Accueil > Affiliés directs > Les membres affiliés directs de l’Iiac > Doctorants (iiac)

Ducellier, Marie

par flneveux - publié le

- Contact : mary.ducellier@gmail.com

- Thèse d’anthropologie sociale et ethnologie préparée sous la direction de Jean-Paul Colleyn (IMAF) et Eric Wittersheim (Iris) :

(Ré)inventer l’éducation aux images avec et par la jeunesse. Regards ethnographiques du côté de l’éducation populaire : de la pratique juvénile autodidacte à la création collective

La reconfiguration des modes d’accès, de production et de diffusion des images force les pédagogies du cinéma et de l’audiovisuel à se réinventer. La transition numérique impulse une convergence des médiums sans précédent. Les porosités entre les deux pans traditionnellement opposés de l’éducation à l’image – l’éducation artistique et culturelle (EAC) et l’éducation aux médias à l’information (EMI) – se renforcent. La démocratisation des outils d’enregistrement et de communication rend également caduques les délimitations entre monde professionnel et amateur. Comment les acteurs historiques et émergents de l’éducation à l’image se positionnent-ils face à ces mutations ? La thèse revient sur la construction des éducations à l’image pour introduire un nouveau paradigme : l’éducation aux images. Ces transitions se cristallisent autour des consommations ordinaires et pratiques de la jeunesse. L’institutionnalisation du cinéma et de l’audiovisuel, basée sur la transformation de leurs goûts et usages, est de plus en plus remise en cause. Ignorées ou rejetées par la forme scolaire traditionnelle et la plupart des dispositifs d’éducation à l’image, les cultures (audio)visuelles juvéniles intéressent pourtant l’animation socioculturelle et ses intervenants. Ce serait le socle d’une éducation aux images, inclusive des acuités et stratégies autodidactes jusqu’à questionner et rapprocher des légitimités culturelles a priori contradictoires. En rupture avec les paniques morales, ce paradigme transforme-t-il le rôle et la place accordés aux adolescents ? En quoi l’éducation aux images peut-elle renouveler leur participation ? L’enquête se situe du côté des ateliers de création audiovisuelle. La thèse s’appuie sur l’ethnographie de plusieurs « films d’ateliers » pour questionner l’élaboration d’un « droit de regard » des adolescents. Ces ateliers inscrivent les mutations qui nous concernent du côté de la pratique. Comment les intervenants - animateurs et cinéastes - négocient-ils leur présence avec les adolescents ? Quelles définitions à ces expériences à la croisée de l’éducation et de l’art : création « collective » ou création « partagée » ? L’ethnographie interroge le tissage relationnel (entre pairs, avec l’intervenant) qui se construit autour et pour le film. Il s’agit de mettre en évidence l’impact du « hors-champ » (le processus de l’atelier) dans la compréhension et l’investissement du « champ » (le résultat) par les adolescents. Cette perspective anthropologique sur l’éducation aux images interroge sa capacité à lier des cultures, des représentations et des gestes cinématographiques généralement concurrentiels. La thèse interroge la perméabilité du monde éducatif et culturel à créer les conditions d’une participation et d’une expression authentique des adolescents. En devenant « acteurs » et plus seulement « publics », ils interrogent la responsabilité et la capacité des politiques à penser avec la jeunesse. La thèse enquête sur les opportunités et résistances de ce « droit de regard » et la manière dont il met à l’épreuve l’animation socioculturelle, l’éducation populaire et les professionnels du cinéma.

- Mots-clés : éducation aux images, cinéma, numérique, documentaire, pédagogie, films d’atelier, création partagée, création collective.

  • Allocation ou financement

Contrat CIFRE au sein de l’association et entreprise d’économie sociale et solidaire la Ligue de l’enseignement.
Allocation d’une durée de 3 ans. (2018-2021)

  • Activités de recherches

Mémoire de recherche

Mémoire de recherche mention Arts et Langage parcours « Images et cultures visuelles » (EHESS) : Filmer la parole introspective. La relation filmé(s)/filmeur comme expérience humaine et sociale dans le cinéma documentaire. (2015-2017)

Principales communications

« Quand les adolescents s’emparent de la caméra : un regard ethnographique » dans le cadre du séminaire « Lien social et processus éducatif » de l’Université Paris-Descartes. 2020.

« Éducation aux images contre le décrochage scolaire » aux journées nationales « Passeurs d’images » pour la recherche-action en Île-de-France « Usages numériques, salles de cinéma, pratiques des publics adolescents, médiation : des convergences à inventer », 2020.

« Les pédagogies de l’image à l’épreuve des pratiques adolescentes : un changement de paradigme ? » à l’Agence Nationale de Recherche et Technologies (ANRT) « Films, mémoires, histoire », 2020.

« Ethnographie d’un partenariat entre une salle de cinéma « augmentée » et un dispositif de prévention du décrochage scolaire » au Festival International de Sociologie (FISO), 2019.

Co-organisatrice de l’atelier « Ethnographies impliquées, ethnographies appliquées » à la Biennale d’ethnographie de l’EHESS, 2018.

« Le son et la voix » GDR Image et anthropologie, 2017.

Activités extra-académiques

Les mots qui restent : réalisation d’un long-métrage documentaire avec la bourse de l’atelier d’écriture documentaire de l’EHESS et le CNRS-Images. 2018.

A cheval : co-réalisation d’un court-métrage documentaire dans le cadre de l’atelier d’ethnographie visuelle de l’EHESS, 2018.

Délai d’asile : montage d’un court-métrage documentaire dans le cadre du projet européen « Artists@Work, creativity for justice and fairness in Europe » aux Ateliers Varan. 2019.

Responsabilité

Membre de la commission du CNC (centre national de la cinématographie) pour le dispositif national « Lycéens et apprentis au cinéma ». 2020-2021.