Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Ouvrages > Ouvrages 2008-2009

Moun lengatge bèl. Les choix linguistiques minoritaires en France (1490-1660)

par Nadine Boillon - publié le

Jean-François Courouau, Genève, Droz, « Cahier d’Humanisme et Renaissance », 86, 2008.

ISBN : 978-2-600-01189-1

À côté de la masse des écrits publiés en français ou en latin depuis l’introduction de l’imprimerie en France, il existe toute une littérature rédigée dans les langues locales, dans les diverses formes de l’occitan (provençal, gascon…), dialectes d’oïl (poitevin, normand..), francoprovençal, basque, breton. Ces œuvres, poétiques pour l’essentiel, posent la question du choix linguistique : alors que le français et le latin, en concurrence l’un avec l’autre, apparaissent comme les vecteurs normaux de l’expression poétique, pourquoi certains auteurs font-ils le choix d’une langue locale a priori dépourvue de tout prestige ? Cette étude, centrée sur la période 1490-1660, permet de mettre en lumière les motivations, principalement esthétiques, de poètes nourris de tradition savante, mais soucieux d’intégrer dans leurs œuvres des éléments issus de la vie populaire. L’ensemble de cette production donne lieu à des réalisations originales comme celles du toulousain Pierre Godolin (1580-1649) ou du rouennais David Ferrand (1590-1660) et forme un chapitre largement méconnu de l’histoire littéraire et culturelle de la France.