Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Rencontres scientifiques > Rencontres 2007-2008

Les émotions patrimoniales - 1ère session

par JCM2 - publié le

Journées d’études des 12 et 13 mars 2007

GARAE, Maison des Mémoires

53, Rue de Verdun - 11 000 CARCASSONNE


Le patrimoine ou le monument ne sont plus aujourd’hui de simples témoins immobiles de l’histoire nationale (l’ont-ils d’ailleurs jamais été ?) mais la source de débats, d’engagements collectifs voire de révoltes qui surgissent de façon souvent inattendue et incontrôlable et témoignent d’une forte sensibilité au passé dans des groupes sociaux très divers ou très composites.

On sait combien la notion de patrimoine s’enracine dans ce qui fut son repoussoir : la destruction, révolutionnaire, moderniste ou mercantile, des traces du passé, stigmatisée sous le vocable de vandalisme. Aujourd’hui, un répertoire restreint d’événements déclenchent ces mouvements. Il suffit qu’un site, un L'incendie du château de Lunéville. paysage, un édifice, un quelconque support de mémoire et d’identification soit détruit, transformé, détourné de sa fonction antérieure ou, simplement, menacé de l’être. L’émotion conjure le spectre de la perte. Reste à comprendre la dynamique sociale de sa genèse, de sa diffusion et de son extinction, à définir les modalités de l’engagement des groupes et des individus, à identifier les processus de la médiatisation et de la confrontation institutionnelle qui contribuent puissamment à métamorphoser un débat restreint en « scandale » puis en « affaire », à expliciter la diversité des langages (controverse scientifique, combat politique, manifestations collectives de tous ordres ...) et les régimes de valeurs qu’ils expriment.

Les recherches conduites sur ce thème par le Lahic et ses partenaires partent tous de cas précis, minutieusement analysés. Même si le rayonnement de l’émotion - du local au mondial - est variable, son épicentre et sa temporalité sont toujours délimités, offrant à l’enquête ethnographique et micro-historique des terrains exemplaires.

En 2001-2002, le séminaire interne du Lahic a été entièrement consacré à cette question et en 2003 la mission à l’ethnologie a décidé de le prolonger par un petit programme de recherche. Ces journées d’étude reviendront sur quelques cas emblématiques (la dérestauration de Saint-Sernin à Toulouse, l’installation des colonnes de Buren au Palais Royal, la destruction des Bouddhas de Bamiyan, l’incendie du château de Lunéville...), tout en s’efforçant de dégager des perspectives générales. Leur finalité est de donner à « l’émotion patrimoniale » une place qu’elle n’a pas encore, ni dans les recherches dont l’acte patrimonial fait l’objet, ni dans la réflexion qui sous-tend les politiques de la culture.

PROGRAMME

Lundi 12 mars 2007

9h : Accueil.

9h20-9h40 : Christian Hottin (Mission à l’ethnologie, MCC)

Les émotions patrimoniales et l’administration de la culture.


9h40-10h : Daniel Fabre (EHESS, Lahic)

Émotions, motions, mouvements. Le patrimoine comme événement.


Matinée : CATASTROPHES

10h-10h45 : Véronique Dassié (Lahic)

Des arbres et des larmes : réinventer son patrimoine.

11h-11h45 : Noël Barbe (Lahic, MCC) et Jean-Louis Tornatore (Université Paul Verlaine-Metz, Lahic)

Les formats d’une cause patrimoniale. Émotions et actions autour du château de Lunéville.

11h45-12h30 : Françoise Clavairolle (Université de Tours)

Histoires d’eaux : la révolte de la Vallée des Camisards.

Après-midi : MOBILISATIONS

14h30-15h15 : Irina Chunikhina (Lahic)

A la recherche du « patrimoine de proximit ». Expérience d’enquête sur le terrain d’une association patrimoniale.

15h15-16h : Thierry Bonnot (CNRS, GTMS)

Alise Sainte Reine : représentation d’un martyre et événement patrimonial.

16h15-17h : Xavier Laurent (Archives départementales du territoire de Belfort)

Chefs d’œuvre en péril et la France défigurée : le petit écran au secours du patrimoine.

Mardi 13 mars 2007

Matinée : CONTROVERSES

9h30-10h15 : Daniel Fabre (EHESS, Lahic)

Rendre visible : le parvis de l’Église Saint-Vincent, Carcassonne, 1991.

10h15-11h : Christian Hottin (Mission à l’ethnologie, MCC)

Brûler Jussieu ! Classer Jussieu ! Bonheurs et malheurs d’un objet architectural ambigu.

11h15-12h : Bérénice Waty (IUFM de Champagne-Ardennes, Lahic)

Le non-alignement de l’association Menhirs Libres. Un exemple de controverse patrimoniale à l’ère de la Toile.

Après-midi : CONTEXTES

14h-14h45 : Claudie Voisenat (Lahic, MCC)

Chronique d’une chirurgie mouvementée. Le déménagement des collections d’imprimés de la BN.

14h45-15h30 : Caroline Piketty (Centre historique des archives nationales)

Un matériau bouleversant : les archives des questions juives sous l’Occupation et à la Libération.

15h45-16h30 : Dominique Poulot (Paris 1, INHA, Lahic)

Le Français vandale, examen d’un mythe national.

16h30-17h : Conclusion.

Pour tous renseignements, contacter Mme Nadine Boillon.