Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Ouvrages > Ouvrages 2010-2011

Les anthropologues et la religion

par Nadine Boillon - publié le

André Mary, directeur de recherche au CNRS. Presses universitaires de France, Paris, 2010.

La sortie annoncée de la religion dans les sociétés modernes se traduit en fait par une dissémination du religieux ou au contraire par des réveils qui déplacent le centre de gravité des grandes religions. C’est le moment de revisiter ce que les anthropologues qui ont traditionnellement partie liée avec les religions des autres (primitives, traditionnelles ou populaires) ont à nous dire sur le socle des formes élémentaires du religieux et les mécanismes symboliques du rituel.

Le religieux des anthropologues (fétichisme, chamanisme, religion des ancêtres) n’est jamais séparé de l’héritage, assumé ou refoulé, des catégories de leur religion « native ». Le fil conducteur de cet ouvrage est la question qu’Evans-Pritchard fut un des premiers à poser : la relation personnelle des anthropologues aux choses religieuses dans la construction même de leurs objets. Tous sont finalement confrontés, à l’image du sort réservé au mana par C. Lévi-Strauss, à la question du « reste » : une religiosité renvoyée à la périphérie du mécanisme rituel ou du système symbolique.

Cet ouvrage repose sur un parcours de lecture personnel marquant les filiations de pensée et la continuité des choix d’objets entre les auteurs : on connaît la dette de C. Lévi-Strauss vis-à-vis de Mauss, mais on ignore souvent le dialogue indirect entre Evans-Pritchard et Lévi-Strauss, ou entre Bastide et Lévi-Strauss, des contemporains. L’effet d’annonce des ruptures tend à mettre sous le boisseau les reprises : l’anthropologie de la sorcellerie bocaine doit beaucoup à la sorcellerie des Azandé.