Accueil > LAHIC > Les membres du laboratoire > Membres titulaires

Gardy Philippe

publié le

Directeur de recherche - C.N.R.S.

philippe.gardy chez wanadoo.fr

Thèmes de recherche

- L’écriture en occitan entre XVIe et XXe siècles

1. La carnavalisation de l’écriture en occitan aux XVIe et XVIIe siècles.

2. L’émergence d’un texte « politique » en occitan au moment de la Révolution française.

3. La « question de la prose », pratiquement absente jusqu’au milieu du XIXe siècle : les conditions de son émergence significative autour des années 1850 et le développement d’une prose narrative (récits courts et romans « modernes ») à partir de la fin du XIXe siècle (thèmes, formes et choix stylistiques ou linguistiques).

4. La poétique de l’occitan comme langue littéraire : les années 1550-1630 (entre baroque et maniérisme) ; les années 1940-2000 (fécondité de la rencontre entre « dialectalité », sentiment de la « mort de la langue », réalité de la réduction des usages et volonté de « modernité »).

- Usages et représentations de l’occitan

1. La hantise du « bâtard linguistique » et les mises en scène de la bâtardise.

2. La mise en place, vers le milieu du XIXe siècle, d’un système de pseudonymes qui renvoie l’écrivain, jusqu’au milieu du siècle actuel, à l’anonymat d’une voix collective.

3. La récurrence de la fête comme lieu d’écriture, depuis le milieu du XVIe siècle jusqu’au XXe siècle.

4. L’éternel retour de la « mort de la langue » comme thème littéraire central et ses conséquences sur les formes d’écritures.

Recherches actuelles

- La poésie baroque et maniériste en occitan (XVIe et XVIIe siècles) :

l’écriture en occitan à Toulouse au XVIe siècle, autour du thème : savoirs féminins, écritures pseudo-féminines ;

origines et modèles, sociolinguistiques et esthétiques, de cette poésie (autour de la figure centrale de Guillaume Du Bartas) ;

l’esthétique de la production poétique « toulousaine », autour de la figure centrale de Pierre Godolin (1580-1648).

- L’écriture autobiographique en occitan (inventaire des textes ; création d’une fiche descriptive ; étude des premiers textes autobiographiques en occitan au XIXe siècle : Jasmin et ses disciples ; Frédéric Mistral, Baptiste Bonnet, Alphonse Tavan, etc. ; les autobiographies occitanes en vers au XIXe siècle).

- Renaissance littéraire et pressentiment de la fin : la littérature d’oc comme « exil des origines », des premières années du XIXe siècle à aujourd’hui.

- La production littéraire actuelle en occitan (deuxième moitié du XXe siècle) : les œuvres de Max Rouquette (1908-2005) et Bernard Manciet (1923-2005)

- Les écrivains d’expression française d’origine occitane (XIXe et XXe siècles) : Emmanuel Delbousquet, Laurent Tailhade, Jean Giono, François Mauriac, Joseph Delteil, Pierre Bergounioux, François Salvaing, Pierre Michon, Millet...

Parcours de recherche

Les usages de l’occitan comme langue littéraire et, plus largement, comme langue écrite fonctionnelle, se sont poursuivis et se poursuivent encore, au-delà de la période médiévale, du XVIe au XXIe siècle.

Comment une telle continuité a-t-elle été possible, de quelle façon s’est-elle concrétisée, quels modèles ont été utilisés à cet effet, et avec quelles implications esthétiques et sociologiques, telles sont les questions que soulèvent les travaux de Philippe Gardy.

Pour tenter d’y répondre, quelques moments clés ont fait l’objet d’études particulières : les années 1530-1650, qui voient émerger une écriture poétique cherchant à valoriser les contrastes de registres et d’effets produits entre occitan, français et latin ; la période révolutionnaire, pendant laquelle on recourt à l’occitan comme langue de la proximité et de l’émotion partagée ; le milieu du XIXe siècle, quand, autour de Frédéric Mistral et de ses premiers disciples, se développent parallèlement un « système litttéraire » d’oc, définissant ses territoires et ses thèmes de prédilection, et une volonté d’auto-représentation, dont l’écriture autobiographique constitue sans doute la manifestation la plus achevée.

En écho à ces vagues successives de littérarisation d’une langue en quête de définitions collectives positives, Philippe Gardy s’intéresse aux usages divers et complexes qu’ont pu faire de l’occitan, à la fois comme présence parallèle et comme envers de leur propre écriture, plusieurs générations d’écrivains d’expression française, de Jean Giono à Pierre Bergounioux, de Joseph Delteil et François Mauriac à Richard Millet ou Pierre Michon.

Bibliographie

Ouvrages

2009

L’ombre de l’occitan. Des romanciers français à l’épreuve d’une autre langue, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (coll. « Plurial » n° 18), 2009, 174 p.

Federico García Lorca, Romancero gitan, version occitane (1940-1980) de Max Rouquette. Edition établie et présentée par Philippe Gardy, Toulouse, Letras d’Oc / Les Lettres occitanes, 2009, 86 p.

(Avec Christophe Regina), Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du Refuge au siècle des Lumières. Suivi du récit de Jean de Cabanes Satiro contro la sœur de la Croix, édition critique. Montpellier, PULM, 2009, 184 p.

2005

L’Exil des origines. Renaissance littéraire et renaissance linguistique en pays de langue d’oc aux XIXe et XXe siècles, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2006, 228 p.

Jean de Cabanes, Enigmos. Édition, traduction française, présentation et notes par Philippe Gardy, Toulouse, Letras d’òc / Les Lettres occitanes, 128 p.

2004

Figuras dau poèta e dau poèma dins l’escritura occitana contemporanèa. Marcela Delpastre, Bernat Manciet, Mas-Felipe Delavouët, Renat Nelli, Montpeyroux, Jorn, Bordeaux, Tèxtes occitans, 100 p.

2003

La Requeste faicte et baillée par les Dames de la ville de Tolose (1555), édition critique établie par Jean-François Courouau et Philippe Gardy, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2003, 244 p.

Direction d’ouvrages

2008

Le gai savoir de René Nelli (études recueillies par Philippe Gardy), Revue des Langues Romanes, CXI, 2.

2007

Max Rouquette (dossier réuni par Philippe Gardy), Europe, n° 950-951, juin-juillet 2007.

Ouvrages collectifs

2009

« Naissance d’un paysage poétique dans le bleu du temps : La Tor de las irises de René Nelli ». Dans Joëlle Ducos et Guy Latry (éd.), En un vergier…

Mélanges offerts à Marie-Françoise Notz, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, p. 39-56.

« Max Rouquette : Aucels ». Dans Guy Latry (éd.), La voix occitane. Actes du VIIe Congrès de l’Association internationale d’études occitanes (Bordeaux, 12-17 octobre 2005), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2009, II, p. 1255-1270.

2007

« Le « Théâtre de Béziers », ou « Teatre de Caritats » : état des connaissances, problèmes et perspectives de recherche ». Dans Carmen Alén Garabato (dir.), Béziers ville occitane ? Actes des rencontres du 18 novembre 2006, Presses universitaires de Perpignan, 2007, p. 69-90.

2006

« Humanisme, Jeux floraux et veine « popularisante » : l’itinéraire toulousain de Pierre Du Cèdre », dans Nathalie Dauvois (directrice), L’Humanisme à Toulouse (1480-1596). Actes du colloque international de Toulouse, mai 2004, Paris, Honoré Champion, 2006, p. 337-355.

« Masques féminins et transgression de l’ordre des idiomes. Les étranges plaisir de l’écriture en occitan à Toulouse au XVIe siècle (Guillaume de la Perrière, Pierre de Nogerolles, Pierre Du Cèdre, Pey de Garros, Guillaume Du Bartas...) », dans Maurice Daumas (éditeur), Le Plaisir et la transgression en France et en Espagne aux XVIe et XVIIe siècles, Actes du colloque international de Pau, mai 2005, Orthez, Éditions Gascogne, 2006, p. 237-269.

Jean-François Courouau, Jean Cubelier de Beynac et Philippe Gardy (dir.), Les Voix de la nymphe aquitaine. Écritures, langues et pouvoirs, 1550-1610, Agen et Toulouse, Centre Matteo Bandello et Section française de l’Association internationale d’études occitanes, 2005, 268 p.

De Jasmin à Mistral : écritures autobiographiques occitanes, études réunies par Philippe Gardy. Revue des langues romanes, CIX, 2, 2005, p. 225-388.

2005

« Literatura orala, literatura escricha. A prepaus de Joan-Baptista Fabre, Frederic Mistral e Marcela Delpastre », in Claire Torreilles et Marie-Jeanne Verny (éds), Contes e cants. Les recueils de littérature orale en pays d’oc, XIXe-XXe siècles, Montpellier, Université Paul Valéry, p. 15-38.

« Le français et l’occitan dans l’œuvre de Richard Millet, entre Le Sentiment de la langue (1986-2003) et Ma vie parmi les ombres (2003) », in Peter Cichon, Barbara Czernilofsky, Robert Tanzmeister et Astrid Hönigsperger (éds), Entgrenzungen. Für eine Soziologie der Kommunikation. Festschrift für Georg Kremnitz zum 60. Geburtstag, Wien, Edition Praesens, p. 464-476.

« L’écrit aquitain en occitan au XVIe siècle. Émergence et premiers développements d’un modèle littéraire à Toulouse », in Jean-François Courouau, Jean Cubelier de Beynac et Philippe Gardy (éds), Les Voix de la nymphe aquitaine. Écritures, langues et pouvoirs, 1550-1610, Agen et Toulouse, Centre Matteo Bandello et Section française de l’Association internationale d’études occitanes, p. 223-237.

« Robert Lafont, romancier reborsier ? ». In Danielle Julien, Claire Torreilles et François Pic (éds), Robert Lafont. Le roman de la langue, Toulouse, Centre d’étude de la littérature occitane, Bordeaux, William Blake & CO., p. 91-100.

« Réémergences de l’épopée dans la littérature en occitan de la deuxième moitié du XXe siècle », in Jean-Marie Seillan (éd.), Les Genres littéraires émergents, Paris, L’Harmattan, p. 265-282.

2004

« Robert Lafont poeta cerdan : una lectura occitana dau poeta de Sallagosa. (A prepaus de Pausa cerdana, 1959-62-74) », Actes del colּloqui Jordi Pere Cerdà. Literatura, societat, frontera, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, Monserrat, Publicacions de l’Abadia de Monserrat, p. 183-193.

« L’occitan acteur narratif : à propos de deux romans de François Salvaing », in Geneviève Hasenhor (dir.), Les Langues du Sud entre érosion et émergence, Paris, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 183-196.

Rédaction de notices (« Littérature occitane ») en coll. avec Jean-François Courouau, in Nathalie Dauvois et Jocelyne Deschaux (dir.), L’Humanisme à Toulouse (1480-1580). Exposition du 20 avril au 22 mai 2004, Toulouse, Bibliothèque d’étude et du patrimoine, p. 117-126.

2003

« Un disciple (rival ?) de Pèire Godolin : l’auteur anonyme des Stansos sur les faits de Louys le Juste, Rey de Franço et de Nabarro (Toulouse, 1624) », Mélanges offerts à Xavier Ravier, Méridiennes, CNRS - Université de Toulouse-Le Mirail, p. 475-491.

« L’occità entre la “dessocialització” i les vel•leïtats renaixentistes. De l’edicte de Villers-Cotterêts a la Revolució », Càtars i trobadors. Occitània i Catalunya : renaixença i futur, Musèu d’Història de Catalunya, Barcelona, p. 156-163.

« A literatura occitana hoxe : ¿d’un imaxinario “dialectal” á deriva dos territorios ? », in Maria Carmen Alén Garabato (éd.), O occitano lingua europea, Universidade do Santiago de Compostela, p. 63-82.

Articles

2009

« Occitanes (langue et littérature) : Naissances et renaissances, nouvelles écritures », Encyclopædia universalis, édition 2009, p. 551-553.

« Richarme, Rouquette : si près, si loin du paradis… » ; « Musiques de Max Rouquette ». Les cahiers Max Rouquette, 3, juin 2009, p. 38-39 ; 81-83.

« Bibliografia mistralenca », Lenga e païs d’Oc, Montpellier, CRDP, 48, p. 91-105.

« Une mise en abîme de Mirèio : “L’istòri de Sivèstre emé d’Alis ” (chant VII) », Revue des Langues Romanes, CXIII, 1, 2009, 7-24.

2008

« Entre encantament e desencantament : la Nimes contada de Jòrgi Gros ». Dans Lo dich e l’escrich. Jòrgi Gros, ensenhaire, militant, escrivan contaire, Nimes, I.E.O.-Gard, p. 176-188.

« La littérature occitane contemporaine ». Langues et cité, n° 10, p. 8.

« D’Argelliers au Jardin des Plantes de Montpellier. Une promenade dans les jardins de Max Rouquette ». Les Cahiers Max Rouquette, 2, mai 2008, p. 42-45.

« Passaire e passant. Max Rouquette entre l’aicí e l’ailalin », suivi de « Max Rouquette, doas versions dau “Romance de la luna luna” de Federico García Lorca », Oc, CCCLXVII-CCCXLVIII, printemps-automne 2008, p. 84-92.

« Marécages. Guérin, d’Arbaud, Manciet ». Revue des Langues Romanes, CXII, 1, 2008, p. 169-193.

« Portrait de l’écrivain en joueur de hautbois ». Postface à Max Rouquette, Verd Paradís, quatrième édition, Montpellier, Scérén / CRDP, 2008, p. 221-228.

2007

« Frederic Mistral au sègle XX... e XXI : l’ombra d’un creator ». Dans Université occitane d’été, Actes de l’université d’été 2004, Nîmes, MARPOC, p. 27-44.

« De la mort de Pan aux mots de la mort : la Camargue de Joseph d’Arbaud, lieu de toutes les fins ». Lengas revue de sociolinguistique, 61, 2007, p. 33-57.

« Auger (Gaillard) et les poètes ». Lengas revue de sociolinguistique, 62, 2007, p. 15-32.

« François Mauriac et les “charmes” du patois. Une lecture de Genitrix ». Lengas revue de sociolinguistique, 62, 2007, p. 117-154.

2006

« Bernard Manciet », Universalia 2006, Paris, Encyclopædia universalis, p. 456.

« Max Rouquette », Universalia 2006, Paris, Encyclopædia universalis, p. 472.

« Des poèmes qui n’en font qu’un ? Le recueil collectif Poesie en diverses langues. Sur la naissance de Henry de Bourbon... (1554) composé par Bernard du Poey », Réforme Humanisme Renaissance, 62, juin 2006, p. 45-59.

2005

« Laurent Tailhade, poète en occitan ? », Revue des langues romanes,= CIX, 2, p. 457-489.

2005

« Les voix de l’autobiographie en occitan aux XIXe et XXe siècle : Jasmin, Mistral », Revue des langues romanes (De Jasmin à Mistral : écritures autobiographiques occitanes, études réunies par Philippe Gardy), CIX, 2, p. 227-232 (« Présentation ») ; 233-270.

« Ici c’est toujours ailleurs : les langues comme fictions ? », Lengas revue de sociolinguistique, 56, 2004-2005, p. 91-125.

« À la recherche d’un “héros occitan” ? Jean de l’Ours dans la littérature d’oc aux XIXe et XXe siècles », Lengas revue de sociolinguistique, 56, p. 269-299.

« Charivari, veine carnavalesque et vocation poétique : Jacques Cazaux et l’autobiographie », Revue de Comminges, XXI, 2, p. 217-226.

« Diglossie et littérature : l’étonnant succès posthume de l’œuvre occitane de Jean-Baptiste Fabre au lendemain de la Révolution française », Lengas revue de sociolinguistique, 57 (« Brigitte Schlieben-Lange et la sociolinguistique occitane et catalane »), p. 93-109.

« Frédéric Mistral et l’autobiographie en occitan », Lengas revue de sociolinguistique, 55, p. 7-10.

« L’òrdre dei racòntes e lo sens de la memòria », Lengas revue de sociolinguistique, 55, p. 27-44.

« Émergence, diffusion et contestation du mot “patois” en Bas Languedoc (XVIIe et XVIIIe siècles) », Lengas revue de sociolinguistique, 55, p. 117-138.

« Du Bartas et la poésie occitane (XVIe-XVIIe siècles) : un modèle sociolinguistique, une source esthétique », Œuvres & critiques (« Du Bartas »), XXIX, 2, p. 65-77.

« Louis Baron (Puyloubrin, 1612-1663) et le chant royal : modèles français et variations occitanes », Revue des langues romanes (Le chant royal toulousain d’expression française et occitane, XVIe-XVIIe siècles, dossier dirigé par Philippe Gardy), CVIII, 1, p. 115-134

« Le poète, la vache, les cochons et l’écriture », Auteurs en scène (« Yves Rouquette, entre parole et spectacle »), 6, p. 54-56.

2003

« Bergounioux, Millet, Michon... Bourdieu : l’ombre du patois perdu », Critique, 670, mars p. 199-207.

« Au plus près des mots. Charles Camproux écrivain d’oc », Lengas revue de sociolinguistique, 53, p. 57-70.

« De l’écriture en français à l’écriture en occitan : l’itinéraire d’Emmanuel Delbousquet », Lengas revue de sociolinguistique, 53, p. 199-230.

« Les mots sous la scène », Auteurs en scène (« Robert Lafont, un impossible théâtre ? »), 5, p. 34-35.

« L’occitan, point aveugle d’une écriture. À propos de deux romans de François Salvaing », Lengas revue de sociolinguistique, 54, p. 189-215.

« Joan Mouzat, lo poëta ‘metge’ », Òc, 336, p. 39-40.

« Max Rouquette. L’origine d’un monde », postface à Max Rouquette, Membrança de la vida ordinària / Chroniques de la vie ordinaire, Biarritz, Atlantica, p. 141-151.

« Guillaume Du Bartas à Nérac (décembre 1578). Le double paradoxe d’un texte à plusieurs ‘entrées’ », Les Amis du Vieux Nérac, 29, p. 9-26.

Voir la bibliographie complète