Accueil > LAHIC > Les membres du laboratoire > Membres titulaires

Coquet Michèle

par voisenat - publié le

Directrice de recherche au CNRS, habilitée à diriger des recherches

michele.coquet chez cnrs.fr

Thèmes de recherche

· Fonctions et usages des représentations figurées dans des sociétés à tradition orale ; transmission des connaissances par les images ; relations entre image, corps et récit ; fondements sociaux et politiques de la relation à l’image.

· Effets de ressemblance : du rapport indiciaire des images à la réalité dans quelques sociétés africaines

· Expérience sensible, savoir-faire et procédés créateurs

Parcours de recherche

L’ensemble de ses travaux s’inscrit dans le champ de l’anthropologie des arts et de l’esthétique.

Après avoir suivi des études d’arts plastiques et d’histoire de l’art, puis de sémiotique, elle s’est tournée vers l’ethnologie et l’anthropologie. Sa première formation, fondée sur la pratique de la sculpture, de la gravure et du dessin, a nourri sa recherche anthropologique. Elle a effectué plusieurs séjours au Burkina Faso (chez les Bwaba en particulier), où elle a principalement travaillé auprès des artisans, forgerons et sculpteurs. Avant de rejoindre le LAHIC en 2004, elle a été pendant plusieurs années membre du laboratoire « Systèmes de pensée en Afrique noire » (CNRS).

Ses recherches en Afrique subsaharienne l’ont portée à reconsidérer la question des pratiques graphiques là où ne règne pas l’écrit, en particulier à travers l’étude des compositions scarifiées sur les corps, un mode d’expression largement ignoré des études africanistes. Elle a montré que le marquage des corps par scarification avait acquis chez les Bwaba, la dimension d’un fait social total : à travers l’acte de marquage, et les images qui en résultaient, étaient réactualisés puis visuellement exprimés par inscription dans l’épiderme, les fondements de la société bwanou, fondements sociaux, économiques et politiques (hiérarchie et complémentarité des rôles entre groupes sociaux et entre genres), rituels et métaphysiques (cosmogonies, relations entre vivants, morts et esprits), ainsi qu’esthétiques.

Plus récemment,selon une perspective comparative et transdisciplinaire, et poursuivant ses recherches sur la fonction des images, et en particulier des représentations de la figure humaine et des portraits, elle s’est intéressée à la notion de ressemblance et aux conceptions autochtones de la mimésis. Considérant l’usage, dans les sociétés africaines, de la statuaire, ancienne et contemporaine, et du portrait photographique, elle montre que l’imitation pointilleuse de certains éléments du réel vise moins à reproduire fidèlement celui-ci, qu’à instaurer avec le monde immatériel (défunts, ancêtres, esprits), un rapport indiciaire, comparable à celui du reflet avec sa source, modèle relationnel empirique donné par des phénomènes naturels, que les théories africaines de la personne ont conceptualisé. La production d’une ressemblance iconique serait ainsi la voie choisie pour exprimer, sur un mode plastique, la complémentarité, saisie sur un plan métaphysique, des deux faces d’une réalité perçue comme dédoublée.

Ses travaux actuels défendent une anthropologie des arts attentive aux propriétés physiques des objets (formes, matières, couleurs, sons, odeurs…) ; à ce qu’en font ceux qui les manipulent et les conçoivent ; aux conditions et aux règles guidant leur élaboration et leur agencement ; aux qualités sensibles de l’expérience. Ils ont pris pour objet d’une part, les actes et les productions plastiques d’enfants de sociétés pastorales africaines et européennes, d’autre part, les actes et les mots d’artistes européens au travail, tels que Picasso et Matisse. Dans le premier cas, ils tentent de rendre compte de ce que les formes ouvrées à la main doivent à l’expérience sensorielle, comme de la manière dont elle peut, par l’intermédiaire des artefacts, influer sur l’élaboration des relations qui fondent toute existence sociale ; dans le second, d’ethnographier des procès de création.

Avec Giordana Charuty, dans le prolongement de leur séminaire « L’autre de la religion : cosmologies, créations et esthétiques » (EPHE), elle a entrepris dernièrement une recherche sur les créations « singulières », ordinairement classées dans la catégorie esthétique de l’art brut. Ce travail, qui s’appuie, entre autre, sur un terrain dans les Pouilles, a pour objectifs de montrer l’inadéquation de cette catégorisation, de restituer à ces pratiques plastiques populaires leur historicité, d’analyser le contexte sociologique de leur réalisation et de leur création et de saisir les représentations (savoirs, croyances, intentions..) et les esthétiques qui s’y expriment.

BIBLIOGRAPHIE

Livres

2014 Un destin contrarié – La mission Rivière-Tillion dans l’Aurès (1935-1936), Les Carnets de Bérose, 6, Collection missions, enquêtes et terrains – Années 30, LAHIC/DPRPS – Direction des patrimoines, 97 p.
http://www.berose.fr/spip.php?article596

2013 Enfances – Pratiques, croyances et inventions (avec Cl. Macherel), Paris, CNRS Éditions.

2007 Arts primitifs, arts populaires, arts premiers, Petit cours de rattrapage à l’usage des parents. Biro Editeur et Nathan, 144 p.

2005 Les cultures à l’œuvre – Rencontres en art (avec B. Derlon et M. Jeudy-Ballini), Paris, Biro Editeur et Editions de la Maison des sciences de l’homme.

1998 African Royal Court Art, translated by Jane Marie Todd, The University of Chicago Press, Chicago and London.

1996 Arts de cour en Afrique noire, Paris, Adam Biro, 159 p., 150 ill., 2 cartes, biblio., index.

1994 Le soleil mangé. Du langage des formes et des matières dans une société sans écriture, les Bwaba du Burkina Faso, 480 p., thèse de doctorat d’ethnologie, Paris, EPHE.

1993 Textiles africains, Paris, Adam Biro, collection Textures dirigée par Monique Lévi-Strauss, 159 p., 157 ill., 2 cartes, 19 fig., biblio., index, gloss.

Articles scientifiques et contributions à des ouvrages collectifs

2015 « Afrique noire : la création plastique – Une vision autre des arts africains », Leiris & Co, Gallimard-Centre Pompidou-Metz : 314-315.

2015 « Sens, souffrances et beautés de l’art de la scarification », Corps paré, corps transformé : la peau comme support d’expression, catalogue d’exposition (13 juin-30 septembre 2015), Grasse, Musée international de la parfumerie : 165-175.

2014 a « Le double drame de la création selon le Mystère Picasso (1956) d’Henri-Georges Clouzot », Création et Fiction, Gradhiva, 20 : 138-167.

2014 « Entre chair et signes », Actes du colloque international, Le visage humain remodelé – Constructions symboliques, reconstructions plastiques, organisé par le musée départemental de Préhistoire d’Ile-de-France à Nemours.

2013a Introduction à Enfances – Pratiques, croyances et inventions (avec Cl. Macherel), Paris, CNRS Éditions : 9-27.

2013b "Un monde merveilleux où vivre". L’état d’enfance et la création (Oregon, Etats-Unis), Enfances – Pratiques, croyances et inventions (avec Cl. Macherel), Paris, CNRS Éditions : 126-166.

2013 "A main levée. La scarification comme œuvre", L’esthétique du geste technique, Gradhiva, 17 : 94-117.

2012 « Voir, sentir, figurer », Anthropologie début de siècle, L’Homme, 203-204, juillet-décembre : 429-455.

2009 « Picasso ou l’enfance en boucle », Gradhiva, 9 : 82-101. http://gradhiva.revues.org/1393#text

2009 a « L’’album de dessins indigènes’. Thérèse Rivière chez les Ath Abderrahman Kebèche de l’Aurès (Algérie) », Gradhiva, 9 : 188-203. http://gradhiva.revues.org/1451#text :

2009 b « Savoir faire et donner forme, ou ce qui advient lorsqu’on façonne une œuvre », Cannibalismes disciplinaires – Quand l’histoire de l’art et l’anthropologie se rencontrent, sous la direction de Thierry Dufrêne et Anne-Christine Taylor, Institut national d’histoire de l’art et musée du quai Branly : 213-226. http://actesbranly.revues.org/90

2008

« L’homme face à son image et ce qu’il y voit », Pazhouhesh Nameh-e-Farhangestan-e-Honar - Research Journal of the Iranian Academy of Arts, 6, décembre-janvier 2007-2008 : 12-33.

« Les arts d’Afrique de l’Ouest », Encyclopaedia Universalis, 1er volume : 460-64. CD version 13 : 2-9.

2006

« Qu’est-ce qu’un visage ? », Scarificat, préface au recueil de portraits photographiques de François Gilson publié à l’occasion de l’exposition organisée par le Café parisien à Saulieu, mars-novembre.

2006 a "L’image et sa glose : composition graphique, structure narrative et énonciation", De l’écrit africain à l’oral-Le phénomène graphique africain, sous la direction de Simon Battestini, L’Harmattan : 89-109.

2006 b (avec Michael Houseman) "Le corps et ses doubles", Qu’est-ce qu’un corps ?- Afrique de l’Ouest/Europe occidentale/Nouvelle-Guinée/Amazonie, sous la direction de Stéphane Breton, Michèle Coquet, Michael Houseman, Jean-Marie Schaeffer, Anne-Christine Taylor, Eduardo Viveiros de Castro, Musée du quai Branly, Flammarion : 25-57.

2005 a "Les voies multiples de la ressemblance-Effigies cultuelles et portraits photographiques africains", dans Les cultures à l’oeuvre-Rencontres en art, sous la direction de Michèle Coquet, Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, Paris, Biro Editeur et Editions de la Maison des sciences de l’homme : 295-317

2005 b "Epilogue - Anthropologie et histoire. L’art en perspective", dans Les cultures à l’oeuvre-Rencontres en art, sous la direction de Michèle Coquet, Brigitte Derlon et Monique Jeudy-Ballini, Paris, Biro Editeur et Editions de la Maison des sciences de l’homme : 365-379.

2004 "Les masques en Afrique de l’Ouest", Le monde de l’art, Encyclopaedia Universalis : 476-479.

2001 a "L’histoire au coeur du musée", Ateliers, Temporalité et muséographie-Colloque de l’Association Pour la Recherche en Anthropologie Sociale, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, n.23 : 64-69.

2001 b "L’anthropologie de l’art", Ethnologie : concepts et aires culturelles, sous la direction de Martine Segalen, Collection U Sociologie, Paris, Armand Colin : 140-154.

2000 a "Heurs et malheurs des arts exotiques", Majeur ou mineur ? Les hiérarchies en art, sous la direction de Georges Roque, Nîmes, Editions Jacqueline Chambon : 291-311.

2000 b "Bordures africaines : images du corps et morcellement de l’étendue", Lisières et bordures, Actes des premières journées d’études de l’Association Française pour l’Etude du Textile (AFET)(Paris, 13-14 juin 1996), sous la direction de Françoise Cousin, Sophie Desrosiers, Danielle Geirnaert et Nicole Pellegrin, Bonnes, Editions Les Gorgones : 165-181.

2000 c "Crossed perspectives on the imagery of the African body", Journal of Museum Ethnography, Museum Ethnographers Group, Oxford, 1999-2000, Issue No.12, May 2000 : 101- 108.

2000 d "Contradictory Images : Bwaba Leaf Masks and Fibre Masks with Carved Heads (Burkina Faso)", African Worlds, sous la direction de Karel Arnaut et Joseph Eboreime, Londres, Horniman Occasional Papers series : 145-159.

1999 "Des objets et leurs musées - En guise d’introduction", Journal des Africanistes, Paris, tome 69, fasc. 1 : 9-27.

1998 a "Penser en ’objet’ ou les voies de l’esthétique", Journal des Africanistes, Paris, tome 67, fasc.2 : 129-133.

1998 b "Las artes de los antiguos reinos de Ifé y Benin", Africa. Magia y poder, 2500 años de arte en Nigeria, Fundación "la Caixa", Barcelona : 51-78.

1996 "Africa 95 Festival", Journal des Africanistes, Paris, tome 66 (1-2) : 315-317.

1995 a "Des dieux sans visage - De la morphologie des masques de feuilles bwaba (Burkina Faso)", Objets - Signes d’Afrique, sous la direction de Luc de Heusch, Snoeck - Ducaju et Zoon : 21-35.

1995 b "Faire naître un visage", Dédale, Maisonneuve Larose, n°1 et 2, automne : 195-208.

1995 c "De l’anthropologie de l’art", Journal des Africanistes, Paris, 65 (2) : 225-233.

1994 a "Les frontières de la création", Arts d’Afrique noire, Arnouville, 89, printemps : 19-25.

1994 b "L’envers du regard", Journal des Africanistes, Paris, 64 (2) : 39-63.

1993 "Les savanes de l’Afrique de l’Ouest : les masques sculptés", Le grand atlas de l’art, Paris, Encyclopaedia Universalis, tome II : 498-499.

1991 "Marquage corporel", Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie, dirigé par Pierre Bonte et Michel Izard, Paris, PUF : 449.

1990 a "Les cavaliers du Guimbala : histoire d’un style", De l’art nègre à l’art africain, Actes du 1er colloque européen sur les Arts d’Afrique noire, Paris, Musée des Arts d’Afrique et d’Océanie, 10-11 mars, Arnouville, Arts d’Afrique noire : 11-16.

1990 b "Les valeurs sauvages" (table ronde avec Pierre Amrouche, Michel Izard et Louis Perrois), La mesure des irréguliers - Symptôme et création, Nice, Z’éditions (Le Singleton) : 167-173.

1990 c "Terres debout", La mort en ses miroirs, sous la direction de Michel Costantini, Paris, Méridiens Klincksieck (Sémiotique) : 25-31.

1990 d "Quiproquos - A propos d’esthétique africaine", Journal des Africanistes, Paris, 60 (2) : 53-64.

1990 e Avant-propos à "Illusions de la mythologie" de Claude Calame, Nouveaux actes sémiotiques, Université de Limoges, PULIM, 12 : 1-4.

1989 "Les cavaliers du Guimbala", Cruzeiro Semiotico, "Semiótica concreta : Conhecimento de Objectos", Associação Portuguesa de Semiotica, Lisboa, n. 10, Janeiro : 24-35.

1988 a "Un essere in metamorfosi", Medico e bambino, Milano, Edifarm, Anno VII, 1, gennaio : 75-78.

1988 b "Il terzo occhio", Carte semiotiche, Rivista dell’Associazione italiana di Studi semiotici, Firenze, La Casa Usher, 4-5, settembre : 133-135.

1988 c "Naissance d’un style : les masques à lame bwaba du Burkina Faso", Anthropologie de l’art : formes et significations, Paris, ORSTOM, fascicule I, novembre : 109-116.

1987 a "Une esthétique du fétiche", Fétiches, objets enchantés, mots réalisés, Systèmes de pensée en Afrique noire, Cahier 8, Paris, EPHE-CNRS : 111-139.

1987 b "Les dessous cachés de l’art abstrait", Actes sémiotiques - Bulletin, Groupe de recherches sémio-linguistiques, Paris, EHESS-CNRS, X, 44, décembre : 7-11.

1984 a "Mythes et scarifications", Res, Anthropology and Aesthetics, Peabody Museum of Archeology and Ethnology, Harvard University, Cambridge University Press, 7/8, spring/autumn : 70-92.

1984 b (en collaboration avec Luc Régis) "Une représentation plastique du temps", Calendriers d’Afrique, Systèmes de pensée en Afrique noire, Cahier 7, Paris, EPHE-CNRS : 121-139.

1983 "Le discours plastique d’un objet ethnographique", Diplôme d’études approfondies en linguistique (option sémiotique), EHESS, publié dans Actes sémiotiques-Documents, Groupe de recherches sémio-linguistiques, Paris, EHESS, CNRS, V.44 : 5-23.

Exposition : conception et réalisation

« Qu’est-ce qu’un corps ? », musée du quai Branly, 23 juin 2006/23 septembre 2007, en collaboration avec Stéphane Breton, Michael Houseman, Jean-Marie Shaeffer, Anne-Christine Taylor, Eduardo Viveiros de Castro.

Responsabilités scientifiques

Activités d’enseignement

2007-2009

Séminaire bi-mensuel intitulé « Des enfants : entre culture et sauvage », avec Claude Macherel, LAHIC-EHESS, musée du quai Branly.

2012-2014

Séminaire bi-mensuel intitulé « L’autre de la religion : cosmologies, créations et esthétiques », avec Giordana Charuty, directrice d’études, EPHE.

2014-2016

Séminaire du Lahic, « Images et imaginaires de l’ethnologie », avec Daniel Fabre et Odile Vincent.

Animation scientifique

Au conseil d’administration de l’Association Pour la Recherche en Anthropologie Sociale (APRAS) de 1995 à 2005. Présidente de l’association de 2002 à 2005.

Membre de l’Iranian Institute of Anthropology and Culture de Téhéran et collaboratrice à leur programme « Anthropology and Culture ».

Autorisée à diriger des thèses à l’École doctorale de l’EHESS.

Responsabilités éditoriales

Membre du comité de rédaction du Journal des Africanistes de 1996 à 2001.

Membre du comité de rédaction des Cahiers du laboratoire « Systèmes de pensée en Afrique noire » (ESA 8048) jusqu’en 2006.

Directrice de la collection « Anthropologie, arts et esthétiques » aux éditions Adam Biro jusqu’en 2007.

Ouvrages publiés :

2003 L’art primitif de Franz Boas.

2005 Les cultures à l’œuvre – Rencontres en art, Michèle Coquet, Brigitte Derlon, Monique Jeudy-Ballini eds.

2007 Andolo, l’art funéraire sakalava de Sophie Godefroit et Jacques Lombard.

Membre du comité de rédaction de Gradhiva de2004 à 2006 et depuis 2008.