Nos tutelles

CNRS Nom tutelle 1

Rechercher






Accueil > LAHIC > Programmes > Programmes achevés > Le savoir des différences. Histoire et science des mœurs (XVIIIe-XXe)

Le savoir des différences. Histoire et science des mœurs (XVIIIe-XXe)

Il existe plusieurs histoires de l’ethnologie de l’Europe que l’on peut, commodément classer en deux générations.

La première construit classiquement son récit comme une généalogie de disciplines : du savoir des antiquaires, constitué en Angleterre dès le XVIIe siècle en histoire des mœurs locales, serait né, à Londres en 1847, le folk-lore puis ses dérivés nationaux (Volkskunde, demologia, laografia etc .), transformés ensuite, à des dates différentes selon les pays, en ethnographie ou ethnologie du proche. Sans être jamais explicité le point de vue est à peu près exclusivement présentiste (Stocking).

La deuxième génération tend, à l’inverse, à construire son récit en tenant compte de l’état des savoirs à chaque étape, c’est la posture que Stocking qualifie d’historiciste. L’histoire s’y présente comme une succession de synchronies contextualisées. Pour ce qui concerne l’ethnologie, cette façon de dire l’histoire a, jusqu’à présent, conduit à souligner deux connections, de portée très différentes. La première met en exergue la prééminence, à partir des années 1835, du modèle naturaliste dans la constitution du savoir ethnologique quels que soient ses terrains. La seconde inclut l’émergence et le développement des ethnologies nationales dans un “ grand récit ”, celui de la nation telle qu’elle se constitue dans le mouvement historique des nationalismes. Le savoir sur les mœurs et les coutumes devient alors une pièce maîtresse de la nationalisation de la culture. La valeur heuristique de ces analyses est peu contestable mais elles rejettent dans l’ombre la plupart des opérations qui ont fondé ce champ complexe du savoir produit par les sociétés européennes sur elles-mêmes. On aura compris que notre projet se veut radicalement différent puisqu’il se centre sur le détail des modes de production et des contenus de ce savoir particulier, à travers les paradigmes, les figures, les espaces sociaux, les procédures et les objets qui ont accompagné son élaboration.

Afin de remplir ce programme, soutenu par le CNRS dans le cadre de l’ACI "Histoire des savoirs", neuf groupes de travail, comprenant des chercheurs de divers pays européens, se sont mis en place.

Le savoir des femmes : une différence résurgente

Dans l’Europe de la fin du XVe siècle et du XVIe siècle, les textes faisant état d’un savoir spécifiquement détenu par les femmes, transmis entre elles de façon orale et constitué par un corps de (...)

Lire la suite

Altérités montagnardes : un laboratoire de l’ethnologie

Vues des plaines et des villes, les montagnes ont été continûment mises sous le signe du sauvage dans l’espace culturel européen. Commençant aux altitudes où l’emprise des cultures agricoles s’estompe, (...)

Lire la suite

Polygraphes

Avec la « naissance » de l’auteur au XVIIIe siècle, se développe un phénomène jusque-là marginal, la polygraphie qui tend rapidement à devenir un critère de valeur. Que l’on songe simplement aux Lumières. (...)

Lire la suite

Revues et réseaux

Le développement en France des études que nous qualifions aujourd’hui d’ethnographiques a connu une première forme de structuration au tout début du XIXe siècle, avec le réseau et les travaux mis en (...)

Lire la suite

Le roman : savoirs ethnographiques et savoirs littéraires

“Il a toujours aimé les grandes cosmogonies romanesques (Balzac, Zola, Proust), si proches des petites sociétés (R. Barthes, “ La tentation ethnologique ”, Roland Barthes par Roland Barthes, 1975).
Le (...)

Lire la suite

Les moeurs en images

S’il existe des travaux assez nombreux sur ce qu’il est convenu de nommer l’anthropologie visuelle des sociétés européennes, ceux-ci se limitent, le plus souvent, à l’image photographique et au cinéma. (...)

Lire la suite

Collections et lieux du savoir

La poétique de la collection rencontre, sans en être l’exacte servante, une poétique plus générale des savoirs et des disciplines. L’installation de la collection répond à l’invention d’une écriture et (...)

Lire la suite

Enquêtes

De façon générale on peut situer la recherche empirique sur les mœurs et coutumes du côté de la statistique monographique à l’allemande, de filiation naturaliste. La mise en œuvre extensive de celle-ci a (...)

Lire la suite

Paradigmes

Il semble que la situation de production de savoir des différences se soit, du XVIIIe au XXe siècle, ancrée dans trois paradigmes, non pas successifs mais entrecroisés, et qui ont constitué tout à la (...)

Lire la suite