Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Articles > Articles 2009-2010

L’« album de dessins indigènes » Thérèse Rivière chez les Ath Abderrahman Kebèche de l’Aurès (Algérie)

par Nadine Boillon - publié le

Extrait de l’article de Michèle Coquet,

"Arts de l’enfance, enfances de l’art", Gradhiva n° 9, Paris, 208 p.

Durant les années 1920 et 1930, une génération entière d’ethnologues, dont les travaux ont marqué l’histoire de l’anthropologie, fut formée par Marcel Mauss à ce que celui-ci appelait l’ethnographie descriptive, qu’il fondait sur l’observation concrète des faits sociaux. Il compta au nombre de ceux qui suivirent son ensei¬gnement un frère et une soeur : Georges-Henri et Thérèse Rivière. On connaît l’oeuvre du premier, sous-directeur dès 1928 du musée d’Ethnographie du Troca¬déro et fondateur en 1935 du Musée français qui deviendra l’actuel musée natio¬nal des Arts et Traditions populaires. On ne savait rien, ou presque, des travaux de sa cadette. Seules quelques-unes de ses photographies, au nombre de cent vingt-trois, avaient été publiées en 1988 dans un essai biographique très docu¬menté, incisif et engagé de Fanny Colonna, Aurès-Algérie, 1935-1936. Photogra¬phies de Thérèse Rivière. Elle a passé tant d’heures…, où l’auteur faisait ressortir les compétences à la fois photographiques et ethnographiques de Thérèse Rivière. Il fallut attendre octobre 2005 et la disparition d’un de ses collaborateurs et amis, Jacques Faublée, pour que soit révélée l’existence de ses trois mille cinq cents photographies, de ses carnets de terrain (une vingtaine) et du recueil de dessins exécutés par les Ath Abderrahman1. La consultation de cet ensemble, rendue désormais possible par son archivage au musée, permet de confirmer l’analyse de Fanny Colonna. Thérèse Rivière fut une véritable ethnographe. En témoigne cet « album de dessins indigènes », ainsi le nomma-t-elle, qu’elle collecta et ras¬sembla en 1935-1936 au cours de sa mission dans l’Aurès et qui composent une série exceptionnelle par sa qualité et sa cohérence, dont je ne connais d’équiva¬lent dans aucune autre collection muséographique.

voir annonce