Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Productions scientifiques > Rencontres scientifiques

Colloque « L’oralisation des écrits et des images sur les terrains des sciences sociales ».

par Nadine Boillon - publié le

Colloque organisé par Gaetano Ciarcia et Éric Jolly à la Msh de Montpellier les 14 et 15 novembre 2012.

Le programme

Historien de la culture et linguiste, Walter J. Ong considère l’« oralité seconde » comme une « oralité de retour » encouragée par l’écrit et par de nouveaux moyens de communication. En reprenant cette idée, et sans exclure de notre analyse les enchevêtrements ou les allers et retours entre discours lettrés, images et paroles, nous comptons étudier la place de cette oralité seconde dans les processus collectifs d’affirmation identitaire, de narration mémorielle ou de révélation prophétique.

Alors que la référence persistante à un âge fondateur ou à un Éden perdu suggère l’existence d’une oralité primaire radicalement étrangère à l’écriture, de nombreux mythes d’origine sont aujourd’hui des productions textuelles véhiculées et récrées par différents médias. Mais un récit oral peut autant se nourrir de symboles visuels et de livres (ethnologiques, historiques ou religieux) qu’en être la source ou leur servir de modèle ou de traduction, en raison notamment du caractère performatif et de l’efficacité immédiate de la parole.

En faisant appel aux apports de l’anthropologie, de l’histoire, de l’histoire de l’art et de la linguistique, le colloque examinera, à l’échelle locale, nationale et transnationale, l’emprise conjointe de l’écriture, de l’oralité et/ou des images sur la transmission, l’appropriation, la valorisation ou la transformation de savoirs, de symboles, d’enseignements religieux et de pratiques rituelles ou linguistiques. Une telle emprise est bien sûr le résultat d’interactions ou de combinaisons multiples : écrit mimant l’oral ; récits s’inspirant d’inscriptions ou de monuments ; Bible traduite et revivifiée par une parole en acte ; expertises instituant l’oralité en bien culturel ; traditionnistes ou œuvres picturales empruntant aussi bien à l’oral qu’à l’écrit ; auteurs et livres savants célébrant l’oralité ou y puisant leurs informations ; ethnographe-photographe passeur de mémoires ; traditions et emblèmes identitaires suscités par une littérature érudite ; antiquités et figures du passé utilisées à des fins patrimoniales ou racistes... Dans tous les contextes examinés au cours de ce colloque, l’imbrication dynamique de l’oral, de l’écrit et/ou des images est au cœur des processus d’identification collective et de définition de soi ou des Autres, que cette définition soit d’ordre politique, culturel, scientifique.

Programme des journées

« Introduction au colloque » par Gaetano Ciarcia et Éric Jolly

Mémoires instituées, récits locaux

Mercredi 14 novembre, 9h 30 – 12h 45

- Christine Chivallon (Cnrs-Lam, Bordeaux), « L’« oracriture » ou la dépolarisation entre l’écrit et l’oral : les mises en mémoire de l’esclavage à la Martinique »

- Gaetano Ciarcia, (Université Montpellier 3-Cerce), « De la prose au souvenir. Inscrire le passé de l’esclavage dans les narrations orales au Bénin »

- Débat

- Véronique Boyer (Cnrs/Ehess-Cerma, Paris), « Dispositifs administratifs, discours anthropologiques, récits locaux : la reconnaissance des identités « renaissantes » en Amazonie brésilienne »

- Gino Satta (Università di Modena e Reggio Emilia), « Imaginaire patrimonial, traditions orales, objectivation culturelle : le rôle des inscriptions dans l’institution du "canto a tenore” en patrimoine immatériel »

- Débat


Narrations et symboles. Usages identitaires des origines

Mercredi 14 novembre, 14h 30 – 17h 30

- Éric Jolly (Cnrs-Cemaf, Paris), « La « tradition orale » en images : genèse de trois emblèmes culturels dogon »

- Sabina Loriga (Ehess-Crh, Paris), « Variations sur l’autochtonie des Étrusques »

- Débat

- Magali Demanget (Université Montpellier 3-Cerce), « Les ambiguïtés d’un héros mythique. Usages, formes et travers d’une parabole identitaire (Hautes terres mazatèques, Mexique) »

- Carlo A. Célius (Cnrs/Uag-Crplc, Martinique), « L’écrit, l’oral et le pictural. À propos du peintre haïtien Hector Hyppolite »

- Débat

Trajectoires religieuses et prophétismes

Jeudi 15 novembre, 9h 30 – 12h 30

- André Mary (Cnrs-Lahic, Paris), « L’Esprit et la Lettre : oralités visionnaires et écritures bibliques dans les prophétismes africains »

- Valerio Petrarca (Università degli Studi « Federico II », Naples), « Oralisation des écritures chez les prophètes d’Afrique noire »

- Débat

- Pauline Guedj (Université Lyon 2-Crea), « Black studies et religion : l’utilisation de l’écrit dans la construction de rituels afro-américains aux États-Unis »

- Cécile Van den Avenne (Ens Lyon), « « Avant avant, c’est lé Dié seul qué y en a ». Oralité feinte, oralité seconde et appropriations. La traduction-adaptation de la Bible en « « français- tirailleur » par l’abbé Paul Kodjo »

- Débat

Histoire et savoirs entre oralités, écritures et images

Jeudi 15 novembre, 14h 15 – 17h 30

- Paulo de Moraes Farias (Centre of West African Studies, University of Birmingham), « L’utilisation des traditions orales par les chroniqueurs de Tombouctou (XVIIe siècle), et les emprunts à ces chroniques par des traditionnistes modernes »

- Jean-Louis Triaud (Université de Provence-Cemaf), « La célébration de Tierno Bocar par Amadou Hampaté Ba : de l’oral à l’écrit, de l’oral et de l’écrit »

- Débat

- Jérôme Souty, (Universidade do Estado de Rio de Janeiro), « L’oralisation des photographies et des écrits de Pierre Fatumbi Verger (travail de terrain, production de savoirs, et réappropriations ultérieures) »

- Fabio Viti (Università di Modena e Reggio Emilia), « Oralité et écriture : problèmes de la recherche en milieu oral africain »

- Débat et clôture du Colloque