Lahic

Partenaires

Ehess

Laboratoire d’anthropologie et d’histoire
de l’institution
de la culture

105 bd Raspail
75006 Paris
Tél : 01 53 63 51 57
Nous contacter

11, rue du Séminaire de Conflans
94220 Charenton-Le-Pont



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

Archives ouvertes

Archives ouvertes Lahic

Accueil du site > Productions scientifiques > Articles > Articles 2011-2012 > Du deuil à la mémoire : présence des images. Anthropologie de monument.

Du deuil à la mémoire : présence des images. Anthropologie de monument.

Jean-Louis Tornatore, in Béatrice Fleury et Jacques Walter (dir.), Qualifier des lieux de détention et de massacre" (4) Dispositifs de médiation mémorielle, Questions de communication, série actes n° 13, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 2011, p. 23-48.

L’auteur raconte ici le cheminement d’une interrogation suscitée par la découverte d’un monument dressé à la mémoire de victimes de la Shoah, et « caché » au cœur d’un bosquet d’un grand parc citadin de la banlieue parisienne. Il compare alors ce monument étrangement silencieux à l’incroyable succès d’un monument de deuil américain : le mémorial des Vétérans du Vietnam, dont il a eu un premier accès grâce à un curieux roman, mi-roman de guerre, mi-thriller, et qui met en scène le monument via la relation d’une expérience personnelle. L’auteur tente de dénouer les multiples niveaux du faire image du monument. Pour cela, après avoir restitué son expérience du mémorial américain, en fait une expérience de lecteur, il livre les premiers éléments d’une enquête ethnographique qui tente de dénouer les mobiles du mémorial francilien. Pas de symétrie entre les deux situations, mais une mise en réseau dont le parcours lui fait admettre la possibilité d’une réserve de sens inhérente à tout monument, qui tient à sa présence comme image.

Mots clés : monument – mémorial – image – imagination – expérience – Shoah – Vietnam

Légende de la photo :

Le pupitre des étoiles : monument à la mémoire des victimes alto-séquanaises de la Shoah, œuvre de Christian Lapie, Parc de Sceaux (photo JLT, janvier 08).