Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Articles > Articles 2006-2008

Désigner des maisons patrimoniales. L’espace d’un geste concurrentiel

par Nadine Boillon - publié le

Nöel Barbe, articles paru dans Fermes et domaines des Montagnes neuchâteloises et de l’Arc jurassien du XVIe au XIXe siècles : architecture, usages et droit, revue historique neuchâteloise, 2008, 1-2, pp. 131-148

Moins qu’une posture documentaire sur des maisons patrimoniales, on l’aura compris, c’est un regard analytique porté sur les gestes et acteurs qui les qualifient comme telles qui sera mis en oeuvre, au croisement d’une anthropologie de l’action patrimoniale et d’une histoire des savoirs ethnographiques.

Dans ce déplacement et de ce double point de vue, il s’agira d’analyser différentes situations d’attribution de la valeur patrimoniale comme des situations concurrentielles, concurrence entre des ressources cognitives mobilisées pour penser et caractériser l’objet patrimonial, concurrence entre les acteurs eux-mêmes dans l’attribution ou la revendication de qualités pour dire la qualité patrimoniale et ses raisons.

Si ces situations sont plurielles, toutes s’ancrent autour de différents projets de recherche portant sur l’objet « architecture rurale en Franche- Comté », sous les auspices du Musée national des arts et traditions populaires ou ceux de Jean Garneret (1907-2002), cofondateur du Musée des maisons comtoises. La première de nos parties compare les ressources cognitives de ces deux entreprises, tandis que la seconde s’intéresse à des situations d’enquêtes provoquées par des projets de publications de l’association Folklore comtois créée par Garneret, ou muséographiques du Musée des maisons comtoises. Ces deux dernières situations ont été provoquées dans une posture d’action, celle de conseiller pour l’ethnologie à la Direction régionale des affaires culturelles de Franche-Comté.