Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Ouvrages > Ouvrages 2008-2009

L’Eternelle jeune fille. Une ethnocritique du Rêve de Zola.

par Nadine Boillon - publié le

Marie Scarpa, Paris, Honoré Champion, coll. "Romantisme et Modernités", n°119, 2009, 280 p.

Pour l’ethnocritique, Le Rêve - ce roman des Rougon-Macquart dont Zola voulait qu’il puisse être "mis entre toutes les mains, même les mains des jeunes filles" - est paradoxalement l’histoire de l’initiation inachevée d’une jeune fille. L’analyse d’Angélique Rougon en brodeuse et en lectrice de La Légende dorée, de la réécriture de modèles génériques pourtant contestés par le réalisme-naturalisme (le conte merveilleux et la légende hagiographique) ou encore de la description des rites religieux mène au constat que la femme en Angélique ne se "fait" pas. Le Rêve ne raconte pas tant le destin d’une jeune fille, éphémère par définition, que celui d’une éternelle jeune fille, sacrifiée le jour de ses noces. Mais Angélique n’est pas Iphigénie : au-delà de raisons propres à Zola et à son époque, c’est bien du roman moderne qu’il s’agit. Cet essai, qui pose l’hypothèse d’une homologie possible entre récit et rite de passage, construit la jeune fille bloquée dans la marge adolescente en "personnage liminaire" et nous invite à une lecture renouvelée des genres narratifs, à la croisée de la poétique des textes littéraires et de l’ethnologie du symbolique.