Accueil > LAHIC > Communication scientifique > Expositions

Exposition "Léopold Verguet (1817-1914) L’arpenteur des nostalgies", juillet-septembre 2004

Exposition présentée au Garae, Maison des mémoires, du 02 juillet au 25 septembre 2004.

publié le

L’exposition présente l’œuvre, l’itinéraire et la vie d’une personnalités hors du commun, le chanoine Léopold Verguet, né le 27 novembre 1817 à Carcassonne. En 1845, parti comme missionnaire en Mélanésie, il donne libre cours à sa sensibilité d’ethnographe. Son Histoire de la première mission catholique de Mélanésie (1854) et l’article sur « Arossi ou San Christobal et ses habitants » en sont révélateurs.

Passionné de dessin et peinture, il fait des croquis détaillés de ses observations. Ceux-ci sont aujourd’hui conservés à Rome par l’Ordre des Pères Maristes. Revenu en France en 1947 et après quelques démêlés avec sa hiérarchie, il se consacra à ses études, faisant œuvre de poète, de félibre et d’érudit au sein de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne dont il fut le secrétaire. C’est à partir de 1863 qu’il commence à photographier systématiquement la Cité, animé par un double sentiment : l’attachement à cette grandiose architecture ruinée dont il célèbre avec les accents du romantisme les « vieilles pierres noires au sombre aspect » et l’admiration pour l’œuvre de Viollet-Le-Duc dont ses photographies suivent pas à pas les étapes. Cette passion qui s’attache à la fois à la ruine et sa restauration est le propre de tous ceux (Jean-Pierre Cros-Mayrevieille, Michel Jordy...) qui ont passé leur enfance au pied de la Cité, près d’elle mais hors d’elle, et qui participèrent à l’émergence et à l’exaltation du monument.
De la Mélanésie à la Cité, Verguet poursuivra donc une insaisissable altérité - géographique dans un cas, historique dans l’autre - habité par un irrépressible besoin de consigner, de conserver l’image de ces ailleurs spatiaux ou temporels, fasciné aussi par l’œuvre de Viollet-Le-Duc qui arrimait dans le présent la Cité du passé.

Cette exposition se situe dans la continuité de la recherche « Entre mémoires et usages : La Cité de Carcassonne ou les temps d’un monuments » et l’exposition « La Cité des images : voir habiter rêver » réalisées par Christiane Amiel et Jean Pierre Piniès en 1999.
Elle est accompagnée d’un catalogue.