti di volo" de Corrado Bologna (Rai 3).
"Radiolupo" (Rai 1)
Seasons - (Tele+)

Contrats

2011

Responsable du volet ethnologique de la tâche III du projet CO-Sciences : Collaborations Sciences-Entreprises pour la production de questions scientifiques dans le domaine Environnemental : analyse des innovations scientifiques, sociales et structurelles dans le cadre du Programme
ANR Transversal « Sociétés innovantes » Édition 2011.

2002 remise de l’ensemble des dossiers relatifs au projet “Sur la prolifération des algues etc.” ( préfacé par l’article introductif “Ceci n’est pas un mythe”)

2001 - remise au Ministère des dossiers relatifs au projet “Bilan de recherche nationale etc.”.

1998 - 2001
Responsable du contrat de recherche : Sur la prolifération des algues sur les côtes françaises. Etude d’anthropologie comparative dans le cadre d’un appel d’offre du Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement (durée 3 ans, 248.755fht). Voici le résumé du projet prévoyant une étude comparative qui associe chercheurs (et notamment étudiants) de l’UBO et chercheurs travaillant dans le littoral méditerranéen.

"Plusieurs facteurs font de la colonisation des littoraux méditerranéens par Caulerpa taxifolia un phénomène particulièrement apte à l’observation anthropologique : son caractère à la fois rapide et spectaculaire (aux implications symboliques évidentes) et sa possible incidence dans la vie économique, donc, plus largement, dans l’univers culturel des populations maritimes. Le but de cette étude consiste à reconstituer les systèmes de représentations vernaculaires issus de ce processus invasif. Comment les différents groupes sociaux appréhendent-ils la propagation des Caulerpes ? Quelle est leur perception des effets (leur évaluation des dangers) entraînés par cette nouvelle présence ? Une comparaison avec l’invasion d’Ulva armoricana dans le littoral du Finistère permettra de saisir la singularité du “modèle méditerranéen” et ses analogies avec le “modèle breton”.

Responsable du contrat de recherche Bilan de recherche nationale sur la Caulerpe dans le cadre d’un appel d’offre du Ministère de l’aménagement du territoire et de l’environnement (207.296 fht).

Administration scientifique

2014-16

Président du département d’ethnologie

Responsable du projet d’auto-évaluation de la licence pour le prochain plan quadriennal

2008-2015 responsable du M1 ethnologie

2008 Président (depuis la rentrée 2006-2007) de la section 20-73 Anthropologie, ethnologie, préhistoire – Cultures et langues régionales.

Président (depuis la rentrée 2006-2007 jusqu’à la rentrée 2008/2009), du département d’ethnologie

2006 Membre titulaire (Vice-président) de la section 20-73 Anthropologie, ethnologie, préhistoire – Cultures et langues régionales.

2000- 2005 Membre titulaire, et après suppléant, jusqu’au mois de Juin 2005, de la section XVI

Président de Jury d’examens (niveau Maitrise-Master1) depuis 1998

De 2000 à 2003 président du département d’ethnologie

2000-2002 Participation constante (5-6 reunions par an) aux activités éditoriales du Comité des Travaux Historiques et scientifiques.

2000-2002 Expertises pour le Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (Invasions biologiques).

2001-2002 Président du département d’ethnologie

2000-2001 Président du département d’ethnologie

2000-2002 Responsable du DEA pour le département d”Ethnologie

2001-2002 Membre titulaire et vice-président de la commission des spécialistes des sections 20ème et 73ème de l’UBO.

2001-2002 Membre titulaire de la commission des spécialistes des sections 19ème et 20ème De l’Université François Rabelais à Tour

2001-2002 Membre titulaire de la commission des spécialistes de la séction 16èmede l’UBO

1999-2001 Membre titulaire de la commission des spécialistes des sections 16ème et 20ème de l’UBO
1999-2001 Membre titulaire de la commissions de spécialité 20ème section de l’Université Charles –de-Gaulle Lille 3

1999-2001 Membre de la commission de spécialité 73ème section de l’Université de Bretagne Occidentale Victor Segalen

1998-2002 Président de la commission de maîtrise du Département d’Ethnologie de l’UBO

2000-2002 Responsables des stages de Terrain du Département d’ethnologie

Depuis 1998 Suivi des étudiants étrangers inscrits au département d’Ethnologie dans le cadre des échanges Erasmus - suivi des étudiants de l’UBO préparant leur mémoire d’ethnologie à Rome ou à Venise.

Relations avec des laboratoires extérieurs

Relations internationales

2014

Ouverture d’un échange Erasmus Avec l’université de Trento.

Depuis 1998

Organisation et suivi des échanges du programme Erasmus avec l’Université La Sapienza de Rome (anthropologie des formes symboliques, anthropologie de la mémoire et anthropologie du tourisme) et avec l’Université Ca’ Foscari de Vénise (anthropologie maritime).

Annexe
Plan du séminaire « Ordre naturel et bricolages humains »

Le cycle annuel poursuit deux objectifs complémentaires. Sur le plan heuristique, il se propose d’aborder les thèmes émergents de l’anthropologie contemporaine en collaboration avec d’autres disciplines et avec l’aide de spécialistes nationaux et internationaux. Sur le plan didactique il vise à former des chercheurs accomplis, capables d’étudier convenablement l’univers local, mais en mesure aussi d’appliquer leurs compétences à des réalités culturelles dépassant les confins régionaux.
Le thème fédérateur, choisi en raison de son caractère œcuménique, est celui du rapport à la nature - grande métaphore appréhendée dans ses nombreuses acceptions : de la nature "cadre physique" de l’écologie culturelle, à la nature "pôle conceptuel" (dans la dialectique nature/culture), jusqu’au "retour à la nature" comme mise en danger de l’ordre symbolique et lieu virtuel de dissolution du sujet (l’ "extase", la "transe", les différentes manifestations de "crise de la présence" analysées par l’anthropologie religieuse et l’ethnopsychiatrie).

En 1998-1999, la référence aux notions de limite et de transgression a permis d’aborder les rapports de l’homme contemporain à son environnement comme autant de "faits de frontière". Parmi les thèmes traités l’on évoquera "Le milieu naturel comme espace projectif" ; "Les apprentis sorciers" ; "Aux frontières du comestible" ; "Métamorphoses" ; "Races et destins" ; "Poétiques et politiques de l’espace" ; "Frontières historiques et frontières fantasmatiques".

L’ensemble des communications de l’année 1999-2000 a porté sur la figure du médiateur (gardes-chasses, bateliers, skippers, mais aussi ermites, guérisseurs, alchimistes et autres "hommes des marges" assurant la circulation entre horizons éloignés ou concomitants) et sur la multiplicité des échanges, à la fois symboliques et pragmatiques, réglant les rapports entre dimension domestique et nature sauvage.

Tout au long de la troisième année (2000-2001), le séminaire Ordre naturel et bricolages humains s’est concentré sur les “Figures de l’animalité” : “Les rapports entretenus par les hommes avec les animaux domestiques et sauvages constituent, depuis toujours, un haut lieu de la réflexion anthropologique. En fait, la façon dont les différentes cultures se représentent le monde animal offre une clé particulièrement efficace pour saisir, au-delà du phénomène spécifique, la logique qui oriente ces cultures dans leur globalité. C’est ainsi, par exemple, que l’étude du "totémisme" a permis de développer des observations déterminantes sur la culture matérielle, la structure sociale, l’organisation symbolique de nombreuses populations prémodernes. Mais réfléchir sur le rapport à l’animal constitue aussi une voie d’accès propice à l’étude de la contemporanéité. L’inquiétude croissante pour les espèces en danger, le malaise collectif de plus en plus prononcé face à la question de la souffrance animale, l’engouement pour les animaux de compagnie, sont à l’origine d’une série de discours stéréotypés qui traversent du haut en bas notre espace social.
On peut considérer ces discours comme des symptômes nous permettant de faire le point sur la société d’aujourd’hui. Mais on peut les aborder aussi comme autant de prétextes, de stratégies rhétoriques poursuivant des objectifs qu’il s’agit de déceler”.

Le séminaire de l’année 2001-2002, “Parfums et miasmes du terroir”, a été consacré a la problématique suivante : comment penser le terroir en termes anthropologiques ? La notion est très chargée de sens mais aussi d’ambiguïté. Par association d’idées, on songe immédiatement à des synonymes comme "appartenance", "enracinement", "authenticité", "rapport à la nature", "alimentation biologique", "valeurs", "tradition", "retour aux sources"... bref, à ce qu’il y a de plus prévisible et de plus "innocent" parmi les thèmes abordés par le chercheur en sciences humaines.
Mais si l’on considère la notion de terroir dans une perspective historique et pragmatique (quels sont et quels ont été les emplois courants de ce terme polysémique ?) on retrouve aussi, à côté de la référence aux "bonnes choses d’antan", tout le vocabulaire du renfermement sur soi, de la haine de l’autre, du particularisme, de la manipulation des affects et des consciences.
Le séminaire, largement interdisciplinaire et ouvert comme tous les ans au public, visait à explorer le champ sémantique correspondant à cette notion sans négliger ses acceptions les moins nobles. On s’est donc penché sur le terroir tel qu’il peut émerger dans les ouvrages de Pagnol, de Giono, ou de Mistral, mais aussi sur le terroir d’Arthur de Gobineau, du Maréchal Pétain et, plus près de nous, de Jeorg Haider en Autriche, ou d’Umberto Bossi, leader italien de la Ligue du Nord.
Cela nous a permis de développer la question suivante : face aux implications extra-scientifiques de toute étude sur des sujets sensibles (le "terroir", mais aussi le "patrimoine", la "tradition" l’"identité"...) la neutralité du chercheur est-elle vraiment concevable ? Ne s’agit-il pas d’une chimère épistémologique ?

En 2002-2003, dans un cycle traitant des « Errances du chercheur : interprétation et surinterprétation » nous avons profité de l’objet « rapport à la nature », pour nous interroger sur la pertinence des attributions de sens établies par les ethnologues.
Pendant longtemps, en caricaturant un peu les choses, on a cru qu’il suffisait de faire du bricolage et être des personnes honnêtes pour faire de l’ethnographie. Aujourd’hui on saisit toute l’urgence de la question interprétative. Quels sont les modèles légitimes dans l’interprétation d’un témoignage ethnologique ? Peut-on s’inspirer, par exemple, de la psychanalyse ? Faut-il se cantonner à des formes d’empirisme, voire de matérialisme plus ou moins « scientifique » ? Peut-on devenir un bon ethnologue, à savoir un bon interprète, sans avoir une formation humaniste adéquate ? Où se situe le sens ? A quel niveau de la réalité ? Au niveau de la conscience ou à celui de l’inconscient ? Autrement dit : dans quelle mesure pouvons nous forcer le sens manifeste, explicite, du discours des sujets de nos enquêtes ? Y a-t-il une dimension de la rationalité qui est spécifique à la démarche ethnologique ? Où faut-il situer la rationalité des informateurs ? Dans leur discours ou dans leur pratique ? A force de cse méfier des sur-interprétations, l’ethnologue « prudent et consciencieux » ne risque-t-il pas de revenir de son terrain avec une belle collection de stéréotypes qui attendent à être décodés (par quelqu’un d’autre) ?

L’année 2004-2005 consacrée aux « Prédations », a porté sur les implications symboliques, et notamment identitaires, des différentes formes d’appropriation des ressources sauvages. Autrefois, dans la littérature ethnologique, l’autochtonie pouvait trouver son expression dans le ramassage « rituel » du génépi, dans la dégustation « religieuse » d’une confiture de mûres, dans l’absorption « initiatique » d’une brochette d’ortolans enrobés de feuilles de vigne. Aujourd’hui, cette même autochtonie se pense davantage sous forme de revendication : si nous ramassons les champignons (« nos » champignons), si nous braconnons « nos » ormeaux et « nos » civelles c’est par rapport à (ou à cause de) la multitude des touristes, des citadins, des étrangers qui « convoitent nos ressources » et « envahissent nos territoires ». Du constat identitaire et substantialiste (« ils sont ce qu’ils mangent »), on est passé à la détection d’une dynamique ethniciste, comme on dit actuellement (« en mangeant ça, ils se différencient des autres »).

Le Séminaire de 2005-2006 Invasions biologiques et autres migrations, aborde la vaste thème des transformations environnementales dues à l’intensification des échanges planétaires dans leurs implications anthropologiques (un intérêt tout particulier est réservé aux liens entre le traitement actuel des phénomènes invasifs et l’imaginaire folklorique).

Voici la présentation du séminaire de 2006-2007 : « Beautés locales » : les bêtes, la nature et l’esthétique vernaculaire.
Pourquoi aimons-nous les animaux sauvages ? « Parce qu’ils sont maigres », nous assure Konrad Lorenz. Pourquoi sommes-nous séduits par des athlètes aryens – c’était à Berlin en 1936 - ou par des guerriers nuba légèrement vêtus ? « Parce qu’ils sont beaux comme des fauves, puissants et essentiels comme des dieux », nous suggère la réalisatrice allemande Leni Riefenstahl. Lorenz et Riefenstahl, dans ce sens, sont des universalistes. À la manière de Johann J. Winckelmann, figure de pointe du néoclassicisme, ils voient dans la beauté une sorte d’invariant, un attribut, comme la grâce divine, transcendant l’aspect contingent des êtres et des choses. L’ethnologue suit une autre démarche. La beauté, loin d’être une propriété universelle, est pour lui une variable culturelle dont les critères, négociés sans arrêt par les humains, dépendent des valeurs, des idéaux, des événements qui ont marqué la vie des communautés. Le séminaire de cette année se penchera sur les acceptions « locales », à savoir vernaculaires, folkloriques, ordinaires (on ne dira pas « populaires », terme trop chargé, aujourd’hui, de connotations populistes) de la notion de beauté.
Et voici le programme prévu pour la Xème année du séminaire (2007-2008) : « NATURE / SURNATURE »

« Faites-nous rêver », demande-t-on de plus en plus aux ethnologues : « Parlez-nous de rituels de possession, de secrets initiatiques, de consommateurs de peyotl, de voyages shamaniques, de chercheurs ensorcelés … ». Peut-on encore s’interroger sur les liens entre science, magie et religion, comme le faisaient les pères de l’ethnologie, sans devenir les complices d’une opinion publique qui cherche à combler les abîmes existentiels de la « téléréalité » par un trop plein d’exotisme, de sensationnalisme, d’occultisme ?
Les raisons sérieuses pour explorer ce domaine ne manquent pas. On peut se pencher sur le binôme nature/surnature dans une perspective épistémologique, en se demandant si la science moderne « épuise » vraiment, dans une sorte de dépassement dialectique, la globalité des savoirs qui l’ont précédée. On peut faire appel à l’histoire et se demander par quels cheminements et à quel prix la rationalité occidentale a réussi à s’imposer sur d’autres manières de penser les liens entre les choses (et donc d’agir sur la réalité).
Cela revient à poser la question des pouvoirs : pouvoirs mystiques du ministre du culte assurant nos contacts avec les dieux. Pouvoirs « paranormaux » du guérisseur, du médium, du devin. Pouvoirs télépathiques des hommes et des animaux. Pouvoir magique des objets. Pouvoir personnel (tout à fait mondain et prosaïque, celui–ci) que le détenteur de « secrets », de « dons » ou autres attributs charismatiques, cherche parfois à exercer sur son entourage.

A partir de 2009 le séminaire a été consacré au grand thème de l’interdisciplinarité. Voici la problématique :
« Ordre naturel et bricolages humains XI-XIII Splendeurs et misères de l’interdisciplinarité.
L’heure est à l’interdisciplinarité. Sur le plan théorique, après la remise en cause des grands paradigmes (le marxisme, la psychanalyse, le structuralisme …) le monde de la recherche est invité à la modestie. Chaque « modèle » ne donne de la réalité qu’une vision partielle : mettons-nous ensemble et nous y verrons plus clair. Sur le plan pratique, pour augmenter les chances des futurs chercheurs (chercheurs en sciences de l’homme et chercheurs d’emploi), on incite ces derniers à diversifier les compétences : « Suivez des doubles parcours, choisissez des mélanges professionnalisants ». Au niveau ministériel, on encourage de plus en plus les équipes « mixtes » cooptant dans un même projet, par exemple, des biologistes, des géographes et des ethnologues.
Certes, l’interdisciplinarité n’est pas une invention récente : les œuvres d’Emile Durkheim, de Sigmund Freud, de Marcel Mauss, (que l’on songe aux Formes élémentaires de la vie religieuse, à Totem et tabou, à l’Essai sur le don) témoignent de la grande ouverture d’esprit de nos « ancêtres », de leur culture, de leur énorme curiosité. Mais si nos ancêtres « flirtaient » avec les autres disciplines, aujourd’hui nous sommes poussés au mariage. On assiste ainsi à des accouplements plus ou moins judicieux.
Certains se marient au plus loin, comme ces spécialistes de la « question animale » travaillent volontiers avec des éthologues ou des naturalistes (« soyons sérieux … ») mais qui trouveraient « peu scientifique » de collaborer avec des littéraires, des sémiologues, voire, ce serait le comble, des psychanalystes.
D’autres, au nom de la « vraie ethnologie », prônent l’endogamie. Craignant la contagion, hantés par le syndrome de la citadelle assiégée, ils surveillent les bibliographies (n’y aurait-il pas trop d’ « étrangers » ?), se méfient même de leurs proches (« ne seraient-ils pas trop fonctionnalistes, trop évolutionnistes, trop … » et taxent de « postmodernisme », voire de « déconstructionnisme », toute tentative de revenir sur l’ « acte ethnologique » de façon critique.
La majorité cherche des accommodements. Des problèmes alors se posent : arrivera-t-on à se comprendre (autrement dit : est-ce que les codes, les démarches, les objectifs propres aux différentes traditions sont toujours « traduisibles » ? Mariage, d’accord, mais sommes-nous compatibles ?). Comment être interféconds (c’est le cas du porc et du sanglier, par exemple, alors que ce n’est pas celui du lièvre et du lapin), sans renoncer aux identités respectives ? Faut-il privilégier l’échange généralisé (avec les mathématiques, la médecine, l’astronomie), ou l’échange restreint (avec ces « cousins germains » que sont les historiens ou les sociologues) ? Et encore, mettons-nous à la place du futur conjoint : sommes nous « mariables » ? Quelle est notre « dot » ? Que pouvons-nous offrir à nos partenaires potentiels pour arracher leur consentement ?

Sur fond de nature, pendant les cinq séances de cette année, des historiens, des géographes, des sociologues (liste non exhaustive) ayant succombé à la tentation interdisciplinaire nous livreront leurs passionnants témoignages.

Sergio Dalla Bernardina
Organisateur et responsable du séminaire

Résumé des huit dernières années d’activité

Enseignement

Sergio Dalla Bernardina a collaboré activement à la conception du nouveau Master II Dynamiques identitaires (en suggérant, dans le document de travail « Pour un master interdiciplinaire », la problématique générale aussi bien que le « sujet fédérateur » du Master). Pendant les huit dernières années SDB a assuré des enseignements en Licence, Master I et Master II (cf., en particulier, le cours d’épistémologie : « La construction des sciences humaines » partagé avec un collègue philosophe et adressé à l’ensemble des filières). Depuis cinq ans il est le responsable dedeux nouveaux cours dans le cadre des Unités libres : « Ethnologie des processus identitaires », « Approches de l’altérité »,

Le séminaire « Ordre naturel et bricolage humain », créé il y a vingt ans, permet à l’enseignant/chercheur, qui en assure l’organisation intégrale, de conjuguer didactique (le séminaire est ouvert aux étudiants) et recherche (voici les sujets abordés pendant les dernières années : « Parfumes et miasmes du terroir » « Errances du chercheur » ; « Le retour du prédateur » ; « Invasions biologiques et autres migrations », « ˝Beautés locales˝ : les bêtes, la nature et l’esthétique vernaculaire » « Nature/Surnature, « Splendeurs et misères de l’interdisciplinarité »).

Masters 1 et 2 (avec une moyenne de 3 soutenances par an) et thèses (6 inscrits).

Recherche

Entre 2008 et le début de 2011 Sergio Dalla Bernardina poursuit et développe, dans des perspectives inédites et en adaptant sa problématique aux changements récents, les thèmes centraux de son investigation : le rapport à la nature, la frontière de plus en plus précaire qui sépare l’homme des autres animaux, les dynamiques identitaires et l’épistémologie des sciences humaines et sociales. L’ouvrage Le retour du prédateur (cf. biblio) interroge la question, désormais classique chez les ethnologues , de la pertinence de l’opposition domestique/sauvage dans les critères occidentaux de perception et de représentation de l’espace naturel. L’engouement actuel pour le prédateur (objet de culte écologique, emblème identitaire, support fantasmatique … », est analysé par le recours croisé à plusieurs modèles anthropologiques. La publication consacrée aux phénomènes invasifs (il s’agit du chapitre « sciences humaines » de l’ouvrage Les invasions biologiques une question de natures et de sociétés ) (cf. biblio) , s’interroge aussi sur le rôle joué par les différentes traditions scientifiques (du structuralisme à la sociologie des controverses) dans l’interprétation des comportements collectifs associés à la prolifération d’espèces exogènes. La question de l’identité (et plus précisément, de la manipulation collective de la mémoire locale à de fins identitaires) apparaît dans l’article : « Le gibier de l’apocalypse. Chasse et théorie du complot » (cf. biblio). D’autres publications sont imminentes, concernant la perception vernaculaire du paysage (c’est le chantier le plus récent), les « prédations » contemporaines (les nouveaux horizons de cueillette et de la pêche sportive – c’est le volet ethnographique et collectif des recherches consacrées au retour du prédateur) et l’étude de ces lieux interstitiels qui échappent (de moins en moins) au processus de rationalisation des espaces verts et que l’on pourrait qualifier de dernières Terrae incognitae (tout en sachant, bien entendu, qu’elles ne sont pas « incognitae » du tout. On fait tout juste semblant).

Entre 2003 et 2008, l’activité de recherche de SDB s’est concrétisée dans la rédaction de plusieurs articles, la direction d’un numéro de revue (avec la traduction de trois contributions) et la publication d’un nouvel ouvrage. Elle s’articule autour de quatre axes strictement imbriqués : le rapport à la nature, les représentations de l’animalité, la construction de l’Autre, les conditions de production du discours ethnologique. À partir d’un corpus d’exemples ethnographiques issus d’une longue enquête de terrain, les articles « Mauvais indigènes et touristes éclairés. Sur la propriété morale de la nature dans les Alpes », in Revue de géographie alpine, Juin 2003 – Tome 91 n.2, et "Boiteux, borgnes et autres médiateurs avec le monde sauvage", in Communications n.76, oct. 2004, p.59-82 s’interrogent sur le statut incertain des espaces sauvages dans l’imaginaire occidental (thème auquel est consacré le colloque Terrae incognitae co-organisé par SDB le 17/18 mars 2006 à l’université de Brest). Les études « -“Algues tueuses et autres fléaux. Pour une anthropologie de l’imaginaire écologique en milieu marin », in Côtes et estuaires, actes du 124e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nantes, 1999, Paris, CTHS, 2003 » et « Ceci n’est pas un mythe. L’obsolescence médiatique de Caulerpa taxifolia », in Communications n.76, oct. 2004, p. 181-20, présentent les résultats d’une enquête menée dans le cadre d’un appel d’offre lancé par le ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement (à laquelle ont été associés plusieurs étudiants/chercheurs du département d’ethnologie). Le numéro de la revue italienne La Ricerca Folklorica (éditée par les éditions Grafo et l’Université Ca’ Foscari de Vénise) aborde la question du rapport homme/animal à partir des contributions des chercheurs français et étrangers ayant participé au séminaire « Figures de l’animalité ». L’ouvrage L’éloquence des bêtes (Paris, Métailié, 2006) analyse les différents rôles remplis par l’animal en tant qu’ « objet transitionnel », support projectif permettant à l’homme de se mettre en scène par animal interposé (l’animal comme « prête-nom). L’article « Ici et là-haut. L’écriture missionnaire entre terrain et transcendance » (actes du colloque CTHS Voyages et Voyageurs, La Rochelle, 2005) prolonge l’investigation sur l’exotisme et sur le caractère fictionnel du texte ethnographique entamée dans l’étude « L’appel de la banquise …). Les années de recherche consacrées à l’étude des invasions biologique ont permis la réalisation du chapitre d’un ouvrage commandité par le Ministère de l’Environnement et du développement durable : Les invasions biologiques, une question de natures et de sociétés. Le chapitre en question : « Espèces invasives et sciences de l’homme », propose une vaste synthèse faisant le point sur les modèles épistémologiques mobilisés par les sciences humaines et sociales dans l’étude des phénomènes invasifs.

L’ensemble de ces études, comme on vient de le préciser, est traversé par un questionnement ininterrompu autour des méthodes, des théories, et des conditions morales d’exercice du métier d’ethnologue.

Activités administratives et autres responsabilités collectives.

Président de la section 20-73 Anthropologie, ethnologie, préhistoire – Cultures et langues régionales.

Président du département d’Ethnologie

SDB est membre permanent du Comité des Travaux Historiques et scientifiques. Dans ce cadre, il participe aux activités éditoriales du comité, il contribue à l’organisation des colloques annuels où il intervient aussi bien comme chercheur (dernières communications) que comme président de séance.

Membre du conseil scientifique de l’Appel d’offres du MATE : « Invasions biologiques ».

Membre du conseil scientifique de l’Appel à propositions de recherches du MEDD "Paysage et développement Durable"

Les deux fonctions impliquent le tri et l’expertise des projets, l’évaluation des rapports intermédiaires et des rapports finaux.

Depuis son recrutement à Brest SDB a ouvert des échanges ERASMUS avec les Universités de Venise (Ca’ Foscari) et de Rome (La Sapienza). Il suit les travaux des étudiants du département d’ethnologie séjournant en Italie et coordonne les activités des étudiants de Rome et de Venise accueillis à Brest.

Membre titulaire, et après suppléant, jusqu’à 2005, de la section XVI

Président de Jury d’examens (niveau Maitrise-Master1) depuis 1998

Membre du groupe de réflexion et d’orientation du musée de la Chasse et de la Nature