Lahic

Partenaires

Ehess

Laboratoire d’anthropologie et d’histoire
de l’institution
de la culture

105 bd Raspail
75006 Paris
Tél : 01 53 63 51 57
Nous contacter

11, rue du Séminaire de Conflans
94220 Charenton-Le-Pont



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS

Archives ouvertes

Archives ouvertes Lahic

Accueil du site > Productions scientifiques > Articles > Articles 2011-2012 > Ils s’appellent tous Max en ce pays’. Essai sur une formule réaliste.

Ils s’appellent tous Max en ce pays’. Essai sur une formule réaliste.

Nöel Barbe, résumé d’un article paru dans le catalogue de l’exposition Courbet et le Jura, Musée des Beaux-Arts de Lons-le-Saunier, Association des Amis des Musées du Jura, 2011, pp. 8-24.

« Le Réalisme, loin de s’émouvoir des indications qui le poursuivent, s’agite en fête à Salins, centre de ses opérations. On a vu, par une des plus tristes journées de novembre, deux hommes étrangers descendre à la gare de cette ville […]. Ils avaient de grands chapeaux, une grande barbe, une carrure puissante et semblaient n’annoncer rien de bon. À cette triste nouvelle, Max Buchon accourt de toutes ses jambes. Max (ils s’appellent tous Max en ce pays) Max Claudet le suit à toute vitesse et bientôt tous quatre sont dans les bras l’un de l’autre, de grosses larmes réalistes roulant de joie sur leurs joues rubiconnes. Ces deux hommes… oh ! parbleu ! c’était l’immortel Courbet, c’était le non moins immortel Champfleury. D’autres arrivent, chevelus, barbus et ventrus, comme eux réalistes, mais moins immortels peut-être. Cette réunion, comme vous le pensez, n’était ni plus ni moins qu’une fête en l’honneur de la secte. » C’est ainsi qu’Alphonse Mandrillon, journaliste et chroniqueur, décrit l’arrivée, en gare de Salins, de Courbet et Champfleury. Au-delà de l’ironie du ton, les relations entre Courbet et les deux Max sont d’une certaine manière posées, et leur lecture peut être quadrillée selon deux axes. Tout d’abord celui des relations qui attachent et distribuent des corps, des lieux, des actions et des passions. Au sein du trio, ensuite, court une lignée souterraine qui tout à la fois les fait résonner, les éclaire et leur donne sens. Et ce suivant une esthétique, une politique, un rapport à l’« art populaire » et une théorie de la connaissance. Bref une formule réaliste aurait sans doute dit Deleuze, formule qu’il s’agit ici de tenter décrire finement.