Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Les Carnets du Lahic

Les Carnets du Lahic

La collection Les Carnets du Lahic est éditée électroniquement par le Lahic (Iiac, UMR 8177) et le département du Pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la Direction générale des patrimoines au ministère de la Culture.
Fonctionnant avec un comité de lecture, cette collection accueille des travaux de recherche de membres ou de partenaires du laboratoire, des résultats de programmes lancés par la Direction générale des patrimoines, des actes de colloques, de séminaires ou de journées d’études, des travaux d’étudiants, portant sur le thème de l’institution de la culture.

Page(s) : < | 1 | 2 |

Afro-patrimoines. Culture afro-brésilienne et dynamiques patrimoniales

Afro-patrimoines. Culture afro-brésilienne et dynamiques patrimoniales

Sous la direction de Stefania Capone et Mariana Ramos de Morais. Les Carnets du Lahic 11, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2015.
Ce volume propose un état des lieux des recherches menées au Brésil sur les processus de patrimonialisation de la « culture afro-brésilienne » concernant, entre autres, les religions afro-brésiliennes, les manifestations liées au catholicisme noir (tambor de crioula, jongo), la cuisine afro-brésilienne liée au candomblé et les « territoires noirs » (communautés remanescentes de quilombos, quilombos urbains), ainsi que leur impact (...)

Lire la suite

La Marche des mille ou l'apothéose involontaire des musiques traditionnelles

La Marche des mille ou l’apothéose involontaire des musiques traditionnelles

François Gasnault, Les Carnets du Lahic 10 - MULTIMEDIA, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2015.

Le 14 juillet 1989, sur les Champs-Elysées, au cœur de la parade réglée par Jean-Paul Goude pour le bicentenaire de la Révolution française, plus de mille personnes de tous âges défilent en jouant une marche de Wally Badarou sur des instruments traditionnels : vielles à roue, cornemuses, galoubets, fifres. Ces musiciens témoignent du succès des processus d’institutionnalisation, mais aussi de « défolklorisation », mis en œuvre par un mouvement associatif qui s’est développé dans les années 1970 (...)

Lire la suite

Des arbres au coeur d'une émotion. La fabrique d'un consensus patrimonial : le parc du château de Versailles après la tempête

Des arbres au coeur d’une émotion. La fabrique d’un consensus patrimonial : le parc du château de Versailles après la tempête

Véronique Dassié. Les Carnets du Lahic 9, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2014.
En 1999, une tempête dévaste le territoire français. Rapidement, l’attention se cristallise sur le parc du château de Versailles où de nombreux arbres multi-centenaires ont été abattus par les vents. L’enquête ethnographique menée sur cette émotion patrimoniale révèle toutes les contradictions du rapport à la nature chez nos contemporains et analyse les rouages du consensus patrimonial auquel il a donné forme. Ce carnet analyse les conditions qui ont permis la mobilisation d’une communauté d’action (...)

Lire la suite

Le travail de l'Inventaire. Sept études sur l'administration patrimoniale

Le travail de l’Inventaire. Sept études sur l’administration patrimoniale

Nathalie Heinich. Les Carnets du Lahic 8, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2013.
Ce recueil d’articles, alliant l’observation des pratiques, la théorie et la méthodologie, approfondit un certain nombre de thèmes traités dans La Fabrique du patrimoine (paru en 2009) : l’explicitation des méthodes inspirées du pragmatisme dans une enquête de terrain sur l’Inventaire général du patrimoine ; la construction d’un regard collectif, paradoxal en ce qu’il traite comme expérience collective ce qui semble consubstantiellement relever de l’expérience individuelle (...)

Lire la suite

La Borie sauvée des eaux. Ethnologie d'une émotion patrimoniale

La Borie sauvée des eaux. Ethnologie d’une émotion patrimoniale

Françoise Clavairolle. Les Carnets du Lahic 7, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2011.
En 1982, la population cévenole apprend la mise en chantier prochaine d’un barrage sur le Gardon, au lieu-dit la Borie (Cévennes). Profondément ébranlés par cette annonce, les habitants et la diaspora huguenote se mobilisent aussitôt afin de sauver des eaux la vallée des Camisards, ainsi appelée parce qu’elle fut au XVIIIe siècle l’épicentre de la guerre éponyme, ce qui lui vaut d’occuper une place « à part » dans l’histoire de la région et de la lutte pour la liberté de conscience (...)

Lire la suite

Les formats d'une cause patrimoniale. Agir pour le château de Lunéville

Les formats d’une cause patrimoniale. Agir pour le château de Lunéville

Sous la direction de Jean-Louis Tornatore et Noël Barbe.
Les Carnets du Lahic 6, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2011.
Dans la soirée du 2 janvier 2003, un incendie accidentel détruit partiellement le château de Lunéville, monument de l’histoire de la Lorraine ducale. Tout comme l’incendie du parlement de Rennes quelque dix ans plus tôt, l’événement est ressenti comme une catastrophe et suscite une forte « émotion patrimoniale ». Cet ouvrage restitue une enquête collective et pluridisciplinaire (ethnologie, sociologie, histoire), menée de 2004 à 2006 (...)

Lire la suite

Entre mémoires et usages. La Cité de Carcassonne ou les temps d'un monument

Entre mémoires et usages. La Cité de Carcassonne ou les temps d’un monument

Christiane Amiel et Jean-Pierre Piniès. Les carnets du Lahic 5, Lahic / DPRPS-Direction générale des patrimoines, 2010.
Place militaire en bonne part ruinée, village misérable à l’abandon, tel est le spectacle que présentait la Cité de Carcassonne au début du XIXème siècle. Cinquante ans plus tard débutent des travaux de restauration qui vont la transformer en un monument historique prestigieux. Quelles démarches ont-elles présidé à ce changement ? Quelles furent les conséquences de ce changement de statut pour la population de ce monument habité ? Comment les uns et les autres, autorités, historiens et habitants, (...)

Lire la suite

Des hommes, des lieux, des archives : pour une autre pratique de l'archivistique

Des hommes, des lieux, des archives : pour une autre pratique de l’archivistique

Christian Hottin. Les carnets du Lahic 4, Lahic/Mission à l’ethnologie, 2009.
Des archives, on sait qu’elles sont les preuves du Droit, les sources de l’Histoire et l’un des fondements de l’identité communautaire. Mais que sait-on des hommes et des lieux qui les conservent ? A cette question, l’archivistique et les archivistes qui l’écrivent ont apporté des réponses ordinairement inspirées par la norme juridique ou technique, l’écriture historienne ou la muséographie des expositions. En empruntant les méthodes de l’histoire de l’architecture ou des sciences sociales, c’est une autre approche des archives (...)

Lire la suite

Inventaire du patrimoine immatériel en France - Du recensement à la critique

Inventaire du patrimoine immatériel en France - Du recensement à la critique

Gaetano Ciarcia. Les carnets du Lahic n°3, Lahic/Mission à l’ethnologie, 2007.
Dans ce travail, l’auteur a tenté de connecter l’analyse des conditions théoriques pour penser « l’immatériel » en tant que dimension cognitive et heuristique du patrimoine culturel, à une vérification in vivo de ses possibilités d’archivage et d’inventaire. En développant une telle perspective, il a interrogé les instances intellectuelles et institutionnelles ainsi que des représentants de milieux associatifs concernés par les usages de la notion de patrimoine immatériel dans l’élaboration conflictuelle des mémoires publiques de l’esclavage (...)

Lire la suite

Philologie et folklore : de la définition d'une frontière disciplinaire (1870-1920)

Philologie et folklore : de la définition d’une frontière disciplinaire (1870-1920)

Claudine Gauthier. Les carnets du Lahic n°2, Lahic/Mission à l’ethnologie, 2008.
L’étude scientifique du folklore, c’est-à-dire des « traditions conservées dans la mémoire du peuple » - pour reprendre les mots de Carnoy -, naquit de la philologie, en Allemagne, au début du dix-neuvième siècle. Son origine est attribuée, ordinairement, aux travaux de Jacob Grimm et s’associe étroitement au renouveau du concept de philologie, opéré dès le début du dix-neuvième siècle, avant de parvenir à s’ériger lui-même en discipline autonome. Derrière ce préambule à l’accent benoît se masque une réalité (...)

Lire la suite

Page(s) : < | 1 | 2 |